Patrice Faubert

Paraphysique de psychosomatique

D'autres solutions sont cherchées
Pour sauver un monde condamné
Comme le sel pour les moteurs
Pour la technologie, nouvelle saveur
Sachant que
Un gramme de sel par litre d'eau douce
Considérant que
Trente grammes de sel par litre d'eau de mer
Le temps technologique
N'est que du temps psychologique
De la matérialité du temps historique
Comme la banque du Vatican
Et toutes sortes de représentants
Institut pour les oeuvres de la religion
Mafia, criminalité, le détournement de fonds
Une banque criminelle
Et un pape qui démissionna à cause d'elle
C'est-à-dire pour une poubelle
Et toutes les banques sont criminelles
De la mafia, blanchir les fonds
Toute religion est une corruption
Le Vatican, c'est six millions d'euros
35000 comptes anonymes, où règne le faux
Cela pue le fascisme
Le tout venant du capitalisme
Pour sauver l'Etat du Vatican
Un coup de balai bien savant
Le capital sait y faire
Pour recadrer ses annexes réactionnaires !
Les corruptions de la religion
Les religions de la corruption
Comme les mariages blancs tarifés
Encore un commerce organisé
Les prostitutions sont diverses
La marchandise organise tout par des averses
Si tout était gratuit
Là, où l'économie est une industrie
Si il n'y avait plus aucune nationalité
Plus personne ne serait à marier
Le monde de l'argent
Est totalement dément
Le monde du crime, du financement
Des trafics divers, forcément
Marchandise de l'addiction
Addiction de la marchandise
Le monde entier y est addicté
Le monde entier y est prostitué !
Le capital peut donner
Et reprendre d'un autre côté
Comme pour en France, le minimum contributif
Dont je suis un actif
628 euros par mois
Mais avoir les trimestres cotisés
C'est la loi, même en ayant toujours chômé !
Puis après, l'ancien minimum vieillesse
Maintenant, avec la novlangue, c'est l'ASPA, comme une liesse
Allocation spécifique pour les personnes âgées
A bientôt 65 ans, je peux postuler
800 euros par mois
Pas encore la vie de roi
Et l'aide complémentaire santé
Plus de CMU, l'ACS pour remplacer
Et ce qui est donné d'un côté
Est donc repris d'un autre côté
Car l'allocation logement peut diminuer
La bureaucratie sait bien tout étudier
Mais pour un pauvre comme moi
Je ne regrette rien, le dire, je le dois
Et même cent euros de plus par mois
C'est toujours bon à prendre, ma foi
Certes, ce sont des aumônes étatiques
Par calcul politique,, pas par générosité économique !
Et au fond, tout est économique
Elle se transforme en psychosomatique
Pas étonnant si ainsi
Huit françaises et français sur dix, et oui
Souffrent de maladies de la peau
Des hommes, des femmes
La peau est un organe, notre rame
Et il convient de la laver
Même si cela peut étonner
Avec le moins de savon possible
Avec de l'eau, sans être risible
Car il y a la gale
Des gens propres, à chacune, à chacun, sa malle
De la contamination
De la procuration
De la transmission
Et toujours l'eczéma, encore la syphilis
Hier les pères, de nos jours, les fils
Le psoriasis, cinq pour cent de la population française
La psychosomatique partout à son aise
Sans compter
Des expositions solaires immodérées
Et des cancers sous-cutanés
Dans le monde, des dizaines et dizaines de milliers
Beaucoup de seniors
Moins de juniors
Les sociétés ont des maladies
De leurs mentalités, c'est ainsi
Et si dans une sotte société
Tout métier est un sot métier
Car forcément, il renforce cette société
Il y a aussi le pire par rapport à d'autres
De la répression, du contrôle, profusion d'apôtres
Les contrôleurs et contrôleuses dans les transports
Qui aux pauvres font du tort
Les militaires, les policiers
Les notaires, les huissiers
Hommes et femmes politiques
Et autres petits ou grands truands, du mimétique
Toute une grande inhumanité
Toute une grande inutilité
La politique c'est de l'opportunité
Avant la question de l'idée
C'est l'individu caméléon
Le vent tourne, comme les convictions
En voici un exemple étrange, mais type
Très méconnu, pourtant énigmatique
Feu ( 1878 - 1945 ) Georges Valois
Qui en la palinodie, fit acte de foi
Tour à tour, anarchiste, monarchiste
Républicain syndicaliste, abondanciste
Puis résistant au nazisme
Déporté à Bergen-Belsen, jusqu'au-boutiste
Ce fondateur du fascisme français
En 1925, étonnant, mais c'est un fait
Et son livre le plus surprenant
 En 1928 " L'homme contre l'argent "
Mais l'idéologie du mouvement
N'est que le mouvement de l'idéologie
Qui n'est toujours que le même mouvement
Et de ce fait, rien n'est vraiment surprenant
L'autorité est toujours du même tenant
Si l'anarchie est hors l'autorité
L'idéologie anarchiste est déjà une autorité
100.000 années-lumière, diamètre de notre galaxie
Tout ce qui mesure, fige, seule l'anarchie est infinie !
Mais pas comme dans les transports en commun
Des pannes dans le métro parisien
Comme si l'on n'y pouvait rien
Et donc aussi en effet papillon, des trains ratés
De plus, il faut payer
Le métro et le train sont de grande cherté
Sans être de Paris ou du lieu, aucune réduction ou gratuité
Les transports en commun
Des transports de merde
Pour des gens que l'on prend pour de la merde
Je le disais tout haut
Lors d'un voyage dans le métro
Mais tout le monde s'y résigne
Mais tout le monde y déprime
Voilà bien le bordel capitaliste
Contraire de l'anarchie anarchiste
Les transports en commun, c'est nul
Il faut en rire, prendre du recul
Pour les bourgeoisies riches, moins de palaces, moins d'avions
Mais des transports en commun dignes de ce nom !
Dans le métro
De Paris, d'ailleurs, les riches ne mettent jamais les pieds
Le bruit, la foule permanente, les vigiles, à devenir des cinglés
Mais le pauvre ne peut y échapper
A moins de TOUT fiche par terre
De se révolter, de révolutionner
Pour TOUT se réapproprier
Pour l'autogestion généralisée
Contre TOUT ce qui nous gangrène
Contre TOUT ce qui nous aliène
L'origine de toutes les maladies
La plupart s'évanouiraient en anarchie
Tout le mal que nous nous faisons
En nous mettant la tête sous l'eau
En nous comportant comme des salaudes et des salauds
De part toutes nos compétitions
En musique, en poésie, en science, en sport, en littérature
Et tout le monde artistique et sa forfaiture
Il n'y a plus que des veaux et des moutons
Tendant la joue pour toutes sortes d'humiliations
Quel mal nous nous faisons
De ne pas faire une vraie révolution !
 
 
Patrice Faubert ( 2015 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "
 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 22.09.2015.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Politics & Society" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Théorie générale de la révolution hommage à Mikhaïl Bakounine - Patrice Faubert (General)
A special moment - Helga Edelsfeld (Philosophical)