Patrice Faubert

Paraphysique de l'administration

Toute personne à la rue
Devrait être hébergée
C'est la loi française, qui l'eut cru
Mais elle n'est jamais appliquée
Comme mille personnes à Toulouse
Ville en retard, c'est sa bouse
Le 115 qui ne répond pas
Et des gens au trépas
Il y a beaucoup de demandes
L'extrême pauvreté toujours en demande
La loi est donc dans l'illégalité
Et les français avant les étrangers
Déjà la préférence nationale
Il est déjà au pouvoir le " Front National "
De toutes les injustices
Il faut être archiviste paléographe
Quitte à commettre des gaffes
A toutes les misères, il faut être miss
Finalement
A quoi servent toutes les bibliothèques
Puisque nos cerveaux sont si secs
Comme une paramnésie duplicative
Toutes les soumissions d'une même rive
Et des millions de livres
Pourtant, d'aucune sagesse, nous ne sommes ivres !
Lire
Pour apprendre, pour s'instruire
Pour développer son empathie
Lire
Pour dominer, pour commander
Pour dans une hiérarchie s'élever
Ce sont deux approches différentes
Comme l'administration
Contre le citoyen
Au lieu d'être au service du citoyen
Et maintenant
De plus en plus dément
Mais pas vraiment étonnant
L'on nous demande de fournir des papiers
Qui ne peuvent plus exister
Comme une facture d'électricité du mois d'août 2015
Alors que c'est maintenant l'échéancier du 1/1/ 2015 au 31/12/2015
La facture de tel ou tel mois est incluse dedans
Mais rien n'y fait, bien évidemment
Des allocations, exclure ainsi les gens
En toute illégalité, les administrations sévissent
Certes, partout, les misères se hissent
Du logement, du chômage, des petites retraites
Tout devient une infernale requête
L'administration avec ses flics, enquête
Il faudrait presque un avocat
Pour obtenir ce à quoi l'on a droit, voilà !
Et cela n'est qu'un exemple
Parmi de possibles autres exemples
Et
Forcément, de plus en plus de gens à la rue
Puisque de leurs droits, ils et elles sont exclus
Les fonctionnaires du capital ont des consignes
Au fascisme libéral, ils et elles, signent
Et ceux et celles qui sont fichés
Car toute administration connaît notre passé
Sont encore plus mal barrés
Contre l'ennemi du système
Le barème peut n'être pas le même
Surtout si honte suprême
L'ennemi de l'intérieur, veut en croquer quand même
Comme une secrète loi d'exception
Qui finalement, pour tous et toutes, deviendra une généralisation !
C'est un monde pour les riches
Conçu uniquement par les riches
Des bourgeoisies qui s'échangent les pouvoirs, féroces
Elles y préparent leurs gosses
Comme la coupe du monde de rugby
Places très chères, c'est pour les bourgeoisies
Les sports de la bourgeoisie
Les compétitions de la bourgeoisie
Qui peut aller dans les stades ?
Ou alors, c'est que l'on brade
100 à 1000 euros la place
En somme, c'est encore la lutte des classes
Les bourgeoisies prévoient tout
Pour les pauvres, c'est au moindre coût
Ainsi, dès 1880
La cogestion syndicats et patronat
Déjà sous le militariste, feu ( 1815 - 1898 ) Bismarck
Le patronat paternaliste fut sa marque
Et une protection en fonction des salaires
De la cotisation réactionnaire
Protection sociale
En protection des cadres du capital
Toujours le système bismarckien
Qui à la bourgeoisie industrielle convient bien
De près ou de loin
Même relooké, tout est très ancien
Et des régimes spéciaux
Le capitalisme n'est pas sot
Il s'agit de récompenser
Que d'autant plus grande, est la complicité !
Partout
C'est la garde à vue
La police veille sur nous
Planète police, police partout
Au secours, voilà la police
Justice du capital, partout
Que les étrangers
Que l'on accuse de tous les méfaits
Ne nous laissent pas seuls avec les français
Pour la garde à vue, les français pourtant concernés
