Patrice Faubert

Paraphysique des spin doctors

Rien
Ne vaut de se promener
Car il y souffle un vent de liberté
Dans une manifestation anarchiste
Malgré les provocations policières et fascistes
Là seulement est la fraternité
Par le capital et l'Etat, le monde est infecté
Il est donc bon de protester !
Cela est de tous lieux
Cela est de tous temps
Partout c'est le même feu
Tout est dément là où est l'argent
Cela n'est jamais d'hier
Ici ou là, quelques spasmes révolutionnaires
Un peu comme le jeu de tarot
Dès le quinzième siècle, il faut bien se distraire
Tarot princier ou tarot populaire
Il sait faire le faraud
Au dix-huitième siècle, tarot de Marseille
Son origine du tout pareil
Feu ( 1444 ou 1445- 1510 ) Botticelli, peintre italien
Feu ( 1433-1499 ) Marsile Ficin, philosophe italien
Furent du tarot parmi les principaux parrains
Les atouts sont leur domaine
C'est la course qu'ils mènent
Un air de renaissance
Pour de nouvelles stances
Mais tout a toujours été là
Tout s'affine davantage, voilà !
Comme le christianisme primitif
Qui fut adepte de végétarisme
Sans que cela fut comme un récif
Dès l'antiquité et avant, sans aucun sophisme
Mais toujours
Le flux et le reflux, éternel retour
Le présent au passé
Le passé au présent, tout est connecté
Comme la Rome de l'antiquité
Avec latrines et un million de gens
La densité y était infernale, c'était affolant
Des cadavres mangés par les chiens
60.000 décès par an, au moins
Mais cette cité ne fit pas le lien
De l' assainissement pour contrer la maladie
Des excréments, des virus, des bactéries
Comme dans certains pays
Encore même aujourd'hui
Et 50.000 kg de fèces par jour
Pas de papier toilette, de l'anus et de son pourtour
La fosse d'aisance c'était le démon
Mauvaises odeurs confondues avec la contagion
L'ignorance de l'artefact
L'artefact de l'ignorance
C'est ce qui fait toute intolérance
Un peu comme à Bletchley Park
Avec un personnel de marque
Milliers d' employés, il fallait décrypter
Les codes allemands, il fallait casser
Comme la machine Enigma des nazis
Au fonctionnement difficilement compris
Par feu ( 1912-1954 ) le marathonien mathématicien Alan Turing
Et feu ( 1905-1998 ) l'ingénieur Thomas Flowers, dring dring
Et tous deux tinrent meeting
Des tas de milliards de combinaisons possibles
Mais aux pères de l'informatique, rien d'impossible
Tous les deux furent oubliés
Tous les deux furent moqués
Et l'un d'eux, homosexuel, fut chimiquement castré
Une ingratitude parfaitement inadmissible
Ou sur le très tard, encore plus risible !
Mais déjà dans les années 1940
Propagande information
Propagande désinformation
Information de la désinformation
Désinformation de l'information
Où le faux est comme vrai
Où le vrai est comme faux
Et où tout est top secret
Et où personne ne sait
De nos jours
Le secret n'est plus un secret
C'est justement cela le secret
Chaque pays le sait
Chaque pays le fait
Le secret n'est plus vraiment secret
Mais seul le secret le sait
Ou alors des secrets de Polichinelle
Devinés par toi, moi, eux, ils, elles
Car tout s'explique
A tout, une marque de fabrique
D'accord, je comprends
Je n'avais pas songé à cela, simplement
Et pas de feu ( 1853-1890 ) Vincent van Gogh
Si  le premier Vincent van Gogh
N'était pas mort-né
Dans la douleur, les parents voulurent le remplacer
Et tant d'histoires similaires qui nous sont cachées
Et qui beaucoup de choses permettraient d'élucider
Car pour les autres
Dont nous sommes les apôtres
Nous sommes les autres
Nous sommes les gens, cela abonde
Des autres, nous sommes les autres
Mais alors, qui sont les autres ?
Comme être l'autre en France
Ce pays du retard et de la carence
C'est en y marchant
C'est en le traversant
Que le constat se fait, un pays peu accueillant
Surtout en Haute-Savoie
Ou dans le Sud-Est, comme une loi
Le pays des droites
Le pays de la pensée étroite
Surtout pour les étrangers
Racistes, fascistes, veulent les chasser
Ou alors il faut bien penser
Pour le " Front National " il faut voter
Pourtant au pouvoir, déjà sont leurs idées
Comme tout grandit
Sur les débris et déchets des villes
Tout se transforme, rien n'est vil
Il en va ainsi, aussi, pour le bien, pour le mal
Pour l'Histoire politique et sociale
Les poubelles de l'Histoire
Celles qu'on veut ne pas croire
Poubelles où il y a peu de rebelles
Où c'est toujours le bas de l'échelle
A qui l'Histoire cherche la querelle
La marchandise cache l'acrophobie
Car la marchandise c'est un grand vide
Des suicides, accidents, misères, elle est avide
Et pourtant jamais ce n'est le bide
Il faudrait nettoyer nos têtes
De toutes les bêtises qui nous hébètent
Comme le nettoyage des rues
Sur des ordures, tout construit, fut
Nous marchons et nous vivons
Sur des déchets et ordures, inévitable continuation
Sans compter
Dans les mers et dans les océans, tout ce qui a été jeté !
Le capital
Est une stratégie de communication
Qui est aussi la communication de la stratégie
Le capital
Est un trafic d'influence
Qui est aussi l'influence du trafic
Spin doctors, mercenaires du capital
Vendre des guerres, des opinions, faire du fric
Ce sont finalement des publicitaires
Stipendiés à tous les groupes réactionnaires
Guerres des images, images des guerres
Agents d'influence
Influence des agents
Auprès des femmes et hommes politiques, des présidents
Où tout est interchangeable et polyvalent
Comme de la fausse spontanéité
Où de A à Z tout est contrôlé
Où de A à Z tout est manipulé
Pour les tyrans, l'esclave salarié doit voter
En France et dans tous les autres pays
Il en va plus que jamais ainsi
Pendez-les haut et court
Toute cette infamie, toute cette cour
A la conscience, cela vient à l'esprit
Bas cette vermine et vive l'anarchie !
Tout est devenu comme à New York, dans le passé
A une époque où le crime organisé
A la police était étroitement associé
Comme l'idiotie raciale alors que l'économie ne peut s'en passer
Des vrais bâtisseurs que sont les travailleurs étrangers
Si mal payés et rarement de vrais retraités
Ainsi en 1973, 1.800.000 travailleurs étrangers
A la construction de la France ont participé
Comme les chibanis, mais en géographie
Aucune nationalité, aucun pays
Et des étrangers par rapport à quoi et à qui
Être étranger ne veut rien dire en anarchie !
 
 
Patrice Faubert ( 2015 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "
 
 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 27.02.2015.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Politics & Society" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Altruisme - Patrice Faubert (Life)
Le isole della pace (Übersetzung von Inseln der Ruhe) - Ursula Mori (Life)