Patrice Faubert

Anarchie et anarchisme

Ainsi, et oui
L'anarchisme n'est pas l'anarchie
L'anarchisme accepte le désordre du départ
Pour mieux ensuite le codifier, tel le monde qu'on sépare
Pour mieux l'organiser, et ainsi le figer
Et forcément
Cela fabrique du mandarin
Le capital trouve cela bien
Et forcément
Cela fabrique de l'autorité
Le capital peut ainsi le tolérer
A défaut de l'accepter
Et forcément
Cela fabrique du chef
Que le capital bénit derechef
L'anarchisme
Devient une idéologie
L'anarchie
N'est pas une idéologie
L'anarchisme codifie
L'anarchie jamais ne codifie
L'anarchisme n'est pas l'anarchie
L'anarchie
S'organise d'elle-même
Tout ce qu'elle vit, elle aime
Pas de haut, pas de bas
Pas de gauche, pas de droite
Ni permission, ni interdiction, tous les ébats
L'anarchisme, lui, se joue la rébellion, étroite
L'anarchie
Ne se théorise pas, elle se vit
Elle est hors la célébrité
Elle est hors toute autorité
Hors toute idéologie, hors toute religion
Hors toute représentation, hors toute élection
Car elle est hors toute votation
Elle n'est ni autocrate ni démocrate
Du capital, elle laisse toutes les cartes
Car l'anarchie n'est pas bureaucrate
Personne ne peut parler à sa place
Où voilà l'anarchisme qui la casse
L'anarchisme n'est pas l'anarchie
Certes, une subtile alchimie
Et des secrétaires, et des leaders
Comme dans toute organisation réactionnaire
Et puis, il y a des vedettes anarchistes
Qui sont surtout des palinodistes
Chanteurs, chanteuses, écrivaines, écrivains, actrices, acteurs
Du capital ne sont pas le vrai merle moqueur
C'est pour le capital un grand bonheur
Que l'on paraisse dans le spectaculaire intégré
Cela, l'anarchisme ne veut pas vraiment s'en dissocier
Et aussi des experts diplômés en anarchisme
Pour l'anarchie, c'est du blablalogisme
Si l'anarchie est une théorie
L'anarchisme est une idéologie
Et toute idéologie
Tout ce qu'elle touche, elle le pourrit
En anarchie
Personne n'est plus que qui que ce soit
Personne ne dit plus quoi que ce soit
Rien n'est plus figé
Dans une définition
C'est simplement cela la révolution !
Dans l'anarchie
Tout se contente d'être
Plus aucun paraître
Être ou avoir
Seulement être, nouveau savoir
Toute organisation anarchiste
Est contre l'anarchie, car dogmatiste
Dans l'anarchie
Les choses ne sont ni belles, ni laides
Ni méchantes, ni gentilles, pour cela, elle plaide
Là où il y aurait réel épanouissement
Il n'y aurait plus aucun jugement
Là où il n'y aurait plus aucune propriété
Plus aucun crime, plus rien à voler
Chacun, chacune, se sachant être les autres
Partage des savoirs, des avoirs, bons apôtres !
Sinon
Prison de l'idéologie
L'idéologie de prison
Où c'est encore le capital maton
Rien ne doit se définir
Pour pouvoir vraiment s'accomplir
Et puis il faut en finir
Avec le capital, suprême monstruosité
Qui met toute vie, toute sexualité
Dans une petite boîte, fermée à clé
Comme les jeunes filles enlevées
Et de force, contraintes de se prostituer
En 72 heures, elles sont dressées
Car, kidnappées, violées, maltraitées, menacées
C'est, mais oui
300.000 adolescentes, aux Etats-Unis
Souvent issues de milieux défavorisés
Et dont l'enfance fut abusée
Ce qui représente un marché
De 32 milliards de dollars
Elles sont parfois mises en vente sur Internet, par des salopards
Toujours le proxénétisme
Même un courant musical en prosélytisme
C'est là le vrai visage du capitalisme
Capital du proxénétisme
Proxénétisme du capital
Le capital est un véhicule
De ses mesquineries, il nous déambule
Avec des compartiments
Où sont rangés ses gens
Petite et moyenne bourgeoisie
Grande et très grande bourgeoisie
Autrefois, de ou en accointance avec l'aristocratie
Lumpenprolétariat, prolétariat
Les gens doivent payer leur place/classe, voilà !
Le capital
Alimente la fausse générosité
Il ne peut y avoir aucune vraie gratuité
Tout y a un coût, un prix à payer
Et quoi que nous fassions
Nous devons payer toutes nos humiliations
Aussi, il n'y a que des défaites
Bien scotomisées dans nos fausses fêtes
Qui à la vie épanouie sont de la dette
C'est la seule et véritable dette !
Toute victoire
Y est à la feu ( v 318 - 272 avant notre ère ) Pyrrhus 1er, piètre gloire
Et comme lui, d'où l'expression
Recevoir une tuile sur la tête, la pression
Où une tuile
Devient votre mort, c'est futile
Où être la fille de Staline
( 1926 - 2011 ) Svetlana Allilouïeva
Un étrange cas
Aux USA, une héroïne
Et qui surtout, demanda
En 1967, l'asile politique aux USA
Sa mère, feu ( 1901 - 1932 ) Nadejda Allilouïeva-Staline
Fut la secrétaire de Lénine
Au courant de tout, fut ainsi Staline
Ce qui permit au sanguinaire tyran
Plus tard, de montrer les dents
Ce qui est incontestablement
Plus dangereux, c'est même étonnant
Que les 400.000 tonnes de poussière
Qui, et cela tous les ans
Du cosmos, tombent sur la planète Terre
Ce qui est moins délétère
Que la vie économique qui déblatère
Ce qui détruit la forêt congolaise
Deuxième forêt après la forêt amazonienne
L'idéologie de l'économie, seule sirène
Au lieu de l'économie de l'idéologie, comme reine
Le capitalisme contient toutes les idéologies
De cela, les capitalistes font fi
Pour eux, c'est de la calomnie
Alors que de l'idéologie, ils et elles sont doctrinaires
Mais c'est bien normal, ce sont des réactionnaires !
De l'extrême gauche, de la gauche
De l'extrême droite, de la droite
Qui sont uniquement l'économie du capital
Qui sont uniquement l'idéologie du capital
Avec quelques petites variations
Pour entretenir la machine pour les élections
De la démocratie, entretenir l'illusion
Et puis
Du moment que l'on achète
Du moment et tant que l'on vend
Du moment que l'on loue
Et donc même de l'anarchisme en boîte
L'économie se tient toujours droite
Il faut vendre sa soupe
Et l'anarchie on la loupe
Qui ne se réclame que d'elle-même
Qui ne s'organise qu'en elle-même
L'anarchisme n'est pas l'anarchie !
 

Patrice Faubert ( 2015 ) puète, pouète, peuète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "
 
 
 
 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 03.07.2015.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Politics & Society" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Paraphysique de homo sapiens numericus - Patrice Faubert (Politics & Society)
Love song - Mani Junio (Valentine´s Day)