Patrice Faubert

Terrorisme du capital, culte apocalyptique

Le capital
Est foncièrement du terrorisme
Il est une fabrique du tout fascisme
Ainsi, maintenant
Des fascistes s'opposent à d'autres fascistes
Comme en Syrie
Où se commettent tant de vilenies
Avec aussi les fascistes religieux
Qui s'expriment au nom de Dieu
Et qui exécutent des directives, donc perpétuent des attentats
Cela fait beaucoup de dégâts
Mais cela n'est qu'un début
C'est le capital et son expression nue
Avec l'arme nucléaire locale ou biochimique
Qui serait plus efficace, plus cynique
Tout restant encore très spectaculaire
Ce qui rajoute encore à la folie meurtrière
Et cela est toujours le tout-venant qui est visé
Jamais les divers tyrans, protégés, planqués
Et qui ne risquent jamais rien, crapules, enfoirés
Pourtant à l'origine de tous les maux
Le capital est l'empire du faux !
Et d'un fascisme l'autre
Toujours à la bonne vôtre
L'on ne peut opter pour le moindre
Et ainsi pouvoir l'éteindre
Le terrorisme
Est au service du capital
Le capital n'est que du terrorisme
Il l'engendre pour mieux le condamner
Pourtant, les divers attentats
Dans le monde, il faut le dire, halte-là !
Font beaucoup moins de victimes
Que tout le reste, du capital, tous les crimes
Accidents du travail, du désespoir et des suicides
Le colonialisme, les maladies, les guerres, les génocides
Toutes les diverses misères
Et l'argent comme principal moteur des guerres
Il faut une autre société
Sans les religions, sans les idéologies, des saletés
Pas étonnant
S'il y a le culte de l'apocalypse
Avec des sectes, des apologistes, un nouveau vice
Ou alors, plus louable
L'on y partage plus volontiers la table
Du " Mouvement pour l'extinction volontaire de l'humanité "
Par Les U. Knight, en 1991, ce mouvement fut fondé
Quand tout est devenu de l'inhumanité
Et lui, au moins, à 25 ans, se fit stériliser par vasectomie
Dans l'horreur, en effet, rien n'est jamais fini
Le pire est à venir, ne plus enfanter, c'est l'avoir compris !
Socialisme ou barbarie
En vérité, anarchie ou barbarie
Sans aucun dieu et sans aucun maître
Tout dans l'être et rien dans le paraître
Sans aucun dirigeant
Sans aucun dominant
Plus aucun dirigé
Plus aucun dominé
Pour les femmes, enfants et hommes, à généraliser
Pour enfin de la vie, pouvoir vraiment profiter !
Le terrorisme étatique
Loué, par les journalistes sans aucune éthique
Face à lui, personne ou presque n'est critique
Il est cependant si apocalyptique
C'est la fabrique du culte apocalyptique
Avec les sectes qui vont avec, tout un cirque
Et le nouveau fantôme, le zombi
Est maintenant toute une industrie
Sans relâche, comme la femme harpie
Et encore aux USA ( né en 1955 ) Joe Coleman
Collectionneur du tout apocalyptique
Avec son musée apocalyptique
C'est au fond, du capital, la représentation
Toute sa symbolisation
Et, déjà pouvoir tout recommencer
Un entrepôt de toutes les graines existantes
Où toutes les graines sont conservées, en totalité
Quelque part, au cas où, en attente !
Et pour pouvoir parler
De tous les problèmes de la société
Sans être pour autant censuré
Dans un relativement proche passé
Il fut un temps
En 1968 " La nuit des morts vivants "
Mais une série américaine, encore avant
( 1959 - 1964 ) " La quatrième dimension "
De feu ( 1924 - 1975 ) Rod Serling
De la censure, ruser, respecter le timing
 Alors que maintenant
Cela a été dit et donc en le répétant
Catastrophisme, administration du désastre, soumission durable
Ce qui deviendra bientôt proprement ingérable
Et déjà des maisons flottantes
Architecture du réchauffement climatique
Peut-être des villes flottantes
L'avenir lui-même est devenu chimérique
Car le véritable scandale
C'est l'existence de cette monstruosité, le capital
Où c'est le scientologue ( né en 1962 ) Tom Cruise
Qui gagne 20 millions de dollars par film
Quand des millions de gens meurent de faim, c'est la crise
Mais ça, cela n'est pas dans le film !
La nouvelle mode ?
Le nouveau code ?
Survivre dans un milieu hostile
Car TOUT dans le capital est hostile
Après des guerres, des attentats
Des discours logiques, les justifier ou les réfuter, et voilà
La politique y va de sa larme
Alors que c'est elle qui livre chaque arme !
Pourtant
Tout se fait, tout s'écrit, tout se pense, sur TOUT
Et le monde est de plus en plus fou
Mais qui lit ?
Mais qui va au cinéma ?
Mais qui va au théâtre ?
Surtout la bourgeoisie intellectuelle ou éclairée
Toute distraction marchande étant de grande cherté
Et puis, pour défendre leurs intérêts de classe
Les bourgeoisies se voilent la face
Et, il faut que cela reste du divertissement
Du pur intellectualisme, de l'extravagant
Mais pas touche à leurs biens
Surtout que l'on ne change rien !
L'on trouve de tout sur Terre
Tout y est fasciste ou réactionnaire
Et donc forcément
Même dans un monde réellement renversé
Le vrai ne pourrait être qu'un moment du faux
Formule debordiste ainsi réactualisée
Depuis trop longtemps, tout baigne dans le faux
Aux USA, il y a même une église de Satan
Aux rituels hédonistes, et des gens avenants
Ne croyant ni en Dieu ni au Diable, c'est marrant
Une église moins repoussante que les autres, finalement !
Donc, revenons au TOUT fascisme
Il faut préciser que le fascisme ne produit que du fascisme
Il peut prendre aussi le nom de libéralisme
Il se nourrit de lui-même
De lui-même, il se sème
Comme le fascisme de Dieu
Le fascisme du religieux
De ceci, de cela, toi, moi, ils, elles, eux
De toutes les couleurs, de tous les feux
Finalement, le terrorisme est du pain béni
Pour chaque tyrannie
Pour chaque pays
Et c'est l'Etat d'urgence
Pour l'union sacrée, unifier la régence
Contrôler et surveiller la population
L'armée, la police, la douane, la propagande pour tout justifier
Tous les vrais contestataires, les immobiliser, les invisibiliser
Et même aussi les arrêter
La tyrannie
Tous les cas de figure
Elle aime les étudier
Pour ainsi pouvoir les utiliser
Du capital, comme augure !


Patrice Faubert ( 2015 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 15.11.2015.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Politics & Society" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Paraphysique de la dictature étatique - Patrice Faubert (Politics & Society)
Late realization - Rainer Tiemann (Friendship)