Patrice Faubert

La clef philosophale

" Le spectacle du secret est le secret du spectacle "
 
Patrice Faubert ( né le 5 janvier 1951 à La Courneuve )
 
" La théorie révolutionnaire est maintenant ennemie de toute idéologie révolutionnaire , et elle sait qu’elle l’est. "
 
G. E. Debord , ( La société du spectacle , 1967 )
 
Le spectacle du secret est le secret du spectacle . Le secret du spectacle est le spectacle du secret. Le secret du spectacle est dilué dans la société informationnelle . Tous les mensonges y sont mélangés , avec quelques vérités nécessaires , pour pouvoir ainsi rendre crédibles , les mensonges désinformatifs . Le spectacle du secret n’a plus le besoin du masque de fer pour garder le secret . Au contraire , le secret est tartiné , tranché , et étalé un peu partout .
C’est sa visibilité même , qui le rend d’autant plus secret , qu’il n’est plus perçu en tant que secret .
 
Ainsi plus besoin d’un Eustache Danger (mort en 1703) , un valet de cour royale , qui fut le vrai masque de fer . Ainsi , feu le brigand , Louis Dominique Cartouche ( 1693-1721 ) , qui ne mesurait qu’un mètre cinquante , peut devenir beaucoup plus grand en taille , quand il est cinématographié . Le faux a habillé le vrai , et les vêtements en sont si somptueux , que la vérité n’intéresse plus personne , et ce depuis longtemps .
 
Si vous avez toujours mangé du faux poulet , ce faux qui aura formé votre goût , en sera le référent , et ce faux sera pour vous le vrai . Et vous ne pourrez/saurez même plus apprécier le vrai poulet . Il en va du poulet , comme pour tout le reste . Ainsi , vous préférez l’histoire revisitée , une histoire sans cadavres dans le placard , une histoire propre sur soi . Le spectacle du secret s’évacue dans les films d’épouvante et de catastrophisme , où ce qui fait peur , n’est plus une société d ’ épouvante et de catastrophisme , donc la réalité , mais une fiction de la réalité .
 
La fiction de la réalité est le spectacle du secret , et la réalité de la fiction est le secret du spectacle . Avec la disparition de la personnalité humaine , aura disparu , l’être humain tout court . Plus que jamais , Diogène de Sinope ( 413- 327 avant notre ère ) dit Diogène le cynique , avec sa lanterne , en plein jour , pourrait toujours dire , " je cherche un homme " . Nous n’avons plus de grandes figures , comme Jean-Gaspard-Baptiste Debureau ( 1796-1846 ) mime au théâtre des funambules ou bien Frédérick Lemaitre ( 1800-1876 ) , le plus grand acteur de tous les temps , ou le fameux poète bandit , un peu assassin , Lacenaire ( 1800-1836 ) , pour nous enthousiasmer .
 
Et même si pour nous défendre (nos positions) du spectacle du secret , secret auquel participe tout l’organisation spectaculaire marchande techno-industrielle , nous n’ avons plus les balistes , les onagres , les scorpions , les acrobalistes , les frondes , et même si pour attaquer nos ennemis /ennemies , nous n’avons plus les béliers , les tours , les mantelets , les faux , les tortues... Nous aspirons nonobstant à être le grain de sable , la faille , le négatif rescapé de vos feux , qui rendra visible le secret du spectacle qui est si bien dissimulé dans le spectacle du secret .
Le spectacle du secret dissimule pour mieux montrer , et le secret du spectacle montre pour mieux dissimuler . C’est dans son contraire , que peut s’apercevoir la vérité du secret du spectacle . Le spectacle est devenu un secret , et le secret est devenu un spectacle . Et c’ est une hétéroculturalité ( les hétéroculturels / hétéroculturelles , comme le dit l’érudit généraliste Jean-Claude Carrière ) qui se bâtit dans le spectacle du secret qui n’est autre que le secret du spectacle .
 
