Patrice Faubert

Unification, séparation et fragmentation


Incendie Hôtel Paris-Opéra
Pour des gens pauvres, voilà
2005, 13 adultes, 11 enfants, carbonisés
Une marchande de sommeil condamnée
Deux ans de prison ferme, une propriétaire protégée
Car, un peu plus tard
La multinationale Goodyear-Dunlop, et patrons salopards
Huit salariés copieusement calomniés
Par des patrons, et la justice qui est leur propriété
192 mois de prison
Et 72 mois ferme de prison
Pour avoir, seulement pour trois heures
Voilà enfin, du prolétariat, du bonheur
De l'abolition du prolétariat, pas encore l'heure
Comment, des ouvriers osèrent ?
Retenir deux patrons, il fallait le faire
Quand la peur, enfin, change de camp
Parfois, le prolétaire sait qu'on lui ment
C'est un peu comme l'antisémitisme
Des vecteurs du stalinisme et du fascisme
Il faut toujours un bouc émissaire
Pour les mauviettes de la pensée réactionnaire
Avec toute une mythologie sur l'argent
Le juif serait le seul possédant
Pas le catholique, pas le protestant
Alors qu'il y a des juifs pauvres, tout autant
Et des catholiques et des protestants riches, bien souvent !
Et en vérité
Toutes les inepties sont liées
Elles ne sont jamais vraiment fragmentées
Mais elles font preuve, au contraire, d'une grande unité
Certes, chaque ineptie a sa spécificité
L'antisémitisme, la xénophobie, les divers fascismes
Qui se nourrissent du capitalisme
Mais paradoxalement
Cela dépasse notre entendement
Si tout est fragmenté
Si tout est séparé
Rien n'y est fragmenté
Rien n'y est est séparé
C'est l'unité de la fragmentation
C'est la fragmentation de l'unité
C'est l'unité de la séparation
C'est la séparation de l'unité
La séparation porte en elle la séparation
La fragmentation porte en elle la fragmentation
Tout cela
Structure nos pensées et donc nos cités
Tout cela
Structure notre inventivité fragmentée
Structure notre créativité séparée
Cela fait le monde des affaires
Cela fait le monde des guerres !
Et tous les films
Qui sont le même film
Et tous les livres
Qui sont le même livre
C'est-à-dire
Le cinéma du capital
C'est-à-dire
La littérature du capital
Et toutes les distractions
Qui sont la même distraction
C'est-à-dire
La distraction du capital
Et tous les bavardages
Qui sont le même bavardage
C'est-à-dire
Le bavardage du capital
Et toutes les théories
Qui sont une seule théorie
C'est-à-dire
La théorie du capital
Et toutes les vies
Qui ne sont qu'une vie
C'est-à-dire
La vie du capital !
Ainsi
Il est inutile de se défaire d'une certitude
Si c'est pour la remplacer par une autre certitude
Ainsi
Il est inutile de se défaire d'une habitude
Si c'est pour la remplacer par une autre habitude
Ainsi
Il est inutile de se défaire d'une routine
Si c'est pour la remplacer par une autre routine
Le capitalisme
Plonge chaque être humain dans une absolue solitude
Toute sa compétition transpire dans nos attitudes
Et là où l'on pose de mauvaises questions
Il n'y a forcément que de mauvaises solutions
C'est ainsi que le plus souvent
Pour ne pas dire tout le temps
Il n'y a aucun lien entre les gens
C'est chacun et chacune dans son coin
Et pas seulement pour le politicien américain
La solidarité se meurt
La solidarité a peur
Ainsi, une petite minorité
De la planète, est propriétaire
Ainsi, une très grande majorité
De la planète, est locataire
Et vivre de plus en plus longtemps
Pourquoi faire, finalement ?
De toutes façons, c'est une supercherie, c'est une menterie
Car nous vivrons de moins en moins longtemps, mais personne ne le dit !
Quand rien que pour ce commentaire
Qui vaut tous les commentaires
Les 80 personnes les plus fortunées
IL ne faut pas hésiter à le rappeler
Se partagent autant de richesses
Que 3,5 milliards de personnes, banale messe
Et comme tout est interconnecté
De A à Z dans la stupidité
Rien n'y est vraiment séparé
Rien n'y est vraiment fragmenté
Tout en l'étant dans sa globale totalité
Au 7 janvier 2016, en France
De l'Etat d'urgence, l'Etat de démence
3021 perquisitions
Et à résidence, 361 assignations
Pour seulement 25 constats d'infraction
De la bavure policière
Le fond de l'air est réactionnaire
Au secours, on étouffe, de l'air, de l'air
Car, il est interdit de manifester
Il est permis simplement de tout accepter
Car, il est interdit de protester
Il est permis simplement de tout tolérer
Il est permis simplement de tout avaliser
Pour des populations bien soumises
Pour des populations aux leçons bien apprises !
Et cela n'est pas l'astronomie gravitationnelle
Qui fera devenir nos vies plus belles
Ainsi
En France, toutes les quatre minutes
Un accident vasculaire cérébral ( AVC ), maladie culte
Ainsi
Dans le monde, en 2030, c'est déjà prévu
12 millions d'AVC, c'est une mue
Et que deux étoiles à neutrons
Fusionnent pour faire un trou noir
C'est finalement plus couillon
Que la contestation qui fusionne pour enfin le grand soir !
Déjà pour rester en acceptable santé
Il faudrait bien moins manger
Et même de temps en temps, jeûner
Ce qui serait excellent contre certaines maladies
C'est encore expérimenté en Russie
Car la résistance au jeûne
Est un mécanisme commun
Et ce pour toutes les espèces, c'est malin
La médecine capitaliste s'oppose au jeûne
Forcément, car la maladie est un marché
C'est le marché de la maladie
Pourtant, un homme de 1m70, pour 70 kilos
C'est 15 kilos de réserve, c'est rigolo
Qui pendant trente jours pourrait jeûner  
Et tous les toxiques du corps, les éliminer !
Il n'est pas historiquement normal
Mais avec la publicité du capital, c'est fatal
De manger plusieurs fois par jour
Avec la sédentarisation qui passe rarement son tour
L'être humain est bien plus équipé
De l'aptitude pour jeûner
Que de trop manger
Tout ceci ferait loi
Dans une société nouvelle
Avec une médecine nouvelle
Bien sûr, je procède dans l'exagération
Afin de titiller notre réflexion !
 
 
Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "
 
 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 17.02.2016.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Politics & Society" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Si les seins des femmes - Patrice Faubert (Humour)
Darkness of a way - Helga Edelsfeld (Thoughts)