Patrice Faubert

Paraphysique de manipulation mentale et sociale

Atrazine, chlorpyrifos
Toute une vermine
En France, les pesticides
De l'agriculture intensive, une sorte de génocide
Syngenta, Bayer, Monsanto
Dow, Basf et Dupont, des fléaux
Des multinationales du crime
Avec des cancers infantiles cela rime
Des anomalies à la naissance
Troubles hormonaux, infernale cadence
Pour le capital seul importe la finance
La France est le pays le plus touché
En ce domaine, c'est le plus arriéré
Pas vraiment de quoi s'étonner
Car cela ressort d'une mentalité
Qui pour toutes les droites ne sait que voter
Au lieu de produire autrement
Avec enfin des paysans conscients
Au lieu de s'en remettre à un gouvernement
Mais c'est dans le monde entier
Que la culture agricole est uniformisée
Une aubaine pour les virus et les parasites
Avec le capitalisme comme seul site
Avec le capital pour seul rite
En France, ce sont les Pays de la Loire
Par les pesticides, les plus touchés
Même si l'on refuse de le croire
Une région entière est ainsi sacrifiée !
Ailleurs dans le monde
Virus et parasites font une ronde
Et les bananes sont détruites
Elles en sont toutes contrites
Tropical Race 4 ( TR4 )
Le capital toujours démérite
Le fascisme libéral ne se veut d'aucune limite
Au capitalisme rien ne résiste
Malgré une belle résistance qui insiste
Comme la résistance aux antibiotiques
Qui chaque jour fait sa gymnastique
Antibiotiques
De moins en moins efficaces
Finalement, à force d'en dilapider les traces
Et c'est à partir d'animaux
Du poil du paresseux, du sang d'alligator, bave du dragon de komodo
Dans les grottes, dans la canopée
Pour de nouveaux médicaments, les fabriquer
En attendant
Cela peut revenir comme avant
Avant feu ( 1881 - 1955 ) Alexander Fleming, ce savant
Des maladies redevenant mortelles
La vie pas forcément plus belle
Une nouvelle ère cynique
Une ère post-antibiotique !
Le processus, déjà
Depuis les années 1950, consensus
Et maintenant, au Canada
12000 personnes meurent de cela
Chaque année, par la résistance aux antibiotiques
Quand des médicaments ne sont plus magiques
Pour la santé humaine cela devient tragique
De trop les utiliser
Ils perdent toute efficacité !
De toutes façons
Du capitalisme, de l'étatisme, c'est la rançon
Et 80 pour cent des antibiotiques produits
Servent pour l'élevage industriel, c'est ainsi
Pour engraisser les animaux
Contre les maladies, la surpopulation, c'est idiot
L'élevage industriel produit de la maladie
Qui est à l'image de nos propres vies
Les capitalistes ne sont que mépris et haine
Qui se fichent de la vie humaine
Et ces gredins affichent même une mine sereine
Même la télévision dit que c'est mal
Sans jamais dire, bien sûr, que c'est inhérent au capital
Comme une infection
Que l'on ne pourrait plus soigner
Ne rien pouvoir y faire, simplement la déplorer !
Les effets du capital, la télé les dénonce
Mais pour les causes, elle y renonce
Tout procède
De la manipulation mentale
Tout procède de la manipulation sociale
Comme les effets sociaux du toucher
Mise en confiance, recrutement
Dans les sectes, c'est un argument
Partout ailleurs
C'est plutôt l'haptophobie
Sauf pour les bébés et les enfants
Là c'est avant tout l'haptonomie
Le toucher, créer du lien, de l'empathie
De l'ocytocine, toute une biochimie
Car cela dégage de l'énergie
En effet, la peau, c'est vingt pour cent
De chaque corps, l'être humain est ignorant
Pouvoir émotionnel des massages et des caresses
Jusqu'à l'ultime intime des fesses
Selon les époques, les pays, les cultures
Tout s'apprenant, rien n'étant de nature
L'haptonomie et son effet Midas
Où tout devient un as
Des épaules, des bras, pour le quidam
Pour l'intimité, les organes génitaux, miam-miam
Mais il y a aussi le toucher hiérarchique
Du dominant au dominé, comme un tic !
Ainsi
Le toucher peut-être de bienveillance
Ainsi
Le toucher peut-être de contrôle, de malveillance
Un toucher de mépris, de condescendance
Non pas, le toucher d'empathie pour l'aisance
Comme en tout
Comme pour tout
Le capital sait tout utiliser
Pour tout contrôler, pour tout manipuler
Manipulation sociale, manipulation mentale
Sont les deux mamelles du capital !
