Patrice Faubert

Paraphysique de synecdoque

Où va se nicher la génétique
Aux Etats-Unis, elle est frénétique
Aussi les diverses homosexualités
Veulent le croire, pour être tolérées
Car ainsi, rien à y faire
Cela fait taire les réactionnaires
Il n'y a pourtant aucun gène de l'homosexualité
Pas plus d'ailleurs, que pour une autre sexualité
Le crétinisme seul peut croire une telle absurdité !
C'est pourtant moins important
Que ce qui compte vraiment
Comme la guerre de l'eau en Asie Centrale
Et la disparition de la mer d'Aral
Avant, elle atteignait en profondeur, huit mètres
De nos jours, c'est tout simplement, zéro mètre
Kazakhstan, Ouzbékistan
Turkménistan, Tadjikistan, Kirghizstan
Cinq anciennes républiques soviétiques
Il y a comme un hic
C'est le désert de sel
Zones entières de croûte de sel
Comme l'amiante, de la neige
L'usine aussi à sa neige
D'ici à 2050, 100.000 décès
Cela malgré tous les procès
Impunité généralisée
Quand la société se sent déresponsabilisée
Et les industriels continuent de tuer
Comme Saint-Gobain ( 1665 ) géant de l'amiante
Et que tout mensonge aimante
Plaques pleurales et le mésothélium
Travailler dans le cancer, le summum
Et pour désamianter une cuisine
Car l'industrie n'est pas fine
C'est 8000 euros et donc plus d'amiante
C'est 1000 euros si on laisse l'amiante
Comme dans tout et en tout
Tout est construit au moindre coût
Et il faudra au moins
Au minimum, cela n'est pas rien
30 ans pour tout désamianter
Dans toute construction de jadis ou presque,  l'amiante institué
Un scandale toujours continué
Et tant de mortes et de morts, pour enfin arrêter !
Il y aura 10 à 11 milliards d'êtres humains
Au minimum, en 2050, cela n'est pas bien
Car déjà 45 pour cent des sols sont épuisés
Car il ne faudrait pas labourer
Rien de tel, pour le sol, l'empêcher de s'aérer
Avec les engrais, trop d'azote
Agriculture intensive et sotte
800 millions de personnes en sous-nutrition
Toujours et encore les problèmes de l'alimentation
Et aussi la pollution électromagnétique
De tous les champs électromagnétiques
Ce sont nos sols urbains
Sans vouloir faire le malin
Tous nos signaux numériques
Stations de base, antennes relais
Ondes électromagnétiques qui nous balaient
C'est l'appareillage ménager, la télévision, wifi, la radio
Pour quelques gens cela fait bobo
Et des tumeurs au cerveau
Certes, cela n'est pas vraiment ostensible
Sauf pour les EHS, les électrohypersensibles
Et des ondes, je ne fais le fou
Car les géobiologistes en trouvent partout !
Déjà 7 milliards de téléphones cellulaires
Sur notre planète Terre
Il y a plus de téléphones portables
Que des télévisions ou autres gadgets, c'est notable
2000 personnes électrohypersensibles en France
Cela se discute, pas encore une évidence
En attendant que cela devienne banal
Peut-être, trop profond, est le mal
Et le travail de la misère
C'est la misère du travail
1 français sur 3 travaillerait au noir
Pour les cotisations sociales, c'est la foire
En 2012, 20 milliards d'euros
En moins pour la collectivité, c'est ballot
Car c'est de la retraite en moins
C'est donc pas si malin
Car de plus, il faut avoir cotisé
Pour un jour devenir retraité
C'est du travail dissimulé
Du personnel sous-payé
Du capital et de sa perversité
Et des prospectus à distribuer
Pour une petite retraite, la compléter
Travail noir, travail gris
L'exploitation à l'infinie
Il faut abolir le patronat
Il faut abolir le prolétariat
Il faut abolir le salariat
Un autre monde, il faut, voilà !
Car tout ne fait qu'empirer
Comme aujourd'hui à Saint-Tropez
Jadis, c'était beaucoup plus populaire
Qu'aujourd'hui, une gauche moins réactionnaire
Certes, il y avait l'inévitable bourgeoisie artistique
Saint-Germain-des-Prés y faisait sa gymnastique
Que de nos jours, moins antipathique
Avec les investisseurs et les entrepreneurs
20.000 euros le mètre carré, le fric en chaleur
Authentique sous-humanité qui fait le malheur
De tous les anciens et nouveaux pêcheurs
Plus aucune classe scolaire
C'est le tout réactionnaire
Des villas, des piscines, des hélicoptères
Et donc le pêcheur d'hier
Se meurt, il n'a plus d'air !
C'est ce qui se passe dans le monde entier
Les bourgeoisies riches veulent tout s'accaparer
Ce sont tous ces gens qui nous empêchent de vivre
Qui ne méritent pas de vivre !
Il faudrait tous les manger
Redevenir des cannibales
A une époque cela n'était pas un mal
Ainsi avec une crise climatique
Il y a 6 à 7000 ans environ, cannibalisme endogamique
Cannibalisme exogamique
Alimentaire, funéraire, rituel, religieux
Parfois pour apaiser les dieux
Comme chez les Aztèques
Sacrifices humains, drôles de mecs
Et encore des traces
Il y a 2600 ans, ne pas se voiler la face
Là, du cannibalisme rituel
Pour ils, eux, elles
S'approprier la force du mort
S'en faire un bon sort
Bref
Des tas de cannibalisme
Sans faire d'anthropologisme
Rituel, alimentaire, religieux, funéraire
Bouillon de moelle, il faut l'extraire
40 kg de viande à récupérer
Sur un être humain, de quoi manger
Quand l'être humain était de la viande
Pour tout estomac une belle offrande
Un goût de boeuf
Certes, c'était pas de l'oeuf
Parfois par effondrement de la structure sociale
Ou quand la faim au ventre fait trop mal
Quand c'est la guerre ou la famine, phénomène local
Et c'est seulement en 1956, et oui
Que le cannibalisme fut interdit
Par le gouvernement, en Papouasie-Nouvelle-Guinée
Il est facile de le vérifier
Et plus facile à prouver
Que le cou de la girafe, pour s'alimenter
Et non pas pour la sexualité
Ce qui reste à confirmer
Mais la maison biométrique
Et cela n'est pas une absurde statistique
Ce sont les termites, personne ne peut le contester
Que l'on me pardonne d'être si laconique
Mais mon écriture
Qui fait parfois les ordures
N'est pas un cercle d'Einstein, un cercle parfait
Le mien est beaucoup plus niais !
En 1015, un savant arabe, déjà, un traité d'optique
Moi, cela n'est que de la poétique
Moi, cela n'est que de la paraphysique
Comme un fond diffus cosmologique
99,9 pour cent de la lumière
Tout à fait extraordinaire
C'est du photon solaire
500 secondes, du soleil à notre Terre
Pour le photon cosmique
Pas vraiment la même musique
La plénitude de l'univers est anarchie
L'anarchie de la plénitude de l'univers
Sous la jupe du cosmos
A notre entendement c'est un os
De si beaux dessous
Qui nous rendent folles et fous
Et tout ce qui empêche la vie
C'est la vie qui nous conchie
Toutes les religions, toutes les politiques, toutes les idéologies
En vérité, je vous le dis
La plénitude de l'univers, c'est l'anarchie !
 
 
Patrice Faubert ( 2015 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "
 
 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 21.04.2015.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Experimental" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

99,9 - Patrice Faubert (Thoughts)
Le isole della pace (Übersetzung von Inseln der Ruhe) - Ursula Mori (Life)