" Lorsqu' il y a cette intelligence , alors tout est accompli . On est alors en dehors de ce monde , même si l’ on y vit ; même si l’ on essaie d’ y faire quelque chose , on y est totalement étranger . Et psychologiquement , nous sommes le monde et le monde , c' est nous . "
 
Jiddu Krishnamurti ( 1895 - 1986 )
 
Et quel est son secret , sinon , de nous faire croire , qu’il n’ a point de secret ? Par exemple , nous faire croire , que nous vivrons de plus plus vieux/vieilles , alors que nous mourrons de plus en plus jeunes bien sur ! ( par les divers empoisonnements que sécrète la société spectaculaire marchande techno-industrielle ) . C’est comme le mot humanitude qui fut créé par le journaliste Suisse protestant Freddy Klopfenstein , dans son livre " Humanitude " , essai , Genève , Ed : Labor .
Et dès 1989 , le gériatre et joueur de rugby , Lucien Mas (né en 1930) , introduit pour la première fois le terme d’humanitude dans les soins . Plus tard , Albert Jacquard , reprend le terme , sur le modèle du mot " négritude " jadis forgé par Aimé Césaire puis popularisé par Leopold Senghor .
 
" L’humanitude , c’est le trésor de compréhension , d’émotions et surtout d’exigence , qui n’a d’existence que grâce à nous et sera perdu si nous disparaissons . Les hommes n’ont d’autre tâche que de profiter du trésor d’ humanitude déjà accumulé et de continuer à l’enrichir "
 
Albert Jacquard ( généticien des populations , né en 1925 )
 
Le spectacle du secret , c’ est de voir , par exemple , un livre comme " Les illusions de la psychanalyse" de Jacques Van Rillaer qui parut aux éditions Pierre Mardaga en 1980 , toujours aussi invisible dans le spectacle du secret qui n’est que le secret du spectacle . La seule hétéroculturalité autorisée et encouragée , est une hétéroculture du spectacle du secret .Et les hétéroculturels/hétéroculturelles qui vont dans la direction du secret du spectacle , sont honnis et bannis du médiatique ou spectaculaire intégré ( terme forgé par feu G.E.Debord , 1931 - 1994)
 
De toutes façons , le secret du spectacle sait que cette hétéroculture ne rentre pas dans le signifiant de la plupart des gens . Ils/elles ne l’entendront pas , cela passera à travers , comme si , on leur parlait une langue étrangère dans leur propre langue . Et donc , cela ne rentrera pas dans leur signifiant . Car c’est la langue du spectacle du secret qui est apprise , et non pas le langage du secret du spectacle .
Et ainsi , la plupart des gens , sinon tous , ne peuvent plus comprendre que le langage du spectacle du secret .
Spectacle du secret , qui se répand partout , à la télévision , à la radio , sur l’internet , dans les films , dans les journaux de l’extrême gauche à l’extrême droite du capital , dans nos correspondances , dans nos courriels , dans nos conversations (ce qu’il en reste...) . Nous sommes devenus ainsi les porte-parole , les voix , l’écho du spectacle du secret .
La seule opposition au spectacle du secret est désormais dans le camp du secret du spectacle .
 
" O gentilshommes , la vie est courte ... Si nous vivons , nous vivons pour marcher sur la tête des rois . "
 
Shakespeare ( 1564-1616 )
 
De même , n’ oublions pas , en détournant une citation de Raoul Vaneigem ( né en 1934 ) , que " Ceux et celles qui parlent de révolution et de lutte de classes , sans se référer explicitement à la vie quotidienne , sans comprendre ce qu’ il y a de subversif dans l’amour et le refus des contraintes , ceux et celles là , ont dans la bouche de cette société spectaculaire marchande techno-industrielle , un cadavre , surtout sans analyser que l’ on nous conditionne et nous automatise ." Ainsi , qui vole un oeuf est un voleur / une voleuse , et donc mis au pilori , ainsi , qui vole des millions d’ euros est un député , admiré de tous et toutes , et surtout de ceux et celles qui votent . "
 
" J’ en suis arrivé à cette conclusion que , pour que nous trouvions une chose belle , en peinture , en musique , il faut que sa structure , c’ est à dire sa forme , les relations entre les éléments ou les éléments colorés des longueurs d’ ondes , soient conforment à la structure de notre cerveau . Je crois que personne ne l’ a dit . Si notre cerveau n’ est pas structuré de telle façon qu’ il puisse appréhender des structures qui lui sont extérieures , il n’ a aucune raison de les trouver belles . Elles ne seront belles que parce qu’ elles sont un modèle , une reproduction de la structure même de notre cerveau , c’ est à dire des relations existant entre les synapses . "
 
Henri Laborit ( 1914 - 1995 )
 
Patrice Faubert ( 2010 ) pouète , peuète , puète , paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "
 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 07.02.2017.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Politics & Society" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Paraphysique de l'anarchisme - Patrice Faubert (Politics & Society)
It is love... - Jutta Knubel (Love & Romance)