Karl Wiener

Les amis

Il s'appelait Jean. Ses parents n'taient pas riches, mais il tait heureux, car il avait des amis. En commun ils faisaient toutes sortes de tours, mais jouer au football ils aimaient le plus. Un beau jour, Jean se baladait le long la rivire et trouva une pierre qui tait extraordinaire de couleur et forme. Il la ramassa et la regarda attentivement. Qu'est-ce que faire avec une telle pierre? - Aprs mre rflexion, il trouva que cette pierre serait bonne aiguiser son couteau de poche. Il l'empocha et rentra avec belle humeur chez soi.
En chemin, il rencontra celui de ses amis, qui tait le ballon, avec lequel les garons s'amusaient souvent. Jean le montra son trsor. Vu que celui se plaisait la pierre, Jean eut une bonne ide. Avec beaucoup des mots il expliqua le valeur de la pierre et persuada son ami de changer le ballon contre la pierre. Finalement celui approuva le troc, d'autant plus que Jean le fit croire que les amis joueront ce ballon aussi lavenir. Arriv chez soi, il regarda sa nouvelle possession avec fiert. Le ballon le plaisait tellement qu'il dsirait l'avoir exclusivement. Il la cacha dans le coin le plus arrire de son armoire.
Les amis taient dus quand ils saisirent que le match de football pas encore aurait lieu. Mais toutes leurs supplications taient inutiles, Jean gardait sa possession et ne faisait pas participer les autres. Ceux taient affligs et confrrent de que faire. Finalement un des garons dcida, cela lui presque fendit le coeur, se dessaisir de sa patinette que ses parents lui avaient fait comme cadeau lanniversaire. Il l'offrit Jean pour l'changer contre le ballon. Celui ne pouvait pas rsister l'offre. Il tira le ballon de son armoire, et plein d'exultation il partit avec la patinette.
Jean ne participait pas encore au jeu des amis. Sans relche il tournait le terrain de football. A un coin dangereux il rencontra un cycliste. Probablement, celui tait all trop vite. Il glissa et tomba dans la poussire. Il se lamentait et regardait ses genoux blesss. Prends donc la patinette et me donne la bicyclette, avec la patinette tu seras l'abri d'un tel malheur, conseilla Jean au cycliste bless. Plein de douleur, celui mit sa confiance en ces mots et accepta le troc.
Maintenant, Jean avait russi bien. D'une pierre il avait fait un ballon, le ballon il avait transform en la patinette, et finalement il avait troqu la patinette contre une bicyclette. Il tait trs fier de soi. Maintenant il tournait ses rondes la bicyclette, et parce qu'il n'tait pas gauche, il savait sous peu aller main leve. Il tait assis tout droit en selle, les bras croiss devant la poitrine. Un autre garon qui possdait une bicyclette plus belle, le vit et admirait son adresse. Comment tu fais cela?il le demanda curieusement, tu arrive ton but sans guider. Jean tait flatt et rpondit avec ruse: C'est trs simple, ma bicyclette est une bicyclette artistique. Cela impressionna le garon. Il voulait aussi possder une telle bicyclette qu'on peut guider main leve. Aprs beaucoup de supplication, Jean consentit remettre sa bicyclette en change de celle de l'autre condition que celui ajoute son argent de poche.
Ainsi Jean augmentait sa possession, mais il avait perdu tous ses amis. Aucun ne voulait encore jouer avec lui. D'abord cela ne le touchait pas. Il croyait que les autres lui enviaient sa possession. Mais bientt il se sentait seul. De l'argent qu'il avait rclam de sa dernire victime, il acheta de bonbon et chocolat pour se consoler. Autres garons l'avaient observ. Ils se joignirent lui et se firent passer pour ses nouveaux amis. Entre ceux il partageait volontiers ses sucreries, car il avait saisi que la vie sans amis est triste. Mais quand les sucreries touchrent leur fin les amis nouveaux l'un aprs l'autre se tournaient de lui. Pour garder au moins un des amis, il donna sa bicyclette le dernier qui passa pour s'assurer s'il y ait encore quelque chose trouver.
Plein de tristesse Jean s'tait assis au rivage du fleuve et regardait l'eau glougloutant devant ses pieds. Quest-ce qutait sa faute? Il soupirait aprs ses anciens amis. Au bord de l'eau, il vit une pierre. Le grand voyage dans l'eau l'avait arrondit comme une bille. Bandes en couleur couvraient sa surface. Jean ramassa la pierre et la regarda attentivement. Elle tait plus belle que celle qui fit le dbut de son malheur. Jean et chang chaque chose contre un seul ami. Il navait pas aperu le garon qui l'observait du pr. Celui portait un ballon sous le bras et ne savait au juste quest-ce que faire. Il fit signe Jean et linvita au jeu. Il ne doit pas supplier. Jean lui offrit la pierre comme cadeau et tait heureux d'avoir trouv un nouveau camarade.
 
 
 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Karl Wiener.
Verffentlicht auf e-Stories.org am 29.12.2007.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persnlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Eintrge zu lschen! Dein Kommentar erscheint ffentlich auf der Homepage - Fr private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nchster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: nderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Fairy Tales" (Kurzgeschichten)

Weitere Beitrge von Karl Wiener

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschlge an:

Hospitalidad - Karl Wiener (Fairy Tales)
Heaven and Hell - Rainer Tiemann (Humour)