Patrice Faubert

Paraphysique de la litote

1920
Feu ( 1887 - 1945 ) Josef Capek
Frère de feu ( 1890 - 1938 ) Karel Capek
Invente le mot robot, une force de travail
Pour le travail forcé, une trouvaille
Maintenant
Le pays des robots, c'est au Japon
Robots, ouvriers et ouvrières travaillent ensemble
La notion d'humanité en tremble
Dans le futur non-humain, grande généralisation
Et déjà dans quelques années, pas une chimère
Cent milliards d'euros de chiffre d'affaires
Ainsi, au Japon, dans des usines
Alors que l'on courbe autant l'échine
Des robots à 60.000 euros par pièce
Et chez l'ouvrier, robot aussi, pas moins de détresse
Robots avec bras
Robots avec jambes
Dans vingt ans
Sans nous en rendre compte vraiment
47 pour cent
Des emplois seront occupés par des robots
Emplois mêmes qualifiés, pas de pot
Non, le roboticien
Ne peut-être un vrai éthicien
Robots humanoïdes, robotique
C'est une course frénétique
Robots tueurs autonomes pour l'armée
Robots de compagnie pour les personnes âgées
Atlas, robot pour les catastrophes nucléaires
Ou pour l'usage militaire
Demain, robots sexuels pour s'envoyer en l'air
Bina 48, cyberpersonne, robot parlant, robot imitant
Robot double de soi-même, appauvrissant
Robot bébé artificiel
Et bientôt, déjà, l'humanité à la poubelle
Demain
L'enregistrement numérique d'une personne
L'immortalité informatique qui nous sonne
Demain
Une poupée de silicone, fera la bonne
Sera présentatrice, courtisane ou nonne
Cela n'est que le début
De l'inhumanité qui fait sa mue
Mais c'est tout cela, l'humanité, qui la tue !
Et tout est si disparate
Un sacré mélange dans un jeu de cartes
Ainsi, dans 25 ans
En Afrique, en ce moment, un milliard de gens
Donc, dans 25 ans, deux milliards d'habitantes et d'habitants
Et le futur carrefour
Pour la drogue, tous les vautours
Comme au Nord du Mali
Contrebande, sel, esclaves
Cigarettes, cocaïne, tout s'y blanchit
En famille, tout se lave
Ou aussi en Guinée-Bissau
Tout trafic s'y prend d'assaut
Colombie, Pérou, Bolivie
Où cela est produit
Via l'Afrique de l'Ouest
Somalie, Sénégal, du transit pas bête
Puis en Europe et USA
1 kg d'origine, pas trop trafiqué
C'est 4 kg pour la rue, la cocaïne est coupée
400 milliards de dollars par an
Voilà bien un commerce de rendement !
Qui nous renvoie inévitablement
A la mafia calabraise, fatalement
La 'Ndrangheta, monopole de la cocaïne
En Europe, aux banques, une fausse épine
Mafia qui achète de la drogue à crédit
De sa parole, on ne peut faire fi
C'est une mafia qui investit
Tourisme, constructions immobilières
Et toutes sortes d'affaires
Préfets corrompus ou menacés
Et qui ainsi se laissent acheter
Comme les villas
De Monaco à cap Ferrat
L'investissement de la mafia
Argent de la mafia
Mafia de l'argent
Et puis la cocaïne est plus accessible
150 euros le gramme, autrefois
60 euros le gramme, de nos jours, plus admissible
Et pour le blanchiment d'argent, comme loi
Il y a l'Allemagne, seize millions d'euros
Pour l'économie allemande, c'est beau
La mafia est finalement partout chez elle
Le capital lui donne des ailes !
 L'Afrique
Prochaine puissance économique mondiale
Cela paraît, présentement, extravagant plus qu'original
Pourtant, les liens du sang du capital
Avec des rites de passage
Comme pour la mafia, un apprentissage
'Ndrangheta, deux ans d'initiation
C'est bien là, du capital, une apparition !
D'ailleurs
Le capitalisme, partout, est à l'heure
Et la musique heavy metal
Comme ce monde, tout y paraît brutal
Environnement métallique
Musique métallique
Jusqu'en Amazonie et en Afrique
Mais, paradoxalement, c'est le plus gentil des publics
D'un public qui paye sa place sans râler
Contrairement à tous les clichés
Il faut le dire, en vérité
C'est dans les concerts de musique classique
Voilà souvent, les pingres et les chiatiques
J'avais été voir, sur invitation, autrefois
Le groupe " Motörhead ", de cette musique, les rois
Un concert qui fut organisé par mon ex-beau-frère
Et il y avait une bonne ambiance dans l'air
La musique métallique
Des gentils qui passent pour méchants
La musique classique
Des méchants qui passent pour gentils
Comme souvent
C'est le monde à l'envers !
La paraphysique
Comme de la musique heavy metal
Et dans ce monde
De la société spectaculaire marchande techno-industrielle
Où le fric rend tout suspect, tout immonde
Pour toi, moi, eux, ils, elles
Ainsi s'organisent tous les trafics
En Europe, Afrique, Asie, Amérique
Drogue, les armes, le trafic des objets d'art
Voilà les principaux médaillés, avec du fard
Du capital, c'est le grand bazar
Par la corruption, tout espace est infiltré
De fait, le monde politique doit être annihilé !
Après cela, dans l'espace
L'on peut toujours envoyer
De l'espèce humaine et sa race
A ce jour, 500 hommes et 50 femmes
Pour cacher les misères, occulter l'infâme
Avec aussi une multitude d'objets spatiaux
Au-dessus de nos têtes, tout là-haut
Tout une pollution satellitaire
Plus seulement sur la Terre, il faut le faire
Et attention, aux éventuelles retombées
Même si, l'accident grave est de bien faible probabilité !
Notre Terre, si peu connue
La Lune à peine moins connue
Future base pour se rendre sur Mars
Sinon, l'on se moque, c'est une farce
Et pas avant 2050, un seul voyage
Des millions et millions de dollars, pour une autre cage
Déjà 380 kg de roches lunaires
Mais pour la vie des gens, pourquoi faire ?
Et sous Terre, 10 kg de forage, pour l'instant, maximum
Peut-être à jamais le summum
Mais cela chauffe trop, déjà 300 degrés
A 3000 km, noyau de la Terre, 5000 degrés
Noyau, 90 pour cent de fer
Du soufre et autre, tout reste à faire
Depuis 1983, nette fonte des glaces
Comme le massif du Mont-Blanc, plus de place
De la modification climatique
Et toutes sortes de maladies erratiques
Augmentation de la série épidémiologique
Convergence des phénomènes, écosphère
Phénomènes de la convergence, écosphère
Interaction de la complexité
Complexité de l'interaction
Et comme d'habitude c'est une litote
A vous d'en chausser les bottes !
Et finalement
La tenue de naissance
Que je pratique avec aisance
Le naturisme vrai qui date de 1930
Avant c'était souvent le cache-sexe
Tous types de corps, tolérance totale, comme sans sexe
Un retour à une certaine pureté
Loin de l'économie de marché
Comme encore les anarchistes, les premiers
Qui le culte de la nudité, surent pratiquer
Aussi une façon de se ressourcer
L'esprit et le corps, pour se nettoyer
Et non pas le nudisme, récupéré
Par le capital, qui sait tout gâcher !
 

Patrice Faubert ( 2015 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "
 
 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 25.06.2015.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Politics & Society" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Anaphrodisie du nocebo et de l'artefact - Patrice Faubert (Experimental)
Stars - Christiane Mielck-Retzdorff (Life)