Thomas Lacroix

Convenances

Cest un intrieur douillet et chaud comme un chat en hiver. Des moulures dores grimpent le long des plinthes, le feu sagite mollement dans la chemine et un bouquet de fleurs sches gaye la petite table au centre de la pice.
 
A lextrmitde la bergre de style Empire trne la matresse de maison. Sa robe bouffante la bouffe jusquaux joues.On devine derrire les fanfreluches un visage noble et hautain qui fut gracieux en son temps mais que les ans ont rendu plus svre. Madame Adlade Igns de Sainte-Mnehoulde-Pronard-Chamboliart, veuve Montalembert-Derouet, fait signe dapprocher son valet de chambre qui vient de se prsenter. Il tend ostensiblement sa matresse une lettre sur un plateau dargent, soigneusement plie.
 
Elle la prend avec une grce tudie, la retourne pour dcouvrir le nom de lexpditeur: Philmon dAntremesle. Surprenant. Elle le connat peine. Tandis que le valet, ombre importune, se retire en silence, Madame fait sauter dun coup dongle le cachet de cire rouge qui scelle la lettre. Lcriture est fine et se droule en courbes discrtes. Madame juge quelle manque de personnalit mais entreprend nanmoins de prendre connaissance de son discours.
 

 
Adlade,
 

 
Adlade Igns de Sainte-Mnehoulde-Pronard-Chamboliart hausse un sourcil. Pas trs haut, mais tout de mme.
 
- H bien, quelle familiarit..
 

 
..jose enfin prendre la plume. Elle est lourde dans ma main car mon cur tremble de vous apprendre ce qui me pousse crire. Il est des instants dans la vie dun homme o la force dune dcision prend le pas sur celle du destin. Jai lopportunit de faire ce choix dcisif et je ne resterai pas sans voix. Pas cette fois.
 
Depuis plusieurs mois je guette votre silhouette dans les cocktails..
 

 
- Seigneur Dieu.
 

 
..lorsque nous conversons, votre souffle est le mien et ma joie est fille de vos sourires. Chacun de vos regards est un baume lger pour mon me tourmente qui na plus de raison dtre que pour vous. Que ne vous ai-je rencontre plus tt? Voici des annes que je vis seul, portant un deuil qui, je le croyais, ne cesserait jamais.. mais vous voil et je veux vivre nouveau. Je sais que la vie ne vous a point pargne, que vous connaissez comme moi le silence des cimetires, la brlure des larmes.
 

 
Adlade Igns de Sainte-Mnehoulde-Pronard-Chamboliart cesse de lire. Elle revoit en songe le mdaillon de baptme de sa fille entre ses doigts, la lueur des bougies de la chapelle ardente. Les autres personnes prsentes ne sont dsormais plus que des silhouettes effaces dans sa mmoire. Mais elle na pas oubli ses penses en cette heure hae. Des penses quelle imaginait encore quelques heures auparavant vulgaires fantaisies de roman, lui taient venues spontanment. Et elle les avait analyses plus que ressenties. Encore maintenant, elle ne comprend pas pourquoi elle sest trouve simple spectatrice de son propre drame.
 

 
Un crpitement sec provenant de la chemine la tire de sa rverie.
 

 
Elle reprend avec plus dattention la missive quelle devine soudain trop brve.
 
Cest la voix de Philmon dAntremesle quelle entend prsent, lui soufflant un air quelle na plus entendu depuis des sicles lui semble-t-elle. Cette lettre lui parle, fait vibrer en elle la corde si des possibles, la perturbe plus quelle nose encore se lavouer.
 
Pour un peu, elle laisserait chapper une frisson.
 

 
Nous vivons seuls, chacun de notre ct, dans lespoir doublier ces instants funestes. Mais ces choses l ne soublient pas.
 
Moi, je vous offre un souffle, un repos. Ce sont des rires que je vous apporte, de nouveaux plaisirs, de nouvelles esprances. De deux vies blesses faisons un avenir vivace. Ne vous offusquez pas de mon audace, Madame, ne rpondez pas encore, acceptez simplement de rflchir cette ventualit.
 

 
Mon dieu.. et sil avait raison? Si ce rve pouvait saccomplir? Madame nose poursuivre sa lecture. Ce serait folie de suivre cet homme, mais
 
Prestement, elle saisit la clochette pose au centre du guridon ses cts. Du geste sr de celle qui vit dautomatismes, elle appelle son valet de chambre dun tintement empress. Il ne tarde pas rpondre au signal, sa main actionnant le loquet de la porte alors mme que la clochette retrouve sa place initiale.
 
- Madame?
 
- Un chocolat chaud.
 
- Bien Madame.
 
Dj, la porte sest referme. Madame est de nouveau seule. Elle tremble un peu, mais prsent cest de savoir le fin mot de cette lettre. Elle sait que sa vie peut prendre un tour inattendu, enivrant, sucr. Qui saurait dire si elle reprend le texte depuis le dbut par plaisir ou par peur? Toujours est-il quemporte par le flot des paroles qui la bercent, elle ne sarrte plus et saisit entre deux battements de paupires la fin sonnante de cette envole:
 

 
Et si jose enfin, Madame, me jeter ainsi vous sans honte, brlant dun improbable espoir, sachez que cest pour une simple et tendre raison.. Jespre proche le jour o je pourrais vous tenir contre moi et vous souffler enfin des parolestrop longtemps contenues :
 

 
je taime.
 

 
P.E.
 

 

 
Ces derniers mots roulent comme le tonnerre dans lesprit dAdlade Igns de Sainte-Mnehoulde-Pronard-Chamboliart. Elle considre la lettre encore un instant. Puis elle la laisse plonger dans ltre de la chemine avec ddain.
 

 
On ne tutoie pas une dame.
 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Thomas Lacroix.
Verffentlicht auf e-Stories.org am 08.08.2006.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persnlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Eintrge zu lschen! Dein Kommentar erscheint ffentlich auf der Homepage - Fr private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nchster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: nderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Humour" (Kurzgeschichten)

Weitere Beitrge von Thomas Lacroix

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschlge an:

Heaven and Hell - Rainer Tiemann (Humour)
Heaven and Hell - Rainer Tiemann (Humour)