Patrice Faubert

Paraphysique de homo sapiens numericus

( Né en 1923 ) Noël Vandernotte
Le plus jeune médaillé olympique
A 12 ans, presque une fausse note
De toute l'histoire olympique
Deux médailles de bronze en aviron
Certes, en barreur, mais salut champion
Il avait prévu la guerre, lui
Pas comme feu ( 1863-1937 ) Pierre de Coubertin, ce nazi
Qui fut un zélateur du parti nazi
Comme feu ( 1887-1975 ) Avery Brundage, aussi
Les patrons du CIO
Fascinés par le nazisme, c'est bien sot
Par 68 voix contre 57, feu vert pour 1936
Les Jeux olympiques de Berlin sont approuvés
Par tous les pays en totale complicité
Et 15 jours avant le 1/8/1936, place nette
Juifs, Roms, pourchassés et dans des camps, enfermés
Un racisme si évident et si bête
Pourtant
Dès 1935, dans le monde, des manifestations
Contre ces jeux de la honte, étaient en opposition
Des athlètes refusèrent ces jeux
Pour faire briller le nazisme de mille feux
Et ils et elles voulurent, aux Olympiades populaires de Barcelone, participer
Mais ils et elles ne le purent, car avec le soulèvement militaire, cela fut annulé !
Mais
Rien de nouveau sous le soleil
De nos jours, ou avant, tout est toujours pareil
Et puis comme le sens interdit, les autoroutes
La vérité c'est toujours la déroute
Et aussi la flamme olympique
Tout cela fut inventé par les nazis, c'est tragique
Le monde est nazifié
Je ne l'ai pas inventé
Dans nos têtes, des croix gammées
Les modèles des rapaces
Les rapaces des modèles
Pas les oiseaux, seulement les hommes
A côté, les oiseaux sont gentilshommes
La technologie est nazie
Avec tout son système d'ingénierie
Et c'est ainsi
Que 8 des 25 plus grandes fortunes
Qui savent faire fructifier les thunes
Sont des codeurs de l'informatique
La Silicon Valley est leur paradis
Startup qui a tout maudit
La technologie du discours
Le discours de la technologie
En France
42 millions de personnes
Surfent sur internet, c'est une donne
De l'héroïne électronique
Addiction à la prothèse numérique
Comme les adolescents en Chine
Que les jeux vidéos en ligne, minent
Et déjà plus de 400 camps de rééducation
Hôpitaux militaires, pour une désintoxication
Adolescents drogués et enlevés de force, comme une prison
La cyberdépendance tue l'imaginaire
Mais tout autant que l'idéologie réactionnaire
Et voilà, partout, le tout technologique
Homo sapiens numericus
Dans le métro, le train, l'avion, le bus
Mais les codeurs et ingénieurs
De l'informatique, c'est pas une erreur
N'envoient pas leurs enfants à l'école numérique
Mais tout simplement à la vieille école classique !
Sur chaque ordinateur
Ce qui est prévu par le concepteur
Tout est tracé
Tout est enregistré
Des données qui sont utilisées
Par la publicité, pour nous faire acheter
Données elles-mêmes piratées
Même si 98 pour cent des internautes
Se promènent de site en site, sans rien acheter
C'est la seule bonne note
Mais 400 milliards de dollars de cybercriminalité
Et une terrifiante analyse de prédictivité
En 2020, 50 millions d'objets connectés
Et par géolocalisation, la publicité
Juste où vous êtes, vous fera consommer !
Et la première industrie mondiale
Elle est l'adaptation du capital
Ce sont les jeux vidéos sur internet
Même dans certaines maisons de retraite
Car cela serait bon pour la tête
Certes
Quand il n'y a plus la moindre relation
Il faut alors y substituer une représentation
Faux épanouissement et vraie aliénation
Du leurre et de la substitution
Hypnose numérique
Errance numérique
Communication numérique
Sans communication psychologique
Troubles de l'attention
Et des difficultés de concentration
Les mémoires deviennent externes, artificielles
Déficitaires deviennent les mémoires internes, naturelles
Et le stress des jeux de la guerre
Comme si il n'y avait pas assez de la guerre
Le virtuel copie finalement le réel
Et le réel copie finalement le virtuel
Ce sont les deux identiques mamelles !
Comme
En France, entre janvier 2012, et juin 2015
245 209 558 euros
Soit
2 547 663 cadeaux
Des laboratoires pharmaceutiques
Aux médecins et professionnels de la santé
Et après cela, faire la grève, il faut oser
Tout ce beau monde
Par ailleurs parfaitement immonde
De leurs crachats, nous les pauvres, nous inondent
Contre toute cette engeance réactionnaire
Il faut sortir la fronde révolutionnaire !
Le cerveau archéologique est le contexte
Sinon c'est de l'infidélité au texte
Comme les 700 enfants, en France
Qui meurent chaque année, de maltraitance
L'enfant ce bien immobilier
L'enfant comme une propriété
L'enfant qui pourtant
Devrait pouvoir choisir ses parents
En fonction des affinités, comme il l'entend
L'enfant qui toujours défend ses parents
Même si ce sont des tyrans
Quand l'enfant est sous terreur
Car il fut conçu par erreur
Et toute la société de l'aliénation
Est sous terreur, comme une malédiction
Enfants, parents, artistes, ouvriers
Enseignants, savants, fonctionnaires, employés
Et tout le monde, tyran de l'autre
La terreur et la peur
Partout dans le monde, cela est nôtre
Et à toutes les heures
Et la surpopulation
Est son réservoir, son alimentation
Il faut la pilule, l'avortement, la stérilisation !
Nous devrions apprendre à tout partager
Au lieu, depuis la fixation au sol, d'apprendre à dominer
La mémoire humaine, la mémoire naturelle
Peut comme à Londres, les chauffeurs de taxi
Mémoriser les 25000 rues de Londres, comme un défi
Hippocampe de mémoire d'apprentissage, c'est bien réel
De ce que l'on apprend
Tout par la suite, dépend !
Ainsi
Dans notre numérique aujourd'hui
Il n'y a que de la liberté virtuelle
Mais plus aucune liberté réelle
Et des pauvres plus pauvres
Et des riches plus riches
Et si l'on changeait tout, chiche ?
Comme au Brésil, si contrasté
8,5 millions de km/2, une immensité
La richesse, la pauvreté, peuvent s'y narguer
200 millions de personnes y habitent
70 millions de pauvres, comme un mythe
Dont 800.000 esclaves de la dette
Il faut la rembourser en travaillant, le tyran pas bête
Gauche ou extrême gauche du capital au pouvoir
Comme les autres, prennent les gens pour des poires
Ce parti des travailleurs ( PT ) qui a trahi
Celles et ceux qui ont voté pour lui
Et jusqu'en Amazonie
Des urnes électroniques
Depuis 1976 au Brésil, c'est véridique
A bas toutes les délégations du capital, vive l'anarchie !
 
 
Patrice Faubert ( 2015 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "
 
 
 
 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 24.03.2015.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Politics & Society" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Rodomonte - Patrice Faubert (Life)
Being interested - Inge Hoppe-Grabinger (Life)