Patrice Faubert

Big bounce, aporie du bégaiement

Plus on a de l'argent
Plus l'on est dominant
Moins l'on a de l'argent
Plus l'on est un dominé
C'est ainsi du sans domicile au PDG
L'argent de la dominance
La dominance de l'argent
Ou alors, Big Bounce, grand rebond
Et à l'échelle humaine, enfin, une révolution
Car notre Univers, 13,82 milliards d'années
Il a certes eu le temps de tout expérimenter
La pensée de la limite
La limite de la pensée
Le cerveau ne peut prendre en considération
Toutes les ramifications de la spéciation
Et nous oublions tout si vite
Stratégie de survie comme un rite
Comme les débuts du cinéma
Et une grande tragédie, oubliée, déjà
4 mai 1897
Lors d'une projection du Bazar de la Charité
Devant un public de la classe aisée
Avec une pellicule qui pouvait facilement s'enflammer
Qui soudain prit feu, et 120 personnes moururent brûlées
Mais en 1900, cela n'empêcha pas à Paris
1.400.000 personnes lors de l'Exposition universelle
De voir un film des frères Lumière, ce nouveau miel !
Bref, un nouvel engouement
Dont toute propagande se nourrira, avidement
1906
Omnia Pathé, première salle de cinéma
1911
Le Gaumont Palace
Plus grand cinéma du monde, 3500 places
L'on pouvait même y fumer
Je me souviens qu'étant jeune, j'y suis allé
Un bon joint pour regarder des nichons
Mais alors avec de l'imagination
En effet, pas le moindre film cochon
Cela va choquer certains anars pudibonds
Nonobstant
1911, premiers films grivois
1915, premiers films pornos, grand émoi
Pathé, Méliès, Gaumont
Du cinématographe, les premiers colons
Gaumont le bourgeois, Pathé plus populaire
Méliès fut encore le plus révolutionnaire
Et la première vedette internationale fut feu Max Linder
De Charlot il fut le véritable repère
1927
Le premier film parlant
Avec " Le chanteur de jazz ", interloquant
En Chine, cinéma se disait Pathé
Certes, tout, depuis, a bien changé
Le capital sait toujours tout faire fructifier
D'une façon l'autre, le peuple, il faut l'hypnotiser
Tout produisant du capital, le capital peut ainsi tout contrôler !
Et pour en revenir au cinéma
Faisant penser à Guy Debord " Contre le cinéma "
Cinéma de réalité, réalité du cinéma
Par extension, sur 1200 films réalisés par les nazis
Encore 300 sont interdits aujourd'hui
Tout s'arrête, tout se fige, tout repart
Et pour la réification un nouveau départ
C'est depuis des milliers d'années
Depuis qu'au sol, l'être humain put se fixer
Et voilà la guerre, et voilà la propriété
Le territoire à défendre et son inéluctabilité
Puis selon les échelles, différentes densités
10 puissance 96 kg/m3 , de Max Planck, la densité
De l'échelle physique
De l'échelle psychologique
De l'échelle politique
De l'échelle philosophique
C'est la prison pour le monde entier
Nous y sommes tous et toutes en résidence surveillée
Où toute vie est routine
Où toute vie est mesquine
Le capitalisme sait bien nous ligoter
Nous enlever la liberté au nom de la sécurité
Cependant que finalement
L'organisme pluricellulaire n'est pas si récent
Au Gabon, déjà il y a environ deux milliards d'années
Ce qui fut, il y a peu de temps, étonnamment dépisté
Du paradoxe de ne pouvoir rien comparer
Tout fusionne pourtant d'un même procédé
De l'unicité à la multiplicité !
Comme de la vue animée au cinéma
Comme de l'oppression à l'insurrection, autre cas
10 puissance 26 mètres, l'horizon cosmologique
Plus proche, l'horizon des rebelles, voilà le flic
10 puissance 88, les particules dans notre Univers
Tout y est si gigantesque et à la fois si minuscule
Sous la marchandise
Et tout rapport dit humain est marchand, qu'on se le dise
Où de ce fait, toute vie humaine est si ridicule
Tout s'y vend, tout s'y achète, tout s'y loue, tout s'y calcule
Nos amitiés, nos copinages, nos amours et autres bidules
Mais nous nous attachons à nos laisses
Nous faisons partie de tout ce qui nous blesse
Et nous nous habituons à nos déceptions
Et c'est sans amour que nous sexons
Tout être humain
Est l'ennemi de tout être humain
Forcément, là où règne l'inhumain
Car de nos façons d'être et de faire
Rien de neuf, rien de révolutionnaire
Moins ancien, certes, que le tremblement de terre
Volcanisme qui aussi, à tout moment
Pour toujours, peut nous faire taire, c'est pourtant évident
Mais hélas pas autant
Que le féodalisme en Philippines
Dont les propriétaires sont l'épine
Encore à l'origine, les colons américains
Qui plus tard, revendirent leurs terres, aux futurs propriétaires terriens
Chaque époque d'un pays
Peut-être l'époque d'un autre pays
Le capital voyage dans le temps, c'est ainsi
Les archives de l'Histoire
Voilà l'histoire des archives
Au fond, l'ignorance est réactionnaire
Au fond, la connaissance est révolutionnaire
Avec la couleur politique que l'on peut
Pas la couleur politique que l'on veut
Et comme nous ne savons rien ou si peu
Nous sommes tous et toutes réactionnaires
Et ce même dans nos prétentions révolutionnaires
Nos cerveaux sont vides et remplis des courants d'air !
 
Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "
 

 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 23.08.2016.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Politics & Society" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Paraphysique de pathognomonie - Patrice Faubert (Politics & Society)
Tounge-Twisters - Jutta Walker (General)