Maria von Däniken

Orages dans l'enfance

Quand le ciel vers l’ouest se fait soudain sombre, quand éclair et tonnerre approchent dangereusement, le silence s’empare de la mère avec ses 8 gosses. La tension monte. D’abord vite ramasser le linge à sécher dehors. Vite monter à l’étage fermer toutes les fenêtres, côté pluie même les volets. Redescendre à la cuisine, vite retirer la prise de courant du fourneau éléctrique. Enfin tous se rassemblent au séjour. Maman se rend à la porte d’entrée, l'ouvrant aussi large que possible. Interdit de faire du courant d’air qui, selon maman, attirerait les éclairs. „Mais pourqui veux-tu qu’avec l’orage, la porte d’entrée reste toujours ouverte?“, demande à chaque fois l’un/e ou l’autre d’entre nous. A chaque fois maman réponds: „Au cas ou la foudre tombe sur la maison, tout doit être fait pour la quitter en courant. Une maison touchée par la foudre brûle comme une torche, en quelques minutes.“ Elle doit le savoir. Elle a grandit à la campagne. Elle a été témoin de tels désastres ou en a entendu parler. Elle-même a été tout juste épargné d’être touché par la foudre dans sa jeunesse. Ramassant les foins à l’approche d’un orage, sa biciclette appuyée contre l'arbre derrière elle. Soudain une détonation épouvantable: la foudre est tombée sur l’arbre avec la biciclette. Depuis, le choc, la peur d’alors, semble la saisir à nouveau à chaque orage.

Aprés vérification que la maison est „fin prêt“ pour l’orage, elle vient s’assoir parmis nous, prend le dernier-né sur ses genoux et commence à prier: „Seigneur, éloigne de nous foudre, tonnerre, grêle et protège nous dans ta bonté, je vous salue Marie, pleine de grâce...., etc. (l’ave Maria)“. Tant que l’orage dure, ensemble nous répétons sans arrêt cette prière. J’ai peur. Je me rends compte que maman a peur. Plus proche est l’orage, plus fort, plus intense et suppliant nous l’entendons prier. Tout en priant je compte les secondes entre éclair et tonnerre. Quand avec une détonation infernal, foudre et tonnerre s’étant liés, semblent se décharger juste au dessus de nos têtes, ma peur est à son paroxysme. Notre prière aussi prend une allure paroxistique, voulant couvrir le fracas du dehors. Comme si nous pouvions ainsi le stopper, lui fermer sa gueule. Puis, à mesure que l’orage s’éloigne, s’apaise notre prière, pour finalement faire place à un soulagement générale. Maman se lève aussitôt. Pas d’ange en vue qui pendant ce temps, aurait eu l'idée de continuer son travail....

 

 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Maria von Däniken.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 01.07.2017.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Childhood" (Kurzgeschichten)

Weitere Beiträge von Maria von Däniken

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Hommage à ma vie - Maria von Däniken (Life)
A Long, Dry Season - William Vaudrain (Life)