Patrice Faubert

Distorsion spatio-temporelle

La réalité du cinéma
N'est jamais le cinéma de la réalité
Le cinéma de la subversion
N'est jamais la subversion du cinéma
Comme Luis Bunuel, ancien surréaliste
Qui est un résigné stupide, selon les situationnistes
Car la réalité
N'est jamais filmable
La réalité est inflammable
Aussi le cinéma l'interdit
Aussi le cinéma en fait fi
Politique, érotique, drame, comédie
Tout y est subtilement usiné
Et l'en-dehors est de la pornographie
Un simple souvenir, pour le prouver
Sous un drapeau noir
Pour la vérité sans éteignoir
Dans une chambre pleine de bougies
Une femme sur un lit
Elle porte une ancienne guêpière
Avec sur ses jambes, des bas noirs, l'allure fière
Les pointes de ses seins
Accentuées au rouge à lèvres
Pour donner à mon sexe, la faim
Pour que mon envie, jamais, ne soit mièvre
Son soutien-gorge est troué
En deux endroits étudiés
Sa culotte rose est transparente
Ouverte et d'humeur galante
Je suis assis sur une chaise
Scopophile, fort à l'aise
Les mains attachées, nu, le membre dressé
Galopin au regard coquin
Elle prend une bougie
Jouant avec, dans son vagin
Rendant ainsi fou, mon pauvre vit
A cet instant, cette femme partage ma vie
Distorsion spatio-temporelle, sans début et sans fin
Am, stram, gram
Je n'en puis plus
De ses jarretelles tendues
Miam-miam, miam-miam
Je veux aspirer tous ses jus
De son corps, jamais, je ne suis repu
Je veux maintenant l'empaler
De ma verge, par sa bouche, excitée
Et puis, tout, d'outre-moralité
Un simple souvenir, de grande banalité
Au cinéma serait censuré
Et si en plus
Il y a des dialogues subversifs
C'est de la décadence, vont dire les minus
Le cinéma n'aime pas le vindicatif
Seulement le spectaculaire industriel, le normatif
Tout doit être en conformité
Avec des codes à la labellisation certifiée
Pas un cheveu ne doit dépasser
Drame, comédie, érotisme, pornographie
Documentaire, fiction, fantastique, indéfini
Mais toujours
La réalité du cinéma
N'est jamais le cinéma de la réalité
Tout y est dissocié
Tout y est séparé
Le cinéma n'est pas la vie
Cela n'est que la vie du cinéma
 
 
Patrice Faubert ( 1979 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 07.10.2016.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Love & Romance" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

J´annonce - Patrice Faubert (Love & Romance)
What If - Johanna Döttelmayer (Love & Romance)
Tounge-Twisters - Jutta Walker (General)