Patrice Faubert

D'un esclavagisme l'autre

Archives sédimentaires
Comme des archives du réactionnaire
Comme des archives du révolutionnaire
Rien n'est panacée
Naissance ou mortalité
Comme les énergies renouvelables
Le moins pire, le plus valable
1) Hydraulique
2) Solaire
3) L'éolien
4) La géothermie
Là, c'est en France
Ne pas confondre
Les énergies renouvelables
Ne pas confondre
Les mentalités renouvelables
Car un monde vert
Pourrait être toujours et encore réactionnaire
Il y a bien des fascistes, hommes
Qui sont végétariens ou végans
Il y a bien des fascistes femmes
Qui sont végétariennes ou véganes
Il en va ainsi aussi pour le naturisme
Et plus forcément anarchiste ou révolutionnaire
Car cela peut-être purement hygiéniste
Cela peut-être de toutes les tendances
Cela peut-être de toutes les mouvances !
Comme de jadis, le pirate
Plus près du libertaire
Déjà, de la sécurité sociale
Comme le corsaire
Plus près du réactionnaire
Au nom d'un souverain
Au nom d'une souveraine
Pour piller sans gloire et sans peine
1700
Apparition officielle du drapeau pirate
Officieusement, sans doute bien avant
Le rouge, pas de quartier, on se carapate
L'on ne peut y faire aucune épate
Les boucaniers français en première étape
Le noir, l'on pouvait encore espérer
En devenir l'équipage
Surtout en tant qu'esclave
Comme une lueur de liberté
Plus tard, les corsaires barbaresques
Musulmans pratiquant l'esclavage
Blanches et blancs, en capture
Maltraitance habituelle et sans pittoresque
Navires marchands, Alger, Tunis
L'Afrique du Nord, toute une torture !
Déjà, tout un fanatisme religieux
Avec les notions de l'infidèle ou du mécréant
Pour des femmes, des hommes, des enfants
Au moins
Un million au dix-huitième siècle
De l'or blanc pour les esclavagistes arabes
Aux USA, l'or noir africain pour les colons
L'on est toujours la blanche, le blanc
L'on est toujours la noire, le noir
L'on est toujours la jaune, le jaune
D'un esclavagisme l'autre
D'un colonialisme l'autre
D'un racisme l'autre
Et toujours les guerres du capital
Avec des fragmentations toujours fatales
Alors
Qu'il n'y a que le genre humain
Alors
Qu'il n'y a que l'espèce humaine
Qui est UNE et INDIVISIBLE
Avec un seul même fusible
Avec toute une idiote intersectionnalité
Pour encore et davantage, où tout est séparé
Ainsi de l'identitarisme
Ce nouveau corporatisme en fascisme
Et en vérité
Le capital ne peut se réformer
Comme tous les fascismes, c'est de la gangrène
Il faut éradiquer, quoi qu'il en advienne
Sinon, l'on en crève dans son Amen !
 
Patrice Faubert ( 2024 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/)

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 09.07.2024.

 
 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel

Mehr aus der Kategorie "Politik & Gesellschaft" (Gedichte in französischer Sprache)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:


Assuétude paraphysique - Patrice Faubert (Gedanken)
Growth - Inge Offermann (Allgemein)