Ainsi en France
Sans que cela soit une évidence
L'on peut déjà en prendre des paris
Car petit à petit
Les pouvoirs policiers et judiciaires
Pourraient être transférés aux militaires
C'est déjà dans l'air
De l'Etat d'urgence à l'Etat de siège
L'on en prépare déjà les sièges
Et puis le président de chaque pays
Est le chef des armées, on ne peut en faire fi
Sauf au Costa Rica
Mais c'est un autre débat
Il faut de nouveaux peptides
Au système, il faut être perfide
Comme une poésie médicale, scientifique et politique
Comme une poésie économique et de révolte sociale !
Il faudrait la vie
Avec la voix de feu ( 1932 - 2006 ) Anna Moffo
Cette américaine si grande soprano
Avec sa légendaire beauté d'origine italienne
Comme une vocalise de Rachmaninov
C'est une allégorie
De la magnificence de l'anarchie
Les êtres humains supportent l'insupportable
Dans le monde, tant de choses sont jetables
Et tous les pauvres gens
Et nous sommes tous et toutes de pauvres gens
Avec ou sans argent
Rien n'est vraiment si différent
Et ce sont les migrantes et les migrants
Par exemple, qui partent de l'Afghanistan
Des milliers de kilomètres
Pour espérer dans l'ailleurs, peut-être
De la Grèce via la Turquie
Enfin Paris, via l'Espagne ou l'Italie
Des mois à endurer le pire
Comme c'est facile de l'écrire
Pour que les plus chanceuses ou chanceux
Dorment par terre comme pouilleuses et pouilleux
Qui veut vraiment, profondément, que le monde change ?
Question rarement posée, c'est étrange !
Et puis le racisme
Ne produit que du racisme
Il n'existe pourtant aucune race
Mais des populations, certes, cela agace
Néanmoins
Cela devient une identité politique
Néanmoins
Cela devient une identité sociale, c'est tragique
Phénomène de la reproduction
Reproduction du phénomène
De ce que l'on entend
De ce que l'on voit
Ce qui nous entend
Ce qui nous voit
Comme seule église, comme seule foi !
Cependant que, comme notre planète Terre
Nous sommes du gaz, de la poussière
Sur la troisième planète de notre système solaire
Notre Terre
Fer : 32 pour cent  Oxygène : 30 pour cent
Silicium : 16 pour cent  Magnésium : 15 pour cent
Soit 93 pour cent
Et le reste : Hydrogène, aluminium
Un peu de sel, du calcium
La Terre pèse 6000 quadrillions de kilos
C'est à dire un tas de zéro
Et l'indispensable glu des forces électrostatiques
De la gravitation sans polémique !
Des astéroïdes et des météorites
Qui sculptent les mondes
Toujours cent tonnes par jour, sans peine
Des restes météoritiques, un gramme de moyenne
Partout, la force gravitationnelle de la matière noire
Qui maintient les galaxies en place
Pour l'instant, de visible, aucune trace
Une toile d'araignée ADN comme une foire
Pour l'étoile, de l'hydrogène en hélium
Du carbone et de l'oxygène, c'est aussi de l'homme
Et voici de la lumière
Pour éclairer tout l'Univers, peut-être Multivers
L'étoile dans l'humanité, l'humanité dans l'étoile
Mais nombreux niveaux d'organisation, nombreuses voiles
Toile d'araignée ADN de la matière noire
Pour l'humanité, un transfert, pour le grand soir
Un autre voyage par la pure pensée
Qu'il serait enfin décent d'appliquer
Comme abolir toutes les propriétés
Comme se gausser de toutes les célébrités
Car c'est totale absence de lucidité
Pour enfin tout se donner, tout se partager
Par personne, ne plus être représenté
Abolir toutes les autorités
Car chaque être humain est fait de l'Univers
L'Univers est fait de tous les humains
En réalité
Les êtres humains encore si inhumains
Ne se sont pas encore rencontrés, c'est très vilain
Dans la prison des fausses idées
Dans la prison des religions, des croyances, des idéologies
D'autres mondes, d'autres êtres, c'est une fumisterie
Que l'espèce humaine, d'abord, s'aime
Car depuis des millénaires, la haine est son seul thème !
 
 

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "

 
 
 
 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 07.02.2016.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Politics & Society" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Paraphysique de Cosa nostra - Patrice Faubert (Politics & Society)
Le isole della pace (Übersetzung von Inseln der Ruhe) - Ursula Mori (Life)