Karl Wiener

Le prince

 
Il y tait une fois un roi qui rendait justice tous ses sujets. Il rgnait sagement et promit de vivre aussi lui-mme selon les termes des lois qu'il avait fait pour son peuple. Parce que il tait un homme modeste, n'abusait jamais son pouvoir et s'en tenait toujours ses promesses, son peuple mettait sa confiance en lui.
Le roi avait un fils, qui se dveloppait, bien gard, en un beau prince de bonne ducation, instruit de tous les arts et sciences. Mais vu qu'il tait l'unique fils du roi et que celui-ci l'aimait de tout son coeur, on lui passait bien des mchancets. De cette manire le prince devint un jeune tourdi, et on ne pouvait pas avoir vritablement confiance en lui. Ce n'est pas qu'il mentait, mais on ne pouvait pas vraiment compter sur ses mots. Pour se montrer intressant ou agrable, il dtournait de temps en temps un peu la vrit. Souvent il faisait aussi des promesses en l'air, qu'ensuite, il ne rempliait pas. C'est pourquoi plus d'un de ses amis se dtachait de lui.
Un beau jour, quand le roi serait las de rgner, le prince devrait recevoir la couronne et le sceptre pour devenir un bon souverain. L'insuffisance de son fils dsolait le roi et il l'exhortait constamment ne tromper point ses amis, car insincrit serait peu convenable au roi venir. Le prince promit solennellement de suivre les exhortations de son pre et ne abuser pas ses amis ni srieusement ni pour rire. La promesse ne lui cotait gure, mais la tentation de lenfreindre tait trs forte.
Le roi avait beaucoup d'autorit et d'influence sur le sort de ses sujets. Pour cette raison, plus d'un filou essayait l'aide d'argent et d'autres cadeaux de gagner sa faveur. Mais le roi rsistait toutes les tentations et suivait le principe que toutes ses dcisions devaient servir au bien-tre de tous ses sujets. Le prince aussi ne s'acharnait point au bien et l'argent mais s'engouait de puissance et d'honneurs. Flatteurs tchaient influencer le pre par le fils et faisaient utilisation de cette faiblesse du prince. Chacun lui demandait quelque chose. Et parce que il se flattait d'tre un homme important, il promettait ceci et cela, et puis il avait oubli ses promesses de la veille dj le lendemain. Parfois il arrivait aussi, qu'il violt une promesse par l'autre. Pour cette raison, ce n'tait pas tonnant que mme ses amis n'attachaient pas d'importance ses mots.
Un beau jour le prince et ses camarades s'amusaient sur la rive d'un fleuve. Ils sautrent d'un promontoire rocheux dans les frais flots. Les jours prcdents il y avait eu beaucoup de pluie, et le fleuve tait en crue. Le courant tait trs dangereux. Cela nempcha point le prince de sloigner de la rive, car il tait un nageur vers et voulait prouver son intrpidit. Mais le courant tait trop fort et lentrana. Il appela haute voix au secours, mais il faut croire que ses amis ne reconnussent point le danger. Peut-tre pensrent-ils quil se moquerait deux, sils ajoutaient foi lui.
Le courant en charria le prince. Personne ne le revit jamais. Je ne connais pas son sort, personne na entendit de lui. Bien sr, il se sauva la nage, car il tait un nageur vers. Mais pour sr il ne devint jamais un roi.

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Karl Wiener.
Verffentlicht auf e-Stories.org am 27.10.2007.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persnlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Eintrge zu lschen! Dein Kommentar erscheint ffentlich auf der Homepage - Fr private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nchster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: nderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Fairy Tales" (Kurzgeschichten)

Weitere Beitrge von Karl Wiener

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschlge an:

Le ponte - Karl Wiener (Fairy Tales)
Heaven and Hell - Rainer Tiemann (Humour)