Patrice Faubert

Le logarithme paraphysique

Là où tout est compétitivité
Être agressif est totalement encouragé
C'est même une stricte normalité
Et vouloir refuser toute agressivité
Est considéré comme parfaite anormalité
L'agressivité à son staphylococcus aureus
Cette spirale logarithmique d'un Zeus
Que plus aucun antibiotique ne peut arrêter
A force de partout, en avoir abusé
Allons donc à l'assaut de tous les étouffoirs
Afin de ne plus nous faire avoir
Tout ce qui est dans une norme
Rentre dans un cadre de normalité
Tout ce qui est d'une autre forme
Est dans la poubelle de l'anormalité
L'on peut-être gros
Mais point trop n'en faut
Et de toutes façons, l'argent rend beau
Pour lui, l'on se jette à l'eau
Logarithme de la normalité
Logarithme de l'anormalité
Toujours e = 2,7182818 dans une toile d'araignée
Comme dans la normalité anormalité
Comme dans l'anormalité normalité
Et encore e = 2,7182818 dans la norme assermentée
Tout ce qui fait quelque chose
Tout ce qui veut quelque chose
N'est pas humain
Par exemple, le musicien ou l'écrivain
Activités aliénées, comme le travail salarié
Cela participe à toute l'inhumanité
Car, l'être humain dans sa globalité
N'est ni patron, ni ouvrier
Ni peintre, ni musicien
Ni poète, ni écrivain
Ni érudit, ni physicien
Ni ignorant, ni savant
Ni arriéré, ni cultivé
Ni militant, ni partisan
Oh ! que c'est difficile de n'être rien
Mais tout bêtement, un homo sapiens sapiens, donc un africain
De toutes les époques, de toutes les couleurs
De toutes les défroques
De toutes les ferveurs
Et nos plus grands savants, n'y connaissent rien
La normalité de l'anormalité
L'anormalité de la normalité
Être trop grand, trop petit
Trop de ceci, trop de cela
Dans l'infini du fini
Dans le fini de l'infini
Il nous faut nous révolutionner
Et nous méfier de toutes les idées
Qui ne sont jamais que des idées
Il nous faut nous révolutionner
Et nous méfier des théories
Qui ne sont toujours que des théories
Car cela n'est jamais la vie !
La normalité de vivre en couple
Et ainsi de s'engueuler, de se pourrir les nuits
La normalité c'est aussi d'être en groupe
Et ainsi de boire les mêmes soupes
L'individu seul est suspect
Il n'est pas des nôtres, non mais !
De toutes choses, nous faisons normalité
Bien sûr, quand cela nous arrange
De toutes choses, nous faisons anormalité
Bien sûr, quand cela nous dérange
Ce qui nous déplaît à tous les défauts
Ce qui nous plaît est tout à fait beau
En vérité, la souffrance ne sait pas vivre
Et tant de gens en sont ivres !
Toujours à se plaindre, toujours à geindre
Il est pourtant si simple, et sans feindre
Quand par exemple, il fait beau
D'aller se baigner dans un ruisseau
Il est pourtant si simple, et sans feindre
Quand par exemple, il fait froid
D'aller se promener dans des bois
Ou sans bouger de chez soi
Et simplement dans son imagination
De faire toutes les révolutions !
Non Maxime, le libre arbitre n'existe pas
C'est justement le savoir, qui permet d'éviter ses appâts
Toutes les croyances sont des pommades
Elles vont chez les humains, elles sont nomades
Toutes les religions sont des ignominies
De la vie, toutes font fi !
 

Patrice Faubert ( 2012) pouète, puète, peuète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 27.08.2015.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Philosophical" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Paraphysique de l'anaphore - Patrice Faubert (Politics & Society)
A special moment - Helga Edelsfeld (Philosophical)
Promised man - Jutta Knubel (Love & Romance)