Patrice Faubert

Paraphysique de la communication/propagande

Le rayonnement cosmique
Infiniment plus que le dioxyde carbonique
Et tout autant que l’activité solaire
Des phénomènes qui structurent des aérosols, au niveau planétaire
Déterminant l’orientation climatique
La voie lactée
Nous ravage
Les bras spiraux
Se moquent de notre météo
Tout cela fait les nuages
Les lois de l’Univers
Se rient de la météorologie, de nos comptes faussaires
Se gaussent de nos calculs pécuniaires
Les puissances d’argent
Contrôlent et orientent les recherches des savants
Ainsi
Nous sommes le faux
Pour un sucre
Nous faisons le beau
Ainsi
Nous sommes dans le faux
De l’incommunicabilité des mots
Comme dans une pièce d’un sot
Ainsi
Je vois partout
Des gens, qui savent rien sur tout
Et tout sur rien
Et surtout, beaucoup de rien sur tout
Que de tout sur rien
Et pourtant
Plus je lis, plus je me documente
Moins je sais, et plus mon ignorance augmente !
Ainsi, en 1934, au cinéma
Le spectaculaire s’affirmait déjà
Avec de feu ( 1862-1934 ) Louis Barthou
En même temps que feu ( 1888-1934 ) Alexandre premier de Yougoslavie
Puisque au même moment, ils perdirent la vie
Des mains de feu ( 1897-1934 ) Vlado Tchernozemski
Un nationaliste bulgare, qui pour son pays
Voulait la Macédoine, à sa patrie
Et il fit feu de toutes parts !
Nous n’avons que des habitudes
Nous n’avons que des certitudes
Qui ne sont que des automatismes
Qui ne sont que des déterminismes
Ce qui est vrai aujourd’hui
Demain sera faux, deviendra une hérésie
Il ne faudrait
Avoir aucune habitude
Il ne faudrait
Avoir aucune certitude
Certes
Nous ne valons pas rien
Certes
Nous ne savons rien
Cette outrecuidance
Qui nous caractérise
Cette prétention
Qui nous valorise
C’est-à-dire
Tout le monde
Cette grande folie qui nous inonde
Toute certitude
Est fasciste
Toute habitude
Est stalinienne
Tout achat
Est capitaliste
Que personne ne se méprenne !
Le fascisme
Circule dans nos veines
La culture
Est toujours un peu stalinienne
Que personne ne se méprenne !
Il n’y a pas des idéologies
Il n’y a que l’idéologie
Le gauchisme de l’idéologie
Le fascisme de l’idéologie
Le stalinisme de l’idéologie
Le capitalisme de l’idéologie
Qui ne sont que de l’idéologie
Comme le corps humain
Qui sur lui
Peut mettre différents habits
Pour ainsi, jouer au plus fin
Tous les mots
Qui nous font devenir scatophages
A la terreur permanente, c’est un carnaval
Où tous les coups font mal !
C’est une poignée de charlatans
C’est une poignée de truands
Mais aux millions de complices
Qui nous arrosent de leur pisse
Et où partout, c’est le précipice !
Et si nous sommes engrammés comme eux
Nous sommes pareils qu’eux, parbleu !
Au présent
Car c’est à tout instant
Difficile de se séparer de soi
Le codage nerveux fait toujours sa loi
Du conditionnement social, qui est le roi
A un, à deux, à trois
On y danse, on y danse
Ancienne ou nouvelle génération
Aucune ne fait exception
La vénération du bruit, la peur du silence
Tout
Est devenu de la propagande
Il faut y apporter son offrande
Les vêtements que nous portons
Les aliments que nous mangeons
Les livres que nous lisons
Nos programmes de télévision
Tout ce que nous disons
Tout ce que nous entendons
Quand nous travaillons
Quand nous inventons
Quand nous créons
Quand nous détruisons
Quand nous construisons
L’idéologie de la propagande
Est la propagande de l’idéologie
Toute image de soi
Est une image de l’autre
Toute image est une propagande
La propagande de l’image
Le capitalisme
Est une bombe thermonucléaire
Son champignon irradie les terres
Son champignon irradie les mers
Le capitalisme de la propagande
Est la propagande du capitalisme
Qui comme le ventre d’une femme, remplit la Terre
Dans sa matrice, des chimères
Dans son antre, la vie chère
Et des idées de répugnance
De toutes les boîtes de surveillance
Tout le monde surveillé
Par tout le monde
Tout le monde fiché
Par tout le monde
Tout le monde espionné
Par tout le monde
Les gens toujours prêts à voter
Pour la canaille respectée
Et à laquelle, ils et elles, aiment s’identifier
De fait
Il n’y a plus que le fascisme
Le fascisme d’extrême gauche
Le fascisme de gauche
Le fascisme de droite
Le fascisme d’extrême droite
Les quatre mamelles indispensables
Au capitalisme, qui fait disparaître même le sable
La communication de la propagande
Est la propagande de la communication
C’est l’anarchie ou le chaos
C’est l’anarchie ou plus que des robots
Feu ( 1900-1980 ) Erich Fromm, l’avait compris
La plupart des gens, ont peur de la liberté
C’est un masochisme institutionnalisé
Où les gens aiment se faire mépriser
Et admirent des crapules télévisées
Inutile de citer des noms
Car il n’y a pas d’exception !
Il faut en voir le moins possible
Pour ne pas griller les fusibles
La solitude devient un luxe
Avoir le courage d’en créer le flux
L’humanité est complètement misanthrope
Noirs, blancs, jaunes, métis, c’est interlope
De la bêtise, on ne peut plus s’isoler
Dans le train, le métro, le bus, il faut les supporter !
Ce monde est une fabrique de haine
Ce monde usine la peine
De la souffrance, de la torture, nous sommes rois et reines
Malgré tout
Tout n’est pas pareil
Il y a encore des merveilles
Même si toutes les bêtes, ont peur de nous
Car nous sommes des folles et des fous !
L’extrême gauche de la politique
Est nettement plus sympathique
Que l’extrême droite de la politique
Plus brutale, primaire, rétrograde, du fric et des flics
L’esprit qui ose
Ne mélanger rien, faire la part des choses
Sinon, c’est la facilité
Du tout rejeté, sans être analysé
Le relatif n’est jamais absolu
Qui est l’absolu du relatif
Comme feu ( 1893-1975 ) l’humoriste Pierre Dac
Je ne suis pas
Pour
Tout ce qui est contre
Je ne suis pas
Contre
Tout ce qui est pour
Même si la vie est un sacré micmac
Dans cette société du profit
Où tout le monde est en rang
Celui qui sort de ce rang
Se fait remarquer facilement
Le rang policier, le rang militant
Le rang militaire, le rang artistique
Le rang sportif, le rang musicien
Le rang délinquant, le rang savant
Toutes les sortes de rang
 
Patrice Faubert ( 2013 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 11.10.2016.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Politics & Society" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Loup contre agneau, militant contre révolutionnaire - Patrice Faubert (Politics & Society)
Growth - Inge Hornisch (General)