Meike Schrut

Le sentiment étrange d´être libre (4)

 

Maintenant naturellement, je n'avais plus aucune envie de lire la lettre de nouveau et de nouveau, également dans quelle langue. Je ne savais pas qu'il était : Ennui, doute si cette lettre est si importante ou un peu de tout à fait autre. La crainte et peu bouillonnait plus encore dans moi et je m'éloignais de plus en plus de ma propre histoire. Avec ces idées cependant, je mettais en marche quelque chose qui ne pouvait plus être annulé :
 

Quelque chose me mettait dans un espace inconnu moi : là cela scintillait dans de crues couleurs sous les yeux, des lettres, chiffres, années et un pouvoir sinistre me tirait aux socles sur lesquels ces symboles planaient. Lequel est-ce qu'en année je devais choisir ? Une lettre ? P ? Pour quoi il pouvait se trouver bien portant, il y avait ainsi beaucoup d'événements qui commençaient avec P, aussi seulement des mots, en lien abscons... A peu près avec mon histoire ? Alors, pourtant, mieux avec mon propre passé. Et je mettais ma main sur P. rose de couleur.
 

Et déjà est-ce que, je me trouvais dans une salle d'attente laquelle était surchargée avec les gens muets. ? Je tentais de me rendre raisonnable, cependant voyais que personne ne me regardait. Et alors, je tendais les deux mains, une couverture en forme en caoutchouc m'entourait, me déplaçait presque dans la panique, péniblement je respirais et de. "Calmement, le brun." toujours, quand il m'arrivait un peu singulièrement, je me chuchotais moi-même. Je marchais aux disposés et aux attendant, ils semblaient chuchoter seulement l'un avec l'autre, la vapeur montait à eux de la bouche, il pouvait être peu naturellement froidement ici.
 

"Il fait froid aussi, ces gens ne vivent plus depuis longtemps que tu vois, des copies de ces natures, sont exactement de manière prise ses âmes qui sont venues pour te montrer, comme une partie de ton passé paraissait donc." Cela ne m'intéressait pas qui faisait croire là sur moi ou qui.
 

Alors rien ne m'intéressait plus, aucune petite âme, aucune voix étrangère, rien. Je voyais seulement un texte non fini devant moi-même, n'importe quand une fois, j'avais voulu y continuer à travailler, n'importe quand...
 

Ce qui avait avec un regard que j'avais décrit autrefois, sur lui-même qui jetait ce regard, ou qui ignorait qui, tout était soufflé de mon cerveau comme loin. Mais je tentais de me concentrer, de réprimer ma toux parce que je voulais rendre son sens à l'histoire, absolument!
Je m'efforçais de rappeler ce regard dans ma mémoire et je réussissais péniblement. Trop beaucoup de mois avaient passé, bien, m'avaient trop embrouillé, avaient fait diversion. Sur quel regard était-il resté ? Car ainsi cela se trouvait sur le papier blanc. et 2 femmes prenaient congé. Et bien, je n'étais pas cela et ne connaissais pas aussi l'autre femme. Ou, pourtant ? Etait-il mon autre Je ? Mon souhaitant Je ?

 

Mais je revenais justement au papier sur quoi j'avais retenu tous cela de quoi j'espérais que cela deviendrait dans ce monde charmant des histoires inconnues, des contes et des fait de dire la vérité, mais justement seulement là! Et j'avais écrit ainsi :

"Il restait sur ce regard et les deux femmes prenaient congé pour plates le temps restant."

Est-ce que je n'avais pas donné, pourtant, l'une de deux femmes ma forme, mes rêves, tous mes souhaits ? Moi n'étais pas tout comme EUX, mais n'importe comment, pourtant, comme eux.
 

"Non, elle n'avait pas peur de lui qui était réputé seulement modérément. Il paraissait exactement ainsi comme RF cependant il n'était pas! Pourquoi aussi la peur. Il était seulement ce visage, la même voix qu'elle faisait prisonnière qu'elle ne pouvait plus déplacer, aussi ne voulait pas du tout. Plus elle ruminait devant elle-même, d'autant plus lui semblait que dans leur autre voix-ci une supérieure main gagne : "Non, dans toi n'est aucune voix, il est ta voix qui oublie la voix de ta conscience, de ton subconscient, tu que tu dois vivre dans un monde de certificat. Tu n'as pas su ah, cela ?" Et cette autre voix riait de la manière sinistre.
"Maintenant alors, tu le sais. Tentatives donc si tu peux te blesser : si je n'admets pas cela, tu peux arracher à toi le bras et ne sentiras toi-même avec cela aucune douleur." "Je ne veux pas essayer une telle absurdité." Mais curieusement comme elle était, elle gravait à elle-même seulement facilement la main sur, le sang bleu coulait en dehors. "Pourquoi bleu ?" "Je fais les lois dans ce monde, réfléchis cela chaque jour. Si je veux, tu ne vieilleras pas, si tu m'écoutes, tu sortiras sans dommage de cette chose." Et la voix impérieuse lui disait qu'elle avait à faire...
------------------------
Je me conduisais moi-même d'un air las sur les yeux. L'histoire ne devait pas glisser de nouveau dans le banal, en tous cas il m'arrivait, cela deviendrait de temps en temps banal. Des jours d'hier ne m'avait pas donné absolument le reste, cependant la petit souris de danse - mon ami appelait cette autre femme, plutôt encore la fille - ne devait pas penser, elle peut jouer éternellement ainsi le clown féminin. Si elle voulait toujours faire cela, maintenant, le cirque attendrait, pourtant, tel comme eux ?! Mes interidées pendant que moi voulais écrire une autre histoire que celui-là, pouvaient être insignifiantes à peu près utile, mais de nouveau ?
Pendant que mon ami disait la petit souris de danse, je les appelais haineux au rat de l'Opéra. Ou stop : à peu près de manière remplie d'envie ? Mais, espérons que, non! Je réfléchissais déjà si je devais lui consacrer spécialement ICI un court chapitre pour pouvoir être la personne intérieur de nouveau que j'étais plus tôt. Mais comment est-ce que loin en arrière, je dois aller plus tôt donc au mot ? Jusqu'à 1992 ? Jusqu'à ma Monique ?


 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Meike Schrut.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 21.09.2010.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Mystery" (Kurzgeschichten)

Weitere Beiträge von Meike Schrut

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

La réflexion incomplète et supposition non seulement au rôle - Meike Schrut (Experimental)
Heaven and Hell - Rainer Tiemann (Humour)