Karl Wiener

Le bonhomme de neige

 
Il fait soleil. Pas un nuage nassombrit le ciel. La neige couvre les toits des petites maisons, et la fume s'lve droit comme un cierge par les chemines. De la piste de luge sonnent rire et hauts cris. Les enfants lugent en bas de la pente. Montant ils jettent boules de neige lun lautre. Cris dallgresse accompagnent chaque coup heureux. Au milieu de cette allgresse en est un vieux bonhomme de neige. Appuy sur son balai il regarde par ses yeux noirs les activits autour de lui. Un chapeau chiffonn couvre sa tte. Sa grande bouche atteigne ses oreilles, et une pipe chauffe son nez rouge. Lui aussi touche plus dune boule de neige. Les enfants ne deviennent pas las du jeu, mais au crpuscule ils tour tour rentrent la maison. Seulement le bonhomme de neige reste sur la piste de luge. Aprs le dner les enfants sont rassembls autour du feu. Le grand-pre leur raconte, quelle chose arrivait un bonhomme de neige:
La nuit avait tomb. Un bonhomme de neige stait au cot de la piste de luge. Les toiles scintillaient du firmament et la neige luisait en clair de lune. Calme avait fait son entre sur la pente. Le bonhomme se sentait seul. Tout coup il entendit coups dailes. Une troupe doies attardes prit terre sur la glace de ltang prs de la pente. Elles avaient parcouru un grand voyage Elles dbattaient grand bruit les vnements de la journe. Mais le voyage les avait fait fatigu. Tour tour elles cachrent leurs ttes sous leurs ailes. Bientt, le silence revint. Seulement une oie encore veillait. Elle marchait et l et tirait brins d'herbe de dessous la neige quand elle aperut le bonhomme. Curieuse, elle s'approcha. Quel drle d'homme? - Il tait debout et immobile son endroit. L'oie dj voulait se dtourner. A ce moment elle entendit un gros soupir. Elle s'approcha de quelques pas. Le camarade semblait triste. L'oie lui demanda le motif de sa tristesse, et il se plaignit de son chagrin. Il avait rflchi son avenir: La fin de l'hiver viendra bientt, et le soleil fera fondre la neige. Puis, il y aura aussi sa derrire heure. Il ne verra jamais les fleurs printanires. La seule pense le fait tomber malade.
Le chagrin du bonhomme toucha l'oie. Elle rflchit un remde, et elle eut une bonne ide: A l'ouest, o tous les jours le soleil se couche, il y a des hautes montagnes. Aux sommets de ces montagnes, la neige ne fond jamais. Demain, au petit jour, la vole des oies y partira. Au ciel elle formera une grande flche. Le bout de la flche montrera le chemin. Cela elle raconta au bonhomme. Celui rflchit au conseil de l'oie, et avant de s'endormir, il prit une dcision.
Le lendemain matin, les enfants s'tonnrent. Le bonhomme de neige avait disparu. Obissant au conseil de l'oie, il avait pris le chemin que lui avait montr le vol des oies. C'tait un parcours trs fatigant. Si le Pre Nol avec son traneau n'tait pas pass mi-chemin et le n'avait pas emmen, il ne serait jamais parvenu ses fins. Mais les agiles rennes devant le traneau coururent comme le vent. Ils s'levrent dans l'air et conduisirent le bonhomme de neige au sommet le plus haut des montagnes.
Voil, il fut au but de ses dsirs. Heureux d'avoir parcouru le long trajet, il tomba de fatigue et plongea dans un profond sommeil. Son rve lui montrait un monde ensoleill avec des fleurs et des enfants riants. Mais quand il sortit de son sommeil, il fut dsappoint. Le temps avait chang. Le ciel tait couvert de nuages. Par-dessus les sommets sifflait la tempte. Lhiver refusait le printemps avec grle et neige. La brume cachait la vue sur le val.
Mais un beau jour, un ple rayon de soleil sortit par un trou dans les nuages. La brume se retira. La vue sur le val se dcouvrit, et le bonhomme de neige vit ce que navait jamais vu un bonhomme de neige auparavant: L-bas, tout au fond de la valle, le printemps faisait son entre. Les fleurs printanires sortaient de terre. Les enfants sbattaient au bord dun ruisseau qui serpentait travers la prairie. Le bonhomme regardait les enfants jouant et l'eau scintillant, mais il ne pouvait entendre ni le murmure du ruisseau ni le rire des enfants. Pas un son n'arrivait de la profondeur du val au sommet. A vrai dire, il ne se sentait pas de ce monde qu'il voyait l-bas.
Le bonhomme de neige dsirait tre au milieu des enfants. Pas pas, il s'approcha de l'escarpement et commena descendre. Mais il perdit l'quilibre. Il tomba, et avec grand bruit il culbuta la tte la premire dans le bas de la valle. Et parce qu'il voulait se cramponner, il arracha de plus en plus de neige. A la fin de la descente il se retrouvait au pied de la montagne sur le pr, parmi un grand tas de neige. Seulement le nez rouge s'levait au-dessus. Les enfants accoururent avec des cris d'allgresse. Une dernire fois, ils jetrent des boules les uns aux autres, avant que le soleil ne fondt la neige, qu'elle rejoignt en petites gouttes un grand nuage.
Maintenant, ce nuage flotte sur le pays. Le vent la pousse vers l'est,vers le leverdu soleil, o les enfants attendent que l'hiver prochain fasse tomber les gouttes de nouveau en flocons de neige.
 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Karl Wiener.
Verffentlicht auf e-Stories.org am 04.11.2007.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persnlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Eintrge zu lschen! Dein Kommentar erscheint ffentlich auf der Homepage - Fr private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nchster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: nderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Fairy Tales" (Kurzgeschichten)

Weitere Beitrge von Karl Wiener

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschlge an:

The know-all - Karl Wiener (Fairy Tales)
A Long, Dry Season - William Vaudrain (Life)