Patrice Faubert

Le détournement du suicide

Tellement de raisons
De se suicider
Que de se suicider
Plus aucune raison
La mort de son père
La mort de sa mère
La mort dune soeur ou d'un frère
La mort de sa femme
La mort de son mari
La mort d'une amie ou d'un ami
La mort d'une compagne
La mort d'un compagnon
La mort nous déconstruit
La mort nous détruit
Et ce, petit à petit
De la douleur, de la souffrance, de la nostalgie
Au physique
Du psychologique
Un proche
Une proche
Ne sont plus
Et rien ne va plus
L'on attend que cela passe
Mais cela nous bouffe, cela nous casse
Puis l'on s'habitue, cela se tasse
Sinon, l'on se suicide par impasse !
Pour ne pas se tromper
Être toujours du côté du plus faible
Du côté des hommes révoltés
Du côté des femmes révoltées
Contre toute injustice, contre toute inégalité
Être solidaire de toutes les manifestations
Quand elles sont de la vraie rébellion
Quand elles sont de la vraie contestation
Tout, il est vrai
Comme devenu, contestable
Tout, il est vrai
Comme devenu, détestable
L'on ne se suicide pas
C'est la société qui nous tue
L'on ne se suicide pas
C'est la société qui nous pue
Et il y a, tant de raisons de se suicider
Que de se suicider
Plus aucune raison
Certes
Tout se passe dans la tête
Quand des orages mentaux sont à la fête
Parfois
Aucun médicament n'en vient à bout
Plus aucune parole ne réconfortant
Un état de Schrödinger, mais la mort, l'emportant !
Tant de gens
Se sont suicidés
Se suicident
Se suicideront
Quand il n'y a plus
Quand il n'y a pas
D'amitié, de fraternité
De sexualité, d'affectivité
D'égalité, de liberté
De solidarité, d'inventivité
Alors que, rien, que dans une rivière
Au soleil, le corps nu comme un ver
Petits poissons vous caressant
Petits poissons vous nettoyant
Petits poissons vous massant
Quand tout est sans visage
Quand tout est sans rivage
Dans la grande solitude, point d'abordage
Chacune enfermée dans sa bulle
Chacun enfermé dans sa bulle
Des automatismes
Ce, à au moins, quatre vingt quinze pour cent
Le monde réel étant donc côté à cinq pour cent
Déterminismes
Quels qu'ils soient
Et cela va de soi
L'on peut les utiliser
L'on ne peut les effacer
Faute de le savoir, pas de pot d'échappement
Cela nous annule, toute compréhension, l'invalidant
Des mortes-vivantes, des morts-vivants
Des mortes et des morts se suicidant !
 
Patrice Faubert ( 2019 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "
 
 
 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 03.09.2019.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Psychological" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Paris-Colmar, la symphonie des pas - Patrice Faubert (Emotions)
The secret is ... - Inge Hoppe-Grabinger (Psychological)
Rainy Day - Inge Offermann (Emotions)