Patrice Faubert

Maccarthysme ou “ Faire Camerone “

Tous ceux et toutes celles
Qui se prétendent anarchistes
Et qui ne le sont pas
Tous ceux et toutes celles
Qui se prétendent gauchistes
Et qui ne le sont pas
Tous ceux et toutes celles
Qui se prétendent fascistes
Et qui ne le sont pas
Tous ceux et toutes celles
Qui se prétendent capitalistes
Et qui ne le sont pas
Tous ceux et toutes celles
Qui se prétendent poètes
Et qui ne le sont pas
Tous ceux et toutes celles
Qui se prétendent ceci ou cela
Et qui ne le sont pas
Cela n'est que de l'autoproclamation
Cela n'est que de l'illusion
Chaque être humain naît seul
Chaque être humain meurt seul
Son équivalent, jamais, il ne peut le trouver
Toute sa vie, vainement, à le chercher
Le gitan à son gadjo
Le laid à son beau
Le blanc à son noir
A la séparation c'est la foire
Se dire français ou autre
C'est déjà être nationaliste
Se dire quelque chose
C'est déjà de la prétention
C'est déjà une domination
Tous ceux et toutes celles
Qui ne se prétendent rien
Et qui sont quelque chose
Feu ( 1908 - 1957 ) l'américain Joseph McCarthy
Opportuniste et populiste anticommuniste
Qui eut pour femme, une reine de beauté, aussi fasciste
Avait dans son crétinisme
Et paradoxalement, vu juste, dans le restreint
Car toute étiquette éteint
Tout ce qui fige est du maccarthysme
Tout ce qui classe est du maccarthysme
Toute nationalité est du maccarthysme
Tout art est du maccarthysme
Toute étiquette est du maccarthysme
Toute religion est du maccarthysme
Toute idéologie est du maccarthysme
Il y a donc
Un maccarthysme restreint
Il y a donc
Un maccarthysme ignoré, nié, gommé
Il s'agit du maccarthysme généralisé
Comme la recherche de dominance
Qui se déguise dans toutes les danses
Faire aboutir son projet
Sans que le projet
De l'autre, ne vienne l'en empêcher
Pour le faire, il faut donc dominer !
En peinture, en science
En poésie, en politique
Dans le monde du travail
Dans le monde du sport
Dans le monde des idées
Dans le monde des inventions
Dans nos conversations
C'est une lutte acharnée
Dans ceci ou cela, il faut s'imposer
Je préfère donc être encore un dominé !
Ou alors
Il faut claquer la porte
Sortir dehors, être en dehors !
Ne plus être
Un truc en iste
Ne plus être
Un cliché, une étiquette
Tout cela
C'est de la monstruosité
C'est la quotidienne inhumanité
C'est la prison de tous les réductionnismes
Toutes ces prisons sont le capitalisme
Toute parole séparée
Est une brique à la monstruosité sociétale
Toute action séparée
Participe et consolide la monstruosité sociétale
Toutes les organisations politiques
Tous les partis politiques
Tous les arts, toutes les sciences, toutes les techniques
Sont une seule et même unité
Qui est soudée dans et par le séparé
L'inhumanité ne peut organiser
Que sa propre inhumanité
Cela devient un mode de vie
Dans tous les rouages de l'économie
Là où personne
N'aime plus personne
Les gens se regardent mal
Là où personne
N'aime plus personne
Les gens se veulent du mal
C'est le seul moyen d'expression
Qui est accentué par la surpopulation
Nonobstant, et c'est à pleurer
Tout pourrait s'organiser
Sans débourser un centime d'euro
Il suffirait que se transforment nos cerveaux
Mais nous sommes conditionnés
Mais nous sommes engrammés, programmés
Et ce dès le berceau
A la soumission à toutes les autorités
Cependant
Il suffirait de dire non, pour les annihiler !
Toute autorité est une stupidité
Ainsi, un immigré clandestin
En France, doit débourser 700 euros
Pour régulariser son dossier, c'est pas rigolo
Ce qui, multiplié par des milliers
Sert à rémunérer une administration dévoyée
Et tout est comme ça de Charybde en Scylla
Les fonctionnaires ne servent qu'à cela !
Chaque secteur est parasite d'un autre secteur
Tout gouvernement gouverne-ment joue au poker menteur
Tous les mondes de l'Univers
Se retrouvent sur la planète Terre
Toutes les formes , toutes les couleurs
Toutes les normes, toutes les valeurs
Toutes les politiques, toutes les guerres
Toutes les sociétés, toutes les paix
Nous avons notre fourmi du désert
Cataglyphis bombycinus, la fourmi argentée
Qui à un mètre seconde sait se déplacer
Dont la température interne supporte 54 degrés
Tout ce qui sur Terre peut arriver
Est finalement naturel, sauf tuer et exploiter
Toutes les souffrances morales
Toutes les souffrances physiques
Toutes les détresses
Toutes les fausses caresses
Cela n'a jamais de cesse
Car le capitalisme ne peut se tenir en laisse !
Face aux sycophantes qui enfantent
Il faut " Faire Camerone "
Comme lors de la bataille de Camerone
Au Mexique le 30 avril 1863
Où les 62 soldats de la légion étrangère
Contre l'assaut de 2000 soldats mexicains, résistèrent
Et au bout d'une journée
A court de munitions, les 6 rescapés
Oui, à la baïonnette , chargèrent !
Contre les injustices
Contre les inégalités
Contre les hiérarchies
Contre les gouvernements
Contre les autorités
Contre les dominations
Il faut " Faire Camerone "
A une humanité aphone
 
Patrice Faubert ( 2013 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 20.12.2016.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Politics & Society" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Travail de l'idéologie - Patrice Faubert (Politics & Society)
I wish... - Jutta Knubel (Friendship)