Karl Wiener

Le papillon

 
       Une tte de chou avait invit tous ses amis un festin. La cuisine et le cellier offraient ce quil a de mieux. Les invits buvaient la sant du hte. Lallgresse rsonnait au loin par la nuit. Le bruit joyeux avait aussi attir une petite chenille qui gotait le boire et le manger de bon apptit. Aprs le repas retenta la musique de danse. Les cigales faisaient la partie de premier violon, les bourdons jouaient de la contrebasse et les htes joignirent haute voix. Les papillons menrent la ronde et la chenille admirait leurs exercices gracieux. Elle rvait de savoir danser comme eux.    
       Le banquet durait bien de jours et de nuits. La chenille grossissait vue dil. De plus en plus  les  jours se raccourcissaient et les nuits rafrachissaient. Lautomne fit son entre. La musique cessa et peu peu les htes prenaient cong de la fte. Finalement la chenille restait seule. Tremblant de froid elle se cacha dans lcorce crevasse dun vieux chne, o elle semmitoufla dune couverture de soie file la propre main. Aprs cela elle plongea dans un profond sommeil et rvait de danser sa propre fte de mariage comme un papillon. 
        Le printemps vint. Le soleil chauffait la terre et aussi les curs. Les fleurs ouvraient leurs calices et les abeilles essaimaient pour butiner. Notre chenille aussi sveilla de son sommeil. Il faisait sombre dans son refuge, et elle seffora de schapper de sa cage obscure. peine elle sortit de son voile. blouie elle ferma les yeux, billa, stira et stendit. Finalement elle ouvrit les yeux et regarda  avec curiosit autour de soi. Une mare rflchit un rayon du soleil. La chenille aperut son image : Un papillon merveilleux. 
        Profondment le papillon prit haleine et il sentit la vie et la joie entrant dans son cur. Il tendit ses ailes et les plia pour prouver ses forces. Finalement il senvola. Il voltigeait et butinait sur toutes les fleurs, gotant du doux nectar des merveilleux calices. Mais tout le cur du papillon appartenait sous peu un charmant bouton qui sous ses tendres baisers sveilla une belle rose rouge fonce. Par temps de pluie et de soleil le papillon se rfugiait lombre des ptales, et quelque fois ils y comptaient deux les toiles.
        Lt passait, et comme lanne le papillon vieillit. Comme dhabitude, il sortit pour rendre visite la fleur quil aimait de tout son cur. Le frais soir le fit souffrir. De temps en temps il sarrtait pour prendre haleine et quelque fois il sendormait et il rvait de jours longtemps passs. Quand il sortit de son sommeil il parfois ne savait pas encore , sil soit le papillon ou un ptale de sa rose aime. Seulement peine il russit de continuer sa marche. Un coup de vent le saisit  et le tourbillonna avant de sen apercevait au bout de son voyage. Il dansa lenvi avec les derniers ptales de la rose vers le ciel et disparut derrire les nuages.
 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Karl Wiener.
Verffentlicht auf e-Stories.org am 15.09.2007.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persnlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Eintrge zu lschen! Dein Kommentar erscheint ffentlich auf der Homepage - Fr private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nchster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: nderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Fairy Tales" (Kurzgeschichten)

Weitere Beitrge von Karl Wiener

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschlge an:

The gnat and the elephant - Karl Wiener (Fairy Tales)
El Tercer Secreto - Mercedes Torija Mallo (Science-Fiction)