Meike Schrut

Ossements et autres curiosités.

(pourquoi dans le club de lecture et club d'écriture en était ri autrefois, est-ce que je ne sais plus, mais pourquoi non ? Produisent mieux involontairement la gaieté après la lecture, quand personne, car le rire, quelque chose n'est aussi qui fait au coeur bien.)

 

Dans ses cercles, on ne l'appelait pas à la boum, cependant il était arrivé humide joyeux. Elle, une dame du sexe noble, s'était attirée la colère de sa famille, quand elle épousait autrefois un homme qui avait à montrer comme le fait de s'arrêter des valets d'écurie où justement l'amour tombait. Cependant n'importe quand, elle allait seule aux banquets, car leur époux bâillait et s'endormait seulement au panneau, louchait après les jeunes femmes qui le regardaient méprisant, car il avait tenté à plus que l'un d'eux son bonheur.

Sa fortune était grande si indescriptible qu'elle supportait plutôt l'époux et ne voulait pas divorcer apparemment seulement de l'ennui, la raison s'était réglée après une nuit particulière.

„Le chéri, je suis là de nouveau.......“ A elle le mot restait bloqué presque dans le cou, quand elle était confrontée à son homme et à l'une de ses amourettes, il était une femme de chambre, justement à neuf réglé. Furieux la haute femme sur les deux tombait à et là justement celui-ci encore à moitié endormi devant elle-même stierten, elle avait tué d'un coup de couteau eux très vite avec une épée. Dans la chronique de qui de..., rien ne se trouve sur cela qui l'aidait à créer loin les cadavres, mais des décennies plus tard, on trouvait dans des lettres que les domestiques étaient assez compatissants que l'on devait simplement aider à la pauvre dame. Et il y avait curieusement aussi seulement peu le bavardage, apparemment la dame avait été très populaire partout, à part justement à l'époux qui avait cherché seulement un nid chaud. Puisque le château et tous les biens à une famille éloignée était laissé – elle restait sans enfants - s'accroissait bientôt l'herbe sur l'histoire et plus de 2 tombes qui étaient laissées partiellement vides. 

4 décennies après la tragédie une troupe de comédien sur justement cette région allait, il pleuvait et les roues s'enfonçaient dans la vase, tout le temps. Puisque les jeunes gens cependant son humeur avec beaucoup de vin et eau-de-vie aufbesserten, ils riaient seulement, quand ils devaient tirer la calèche de la crotte. Là : pourquoi tout à coup ces cracs sinistres et crissement ?! En suivant des yeux, on frissonnait seulement brièvement, car les ossements brunâtres reçus donc très bien guettaient de la terre amollie et parce que les assiettes d'exposition étaient peu craintives curieusement et absolument, ils creusaient plus loin et eux 10 squelettes se trouvaient, finalement, dans des sacs, car, pourtant, les pauvres âmes devaient trouver son calme, ou ?

Cependant à cette animation, ils étaient observés et c'était indiqué. Donc, des juges et autres fonctionnaires ne se montraient pas non plus d'une façon frappante doux, pourquoi : un important jeune homme appartenait à la troupe de comédien. Enfoncer sa marotte, à beaucoup de théâtres dans le pays, n'était pas patienté par la famille, l'unique qu'il avait : beaucoup de talent et son nom noble qui le protégeait très bien maintenant aussi.

Les squelettes se trouvaient non loin du château se presque complètement écroulé entre-temps et on murmurait que sous les ossements aussi ils de la parenté luxueuse seraient. Le jeune homme reconnaissait à un os encore des restes de vêtements et dans un sac minuscule un anneau avec l'inscription se trouvait : „Qui me possède, celui-ci obtiendra la gloire immortelle.“ Il ne donnait rien sur cette prophétie, d'abord pas encore.

Le temps de pluie rendait une inhumation raisonnable impossible, donc les restes mortels campaient tout d'abord dans une chapelle miteuse, une petite fille, peut-être, justement donc pendant 8 ans depuis peu, exécutait le service et n'avait pas de crainte, car cela avait vu dans sa vie absolument certain cadavre.

La pluie ne diminuait pas, plus encore : plus terriblement une brume se propageait, celui-ci apparaissait en forme de brouillard et faisait peur tout autour au peuple, seulement la fille était le jour et la nuit dans la proximité de la chapelle. Cela vérifiait, voulait cela voir, pourtant pourquoi de la direction des morts l'odeur de décomposition venait, donc ce n'était pas impossible ? Curieusement cela ouvrait la porte et maintenant, pourtant, cela avait peur : car les os étaient restés tout l'autre que des os, d'abord la viande s'accroissait à ce sujet, alors plus jusqu'à ce que ceux-là se manifestent qui mouraient beaucoup d'années avant. Justement l'enfant voulait devant la peur en tremblant, prennent le large, quand une forme murmurait, pourtant, cela peut apporter la nourriture et les boissons et mettait dans la main de la fille des pièces qui étaient de la rare qualité : triangulaire et parfaitement d'un métal noble, aucun or, aucun argent, il y avait n'encore aucun nom pour cela.

Quand la fille voulait procurer le souhaité, bien, on regardait les pièces, hochait alors cependant la tête et suivait l'enfant à la chapelle, avec des nourritures et boissons.

Les formes s'étaient transformées en gens bien paraissant, des bribes de vêtements ne restaient pas des bribes, mais ne se les étaient encore jamais transformées en vue dans des robes, comme on : bleu avec les bandes en argent. La fille était emportée, là cependant, les natures hochaient tristement la tête, l'un disait : „Cet enfant n'avait pas peur, comme s'il savait que l'on nous maudit beaucoup d'années avant, nous le protégerons, également qui pourrait se passer maintenant.“

Cet enfant était la fille d'une femme qui était appelée seulement la sorcière et ne devait-il pas être maintenant aussi une sorcière ? 

Cela n'étonnait pas que l'on voulait brûler la fille avant qu'il en vienne cependant en plus, les formes apparaissaient et le sauvaient. Ils le mettaient dans une calèche, se joignaient au comédien et on remuait sur le terrain à où autrefois le château avait avoué. Mais : o le miracle! Aucun château, mais une tour d'ivoire ne s'élevait dans le ciel. Le comédien noble soulevait en personne la fille de la calèche et le portait à la tour. Quand la fille demandait si cela peut être en haut dans la tour, ce lui était interdit strictement, elle doit être elle-même seulement dans la cave. O, mais c'était une cave très belle! L'empire les espaces décorés, étendus, la lumière venait comme d'une autre dimension dans les couleurs différentes chatoyant et l'enfant s'endormait sur l'une des réserves qui se trouvaient sur le plancher.

Les formes sauvées s'activaient près de la tour protéger toujours disponiblement la fille, faisaient cependant du bruit à l'orgie qui ne l'avait aucune manière. Ce bruit ne pouvait plaisent à personne au village, de temps en temps un villageois volait dans la tour, aussi dans les supérieurs étages, disparaissait cependant alors sur jamais de nouveau voient. Et justement c'était plus que suspecte.... (la première partie du conte) 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Meike Schrut.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 07.05.2010.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Fantasy" (Kurzgeschichten)

Weitere Beiträge von Meike Schrut

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Broken dreams (13) - Meike Schrut (Experimental)
A Long, Dry Season - William Vaudrain (Life)