Patrice Faubert

Babouins de Sapolsky, humains de Laborit

La hiérarchie
C'est de la chimie
Des exemples, en voici :
Le stress
Portrait d'un tueur
De feu Henri Laborit
A ( né en 1957 ) Robert Sapolsky
Les humains de feu Laborit
Les babouins de Sapolsky
Et toujours le même refrain
C'est la position hiérarchique
Qui fait notre usine chimique
Les hormones du stress
Font toutes nos messes
Cortisol, glucocorticoïdes
Babouins ou humains
Les glandes surrénales, via les reins
Et l'hippocampe qui est détruit
La hiérarchie c'est de la chimie
Des exemples, en voici :
Humains ou babouins
Le corps n'oublie jamais rien
Comme les télomères, et c'est la vie qui rétrécit
Comme les télomères, et c'est la vie pas finie
Comme les grippes, c'est une pandémie
C'est très ancien, c'est adapté, c'est muté, c'est appris
Le stress, réaction organique à l'agression
Et toutes nos artères qui se bouchent, en réaction
C'est de la position hiérarchique
Cela fabrique des réactions chimiques
En petites ou grandes quantités
Elles font les dominants ou les dominés
Chaque comportement y est associé
Babouins et humains
C'est le même refrain
Mais
C'est le type d'un comportement
Et cela s'apprend
Qui fait le type de sécrétion chimique
Cela n'est pas
La sécrétion chimique
Qui fait le comportement
Car, avant tout, cela s'apprend
Ainsi les babouins de Sapolsky
Débarrassés de leurs dominants
Par un exemplaire accident
Vécurent dans la paix, dans l'anarchie
Et plus aucune hiérarchie
Et plus aucune maladie
Ce sont des faits
Et aux autorités de toutes sortes, cela déplaît !
Hélas, pour tuer, éliminer
Toutes les dominantes, tous les dominants
Tous les leaders, tous les chefs
Il faudrait devenir comme elles, comme eux
C'est l'éternel cercle vicieux
Ou alors
Que chacun, chacune
En fasse sa propre une
De France 5 et de son documentaire
Dans son genre, assez révolutionnaire
" Le stress, portrait d'un tueur "
Un sacré mariole, bien pire que la grippe espagnole
Pourtant, 30 à 100 millions de morts, c'est la grippe de 1918
Pourtant pire, que les 34 millions de morts, de la peste noire
Mais le stress, personne n'y échappe, vous pouvez le croire !
Mauvais stress, bon stress
Dans le ventre de la mère, et même avant
Rien n'est fortuit, rien n'est un roman
Rien n'est gratuit, tout est payant
Aïe mes aïeux
Moi, toi, elles, lui, eux
Bon stress
Tu meurs à cent ans
Mauvais stress
Tu meurs à 40 ou 50 ans
Réaction organique à l'agression
Et dans notre monde hiérarchique, tout est agression
Babouins ou humains
C'est le même refrain
Comme le sport, l'art, le monde intellectuel
Je n'aime pas l'art, je n'aime pas le sport
Je n'aime pas les intellectuels, je n'aime pas la science
C'est toujours de la dominance !
Robert Sapolsky
Avant lui, feu Henri Laborit
Après le babouin
Voici l'humain
Oui, abusons de l'anaphore
De l'anaphore, je suis le fort
Des exemples, en voici :
La bourgeoisie
Est un état d'esprit
D'autre l'ont déjà dit
La bourgeoisie
Peut-être pauvre
Et sans aucun chiche
La bourgeoisie
A toujours des alibis
La bourgeoisie
Est d'extrême gauche
La bourgeoisie
Est de gauche
La bourgeoisie est de droite
La bourgeoisie
Est d'extrême droite
La bourgeoisie
A toujours ses Pasolini
Mais à part moi, qui le dit, qui l'écrit ?
La bourgeoisie
Est libertine
La bourgeoisie est mutine
La bourgeoisie est révolutionnaire
La bourgeoisie est militaire
La bourgeoisie est policière
La bourgeoisie est fonctionnaire
La bourgeoisie est banquière
La bourgeoisie est scientifique
La bourgeoisie est artistique
La bourgeoisie est militante
Toute bourgeoisie est aliénante
C'est quoi, l'anarchie ?
C'est tout ce que ne sont pas les bourgeoisies
Sans organisation
Sans parti, sans patrie
Sans compétition, sans chefaillon
Sans aucune représentation
Sans aucune appellation
Sans fric, sans trique
Où tous et toutes s'impliquent
L'épanouissement des uns et des unes
Pour l'harmonie générale à la une !
Pouvoir enfin sexer
Pouvoir enfin rigoler
Pouvoir enfin se reposer
Même pendant les activités utilitaires
Selon ses envies permutationnaires
Et ce toute la journée
Plus aucune activité imposée
L'être humain enfin unifié
Sinon
Toutes les vies sont bourgeoises
Sinon
Toutes les vies se cherchent des noises
La richesse bourgeoise
Est toujours pauvre
La pauvreté bourgeoise
Est toujours pauvre
C'est le même état d'esprit
Celui qui échoue, celui qui réussit
Celle qui échoue, celle qui réussit
Oui, les bourgeoisies, sont avant tout, un état d'esprit
Elles sont tout ce que nous avons appris !
 
Patrice Faubert ( 1985 et 2013 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 24.01.2017.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Politics & Society" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Paraphysique de l'engrammation - Patrice Faubert (Politics & Society)
SING NO SONG WITHOUT JOY (mit Uebersetzung) - Gabi Sicklinger (Everyday Life)