Un français sur 10 ou une française sur 10, l'a été !
De même pour la pauvreté
Encore en France, 8 millions de personnes concernées
Avec moins de 950 euros par mois
Et bien, j'en fais partie, moi
Hélas, l'on entend peu nos voix
Et l'administration qui a des instructions
Toujours au service de la réaction
Faire des économies
Payer le moins possible, avec parcimonie
Sur le dos des hommes démunis, des femmes démunies
Et aussi rendre toute aide impossible ou difficile
Prendre les gens pour des imbéciles
Tant de papiers à fournir, que toute demande devient inutile
Les assistés
Ne sont pas les gens en situation de pauvreté
Les assistés
Sont les hommes et femmes politiques
Proxénétisme de masse, la crise épileptique
Pas comme celle de feu ( 1821 - 1881 ) Fiodor Dostoïevski
Célèbre épileptique aussi
Mais lui, il avait de la classe
Pas comme la politique capitaliste pleine de crasse !
La culture de l'inculture
L'inculture de la culture
Cela construit les êtres humains
Que le capital prend en main
Faire une collection de semblables
Malgré de chaque être humain, une unicité indéniable
Recherche de la compétition
Compétition de la recherche
Pour le capital
Au service du capital
Mais jamais
La recherche de l'épanouissement
L'épanouissement de la recherche
Pour l'embrasement du cerveau, crise épileptique
Du cerveau à la société, pour la vie, pour l'anarchie !
114 éléments
Du tableau périodique, est-ce si important ?
Quand c'est la guerre permanente entre les gens !
1 kg de calcium environ, c'est l'être humain, dans son corps
Un exemple où tout le monde est d'accord
Car l'argent s'infiltre partout et nous fait du tort
La révolution du capital
Est le contraire de la révolution sociale
Et toute la menterie intellectuelle
Et toute la menterie artistique
Et toute la menterie spectaculaire
Paradant à la radio, à la télévision, cette idéologie retardataire
Toute cette avant-garde de la contre-révolution !
Le véritable intellectuel
Est subversif, est éversif,  ou n'est rien
Le véritable artiste
Est subversif, est éversif, ou n'est rien
Le véritable savant
Est subversif, est éversif, ou n'est rien
Le véritable journaliste
Est au moins honnête ou n'est rien
Pour les femmes aussi, les oublier, je n'en fais rien
Donc, autant chercher une aiguille dans une botte de foin !
La malhonnêteté est érigée en système
Elle structure tout, la société l'aime
Comme la banque française
CM-CIC, l'évasion fiscale à l'aise
A son directeur général, n'en déplaise
Et Monaco comme paradis fiscal
L'argent est bien une matière fécale
Blanchiment de fric, c'est une banque, c'est normal
C'est le principe même du capital
Le monde entier est devenu une banque
La seule véritable addiction, le véritable manque
Car
Boire, manger, fumer, baiser
Tout est de nos jours, stigmatisé
Tout plaisir est culpabilisé
Pour la gestion des fortunes
La société est moins puritaine, plus opportune
Quand l'argent seulement est respecté
Que par l'argent tout est intégralement modifié
De rien il ne faut plus s'étonner
Tous les rapports humains
Sont des rapports du service marchand, sont de propriété, du bien
Rien y est gratuit, tout y est intéressé
Tout y est donc faussé
Cela n'est pas d'hier, mais déjà dans le passé
Changeons le moteur, changeons intégralement la société
Il faut donc une mutation totale des mentalités !


Patrice Faubert ( 2015 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "




 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 10.10.2015.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Politics & Society" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Paraphysique du confusionnisme et de l´amalgamisme - Patrice Faubert (Politics & Society)
Being interested - Inge Hoppe-Grabinger (Life)