Patrice Faubert

Cioran, Debord, Laborit, et le média

J'avais lu
Tout feu ( 1931 - 1994 ) Guy Debord
J'avais lu
Tout feu ( 1911 - 1995 ) Emil Cioran
J'avais lu
Tout feu ( 1914 - 1995 ) Henri Laborit
J'avais prévu
Qu'ils décéderaient à peu de distance
Je l'avais dit
A ( née en 1941 ) Alice Becker-Ho veuve Debord, dans une correspondance
Tous trois, ils le disaient, bien haut
Tout est comme le couteau de Jeannot
Du ceci n'est pas une pipe
Ils avaient compris le déclic
Tant de gens qui écrivent, des célébrités
Et qui dans la vie, ne valent rien, ils se sont vidés
Enfin un jeu poétique
De qui est cette philippique ?
Lui aussi
N'avait pas le permis de conduire
Passant beaucoup de temps à lire
D'ailleurs comme moi aussi !
Et celui-là c'est qui ?
Et le voici
Celui qui nous expliquait
De la recherche de dominance, les méfaits
Qui est sur toutes les balances
Chacun avait sa hantise
Contre la bêtise, qu'on se le dise
Soit l'idée de suicide
Soit le spectacle
Soit la recherche de dominance
De mes couilles au cosmos
Il voulait, l'éditeur lui refusa cet os
C'est une devinette politique
Ii faut trouver de qui est la musique ?
Dans un lieu-dit
Il aimait être servi
Par une femme aux seins nus
Comme Alice, voici un indice, il avait beaucoup bu
Certes, tacitement, je mélange tout
Pour faire sortir du bois, le loup
Celui qui mangera tout !
Contre les clichés
De l'anarchisme au fascisme, bien préparés ou réparés
L'homme aime le bricolage
La femme volage, aime le maternage
Non, je n'aime pas le bricolage
Comme mec, je fais honte à l'adage !
Je n'aime pas clouer, visser, marteler
L'ennemi des gros bras de la bricole
Pour qui je suis un mariole
Car à tout cela, ma force est molle !
Oui Cioran, oui Debord, oui Laborit
Furent de mes influences
Je leur devais bien cette romance
A l'assaut de toutes les faussetés
Dénoncer toutes les malhonnêtetés
Enfin respirer sans masque à gaz
Pour une nouvelle phase!
Il y a aussi des libertaires
Qui croient au libre arbitre
Il peut y avoir des réactionnaires
Qui ne croient pas au libre arbitre
Effectivement, rien n'est libre, c'est évident
Nos cellules cérébrales sont dans un conditionnement
Les marionnettes de nos déterminismes
Qui ne versent pas dans l'animisme
Toutes les rencontres que nous faisons
Ne sont pas hasardeuses, elles ont et sont des conditions
Tout le reste est spéculation
Du marché de la cogitation
Point n'est besoin d'huile de phoque
A Dakar, sans que je me moque !
La gravitation a ses lois
Dont nous devons tenir compte, ma foi
Mais le monde est si terrible
Que chaque être humain a sa bible
Des bibles religieuses ou des bibles laïques
A l'esprit, toujours des bombes psychologiques
L'atome est à la physique
Ce que le média psychique est au médiatique
Le média est une particule psychique
Il se régénère, il se nourrit, il se reproduit
C'est le ciment de toutes les théories
Il est en nous, même si on le fuit
Comme la voiture capitaliste
Avec toutes ses conductrices et conducteurs
Qui dans le mur vont à 150 km à l'heure
Vite, moins vite, c'est la même piste !
C'est le média qui conduit
Vers la fin de la vie
Car le média est toute forme de vie
Il est fini dans l'infini
Il est l'infini dans le fini
Le média psychique
N'est absolument pas génétique
Mais sa constante adaptation
Peut du corps, effectuer quelques mutations
Il se véhicule d'une idéologie l'autre
Il se propage d'une religion l'autre
Il a ses chefs et ses prophètes
Et des disciples qui toujours sont en quête
Le média qui est toujours psychique
N'est pas et est, en même temps
L'extrême gauche du capital
La gauche du capital
La droite du capital
L'extrême droite du capital
C'est la seule et même chose
Du média psychique
Qui devient mécanique
Qui devient électrique
Qui devient informatique
Qui devient quantique
Le média psychique est une mathématique
Qui contient toutes les mémoires
De toutes les sociétés est le grimoire
Il ne peut commencer
Il ne peut finir
Il est sans création
Il est la mutation
Il n'a pas vingt ans
Il n'a pas quarante ans
Il n'a pas soixante ans
Il n'a pas cent ans
Il n'est jamais jeune
Il n'est jamais vieux
Pas moins pas mieux
Ni jaloux ni envieux
Sans aucune image, sans aucun mirage
Pas le moindre visage
Même dans un corps
Il est toujours dehors
L'anarchie seule peut l'imaginer
A son contact, seule l'anarchie
Peut ne pas se désintégrer
Car seule l'anarchie est la vie !
Déjà, dans les trois premières secondes
De n'importe quel monde
Tout peut donner n'importe quoi
Des gueux, des guerres, des paix, des rois
Mais aussi enfin l'anarchie sans idéologie
Voir l'autre sans aucune image
Voir l'autre sans aucun mirage
Ni le juger, ni le louer, ni le déformer
Ou tout autre est chacun
Ou chacun est tout autre
Sans l'idéologie anarchiste
Qui à l'anarchie est fasciste !
Avec ses représentations
Ses icônes, ses leaders, ô étrange canonisation
Dans le média psychique
Comme dans le média spectaculaire
Tout le monde peut y entrer
Mais personne ne peut en sortir
Le média spectaculaire
Est une bulle de média psychique
Le média spectaculaire
Est le mauvais rêve du média psychique
Cioran eut un enfant
Laborit avait deux femmes
Debord devenant émouvant
Le média est dans toutes les âmes
Nous tournons l'album de ses images
L'imagination est en cage
Vieillesse, jeunesse, petit, grand
Fort, faible, rapide, lent
Toute prison est un jugement
Tout jugement est une prison
Le média est aussi l'inconscient
L'inconscient est aussi le média
Théorie restreinte et relative
Ainsi que généralisée du média
Dans sa phase passive ou active
Il peut facilement s'imiter
Il peut facilement se métamorphoser
Il est dans toute chose
Du dinosaure jusqu'à la rose
Il n'a pas de forme normative
Il fait ce qu'il lui plaît
Il est ce qu'on en fait
Il va et vient, se fait et se défait
Jamais il ne meurt, jamais il ne naît
Il est le fini de l'infini
Il est l'infini du fini
Le média moléculaire
Le média spectaculaire
Il est dans tous les niveaux d'organisation
Des facettes de la matière
Atomes, molécules, cellules, organes
Organismes vivants, sociétés, planètes, galaxies, univers, multivers
La relation humaine est restreinte
La relation humaine est contrainte
Elle est complètement éteinte !
Elle est une aliénation généralisée
Par la politique sans cesse continuée
Tout rapport humain contraint est inhumain
Tout rapport humain restreint est inhumain
Tout rapport humain de comparaison est inhumain
Tout rapport de compétition est inhumain
L'anarchie sans son idéologie
Est le média , l'information qu'il faut à la vie
Toute information est le média
Le média est toute information
L'information n'est qu'information
Elle n'est ni masse ni énergie
Le média, illusion de la matière et de toute forme de vie
 
Patrice Faubert ( 1983 et 2001 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 02.09.2016.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Experimental" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Le virtuel et le réel - Patrice Faubert (Philosophical)
Tounge-Twisters - Jutta Walker (General)