Karl Wiener

Le pommier

 
Chaque vu ralis aussitt fait natre bien des vux nouveaux. Adam et Eva aussi taient chasss dehors du paradis cause de leurs dsirs hardis. La mme chose arriverait peu prs aussi Joshua, notre petit ami.
Il y avait un beau jour ensoleill en t. Grands nuages blancs flottaient sur le ciel. Un petit ruisseau serpentait travers la prairie et passait devant une colline,o se trouvait un vieux pommier.L'corce du pommiertait sillonne de crevasses profondes, et son large couronne protgeait contre les rayons du soleil. Joshua s'avait tendu l'ombre du pommier, les bras croiss au-dessous de la tte. Fatigu du jeu, il clignait des yeux vers lhaut. Les pommes n'avaient pas encore mri, mais leur foule promettait une bonne rcolte. Joshua essaya en vain de les compter. Leur nombre tait tellement quil n'avait pas assez des doigts. La chaleur lui avait donn soif et l'eau lui vint la bouche. Il croyait que les pommes puissent aider. Il se leva sur la pointe des pieds et secoua les branches du pommier. Une pomme tomba. Joshua la ramassa et pris une grande bouche. Mais quel malheur, la pomme tait pourrie et vreuse.
Le vieux pommier avait aperu le dsappointement de Joshua. Une brise agitait son feuillage, et Joshua l'entendit souffler: Les fruits prcoces sont pourris et vreux.Chaque chose se passe son heure. - Joshua tait tonn d'entendre le pommier parler. Il se tenait tranquille pour couter chaque mot, et le pommier continua: Garde tes rves, leur ralisation ne tient pas toujours ce que le rve a promis. Le pommier s'arrta, Joshua stait endormi. travers de ses paupires fermes luisait une lumire rose. Une bonne fe merveilleuse sortit de cette lumire et chuchota: Joshua, je t'alloue trois vux. Ceux-ci s'accompliront. Mais considre bien, car la tentation est forte et il se pourrait bien que tous les vux sont perdus avant de sen apercevoir. L-dessus la fe disparut.
Joshua rflchit. Depuis longtemps il s'irritait du frre plus vieux, qui le traitait en bb parce que il n'allait pas encore l'cole. Pour cette raison il dsira tre colier. Comme promis, le vu se ralisa aussitt. Dehors il faisait du soleil, mais Joshua tait assis sur le banc dcole et suait. Plein de dsir il vit par la fentre, rvait de la pr o les camarades du mme age jouaient la ruisseau. Mais il se consola la pense qu'il ait encore deux vux. Il tait assis, sa tte soutenue par la main, et rflchissait. La vie de son matre lui semblait digne denvie. Celui-ci jouait de sa vie et savait apparemment toutes les choses que un homme doit savoir. Alors, il dsira qu'il ait fini les annes scolaires et qu'il soit la place de son matre. Comme auparavant, le vu se ralisa aussitt. Maintenant il s'tait lui qui enseignait lire et crire aux enfants, et il y avait aussi quelque autre chose, que les enfants ne savaient pas encore. Mais quel malheur! - Lui mme ne savait pas beaucoup des choses que les enfants lui demandaient. La curiosit des coliers lembarrassait. La misre le fit se souvenir de son grand-pre. Cet homme tait toujours serein et savait raconter beaucoup des histoires intressantes. Alors, Joshua voulait tre comme son grand-pre. Joshua n'avait gure pens ce vu, quand il tait assis devant la maison sur un banc, clignant des yeux la lumire du soleil. Il sentait la chaleur agrable traverser ses vieux membres. Mais quand il s'leva, il devait s'appuyer sur une canne et avait de la peine marcher. Dans sa tte il rechercha dune belle histoire, mais aucun sujet lui ne vint pas lide. Les histoires dont le grand-pre racontait avaient mri grce l'observation de la vie pendant beaucoup d'annes.
Joshua sattrista. Il se souvint des paroles du vieux pommier: Chaque chose dans la vie se passe son heure. Il semblait que les jours heureux de son enfance soient perdus pour toujours, les trois vux taient gaspills. Mais, par bonheur, la fe le toucha avec sa baguette magique. Joshua sortit de son rve et leva ses yeux. Sage par exprience il se proposa de retenir ses vux jusqu ce que leur temps sera venu.

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Karl Wiener.
Verffentlicht auf e-Stories.org am 15.10.2007.

 

Leserkommentare (1)

Alle Leserkommentare anzeigen!

Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persnlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Eintrge zu lschen! Dein Kommentar erscheint ffentlich auf der Homepage - Fr private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nchster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: nderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Fairy Tales" (Kurzgeschichten)

Weitere Beitrge von Karl Wiener

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschlge an:

La flor sobre el muro - Karl Wiener (Fairy Tales)
El Tercer Secreto - Mercedes Torija Mallo (Science-Fiction)