Bertus-Adriaen van den Heuvel

Le coq perché


Le coq chante en haut de son perchoir,
bon, c'était avant, parce que aujourd'hui
il n'y a plus rien à voir.
Le coq, légèrement endormi,
s'était fait attraper en tourne main.
On lui a coupé le cou sans discussion
il battait ses ailes, mais en vain
muet, privé ce que toutes les coqs font :
Chanter tous les matins très tôt,
réveillant le monde et ses poules
pour aller pondre,
avant de terminer en poule au pot.
 
Le coq ne chanta plus,
on lui arrachait toutes ses plumes
et aussi ses entrailles,
pour lui enduire de huile et quelques agrumes,
parfumer sa chair frotté de paille.
Des morceaux trempés dans le jus de raisin,
un peu de poivre et de sel, des épices aussi
En marinade pour faire un coq au vin.
 
Le perchoir étant devenu vacant
il y avait bien quelque poule,
pour essayer le chant.
Mais malgré l'effort, il n'y a plus de foule.
Poule n'est pas coq fort avec la puissance
de voix si haut perché.
Chantant avec une grande aisance
réveillant même le clergé.
 
Jusqu'au jour que le coupeur de cou,
après avoir bien mangé le coq en morceaux,
ne sort plus de son lit si doux,
et allongea le temps de son repos.
Il ramassa les œufs trop tard,
n'avait plus de temps de faire son temps
et commença de faire du lard.
Regretta le chant, le silence n'avait pas le sens.
Ca ne réveille pas pour faire ce qui est à faire
de ses journées en retard.
 
Il se pressait vers son voisin,
acheta le fils de son coq, grande voix reconnu,
fils aussi d'une poule très sain,
aux allures vraiment dodu.
 
Le coq si jeune prit siège au perchoir
triste, ne sachant pas encore être sage,
ce qui est à son jeune âge pas rare.
Les poules amoureuses de son jeune âge,
lui assurait que la sagesse et la voix
viendra un beau jour.
 
Qu'il prends en toute patience, le temps
d'attendre à chanter ses aubades
à bonne heure son heure de gloire payant,
avant de terminer en marinade.
 
De quoi qu'on peut faire, l'histoire
se répète sans faille,
de quelque Dieu à croire
il n'y a pas de mensonge sans faille.
Coq, poule, chien ou homme,
tous se répètent dans l'éternité
rien se disperse la vérité en somme.
 
Nous allons servir en tout liberté
de nourriture ou de l'engrais
pour qu'on pousse en majesté
en savoir ce qu'on sait.

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Bertus-Adriaen van den Heuvel.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 18.11.2012.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Philosophical" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Bertus-Adriaen van den Heuvel

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Comme des Moutons - Bertus-Adriaen van den Heuvel (Life)
A special moment - Helga Edelsfeld (Philosophical)
I wish... - Jutta Knubel (Friendship)