Patrice Faubert

Paraphysique de la dictature étatique

" Mais alors, à la naissance, j'avais la même paye que mon patron ! "

 
( Une réflexion d'un élève, après un cours dans un lycée professionnel, de feu ( 1925-2013 )
le généticien des populations, Albert Jacquard )

 
Les mutuelles de la santé
Par les bureaucrates capitalistes, sont confisquées
Ce qui fait qu'en vérité
Pour pouvoir être soigné
Comme toujours, il faut payer
Sinon plus de dents
Les mutuelles sont gérées par le tyran
Sinon toutes les maladies
Leurs patrons sont de l'oligarchie
Tout ce qui touche à la santé
Devrait être de toute gratuité
Sans avoir besoin du moindre papier
Tout ce qui touche à la mobilité
Devrait être de toute gratuité
Transports, médecine, loisirs, l'alimentation
La gratuité est la seule révolution
Mais pour cela, dans chaque tête, une révolution
Une autre organisation que le capital
Avec son extrême gauche, roue de secours du mal
Comme en Grèce
De réserve, le capital, a toujours une graisse
L'extrême gauche du capital
La gauche du capital
La droite du capital
L'extrême droite du capital
Sont l'expression totalitaire du capital
Ses religions, ses idéologies, tout y est sale
Tout ce qui passe à la radio
Tout ce qui passe à la télévision
Même le moins sot
Même ce qui dénonce faussement l'aliénation
Du capital est aussi l'expression !
Et c'est encore la classe moyenne
A la petite bourgeoisie, doyenne
Du capital, la meilleure alliée
Experte pour tout immobiliser
Et tout est de pire en pire
Avec le catastrophisme en point de mire
Mais pour se déplacer
Mais pour manger
Mais pour toute activité
Assigné à résidence par pauvreté
C'est là le problème
Il faut participer au système
Qu'on le déteste ou qu'on l'aime
Car chaque être humain, du système
En est la circulation, les veines !
Comme dès 1859, le pétrole
Et les grandes compagnies qui rigolent
L'excrément du diable
Pour l'appât du gain toujours minable
Puis l'OPEP dès 1960, une mainmise
Pour au profit pétrolier faire la bise
Et des automobiles
Sur les routes, même sans file
Comme en France pour les chouettes
10.000 tuées chaque année, au moins, c'est trop bête
Du pétrole, des voitures, mort de la chouette
Tout ce qui relie le capital ne fait pas fête
Mais son biotope disparaissant
Ne va qu'en s'ajoutant
Et puis jadis avec la superstition
Le genre chouette a été en décimation
Pourtant si utile à l'agriculture
Un produit sain et nature
En Grèce Antique
L'oiseau fut respecté, c'est chic
C'est à se demander
Si l'espèce humaine n'est pas une monstruosité
Et pourtant
Du moins dans notre temps
L'on dort, l'on mange, l'on lit
Le plus souvent dans son lit
Sans se déplacer forcément, l'on nuit
Et pour le conjoint ou la conjointe
Un peu d'ironie en pointe
C'est parfois des ronflements
Du couple fixe, un autre désagrément
60 pour cent
Des hommes ronflent
40 pour cent
Des femmes ronflent
Avec mon pessimisme, je gonfle
Le capital a tant de facettes
Il nous conditionne, il nous embête
Comme ce constat
Qui est divulgué partout, voilà
Et qui ne choque personne
Quand une société déraisonne
L'entretien, en France, des anciens présidents
Mais ailleurs, est-ce si différent ?
Giscard, médaille d'or
Sarkozy, médaille d'argent
Chirac, médaille de bronze
A 6,2 millions d'euros, par an
Cela devient indécent et dément !
Cela n'est pas leurs affidés qui payent
Mais surtout les pauvres, le disque se raye
Une sorte d'hypnose et de suggestion
Faire passer la pilule en résignation
Et pour la facture, l'autoguérison
Mécanismes psychiques de la domination
Coupeur de feu, coupeur de scandale
Pour faire oublier les vrais vandales !
Maîtrise de l'effet placebo
Effet contexte, effet relation, pour les ballots
La domination et tous ses valets
Tout ce qui dedans s'y plaît
Tout y est un étau
Où seul le laid peut s'y trouver beau
Mais c'est déjà, c'est bientôt
L'être humain comme poisson hors de l'eau !
Et même dans le livre de Nestor Romero
( 1936/1937 ) sur la guerre civile espagnole
La colonne de fer, aucune volition molle
Certes, de l'antimilitarisme
Mais cependant du puritanisme
Sur la sexualité du conformisme
Le début est dans la fin avec le réductionnisme
Puis des dirigeants militaires et bureaucrates, ô syndicalisme
Qui de l'anarchie seront le cataclysme !
Et pourtant
La géochimie c'est du temps
Stromatolithes, encroûtements calcaires
3, 8 milliards d'années, sic
Et roches plus anciennes sur Terre
Après l'Australie, le Canada, roches métamorphiques
4 milliards d'années, sic
Et le zircon, 4, 400 milliards d'années
Et rien qu'en Bretagne
Sans régionalisme et sans pagne
2 milliards d'années, la roche comme manne !
Mais tout peut vite s'oublier
Car les caractères acquis sont dans l'intransmissibilité
Et peuvent se retrouver
Surtout des caractéristiques psychologiques
Certaines caractéristiques physiques sont génétiques
Tout le reste, c'est de la culture, de l'apprentissage, de l'imité
Et sans cesse, tout bébé
Doit tout réapprendre, rien n'est donné
Apprendre à marcher comme à mal ou bien se comporter
Il ou elle ne dispose d'aucune liberté
Son environnement va le dresser
Il ou elle en deviendra le produit
Bon, méchant, vilain, gentil, cela ou ceci
Selon les besoins de la société
Il ou elle exercera telle ou telle activité, tel ou tel métier
De tout le monde, la vérité est détestée
Il ou elle ne disposera d'aucune liberté
Ou la liberté d'être sans aucune liberté
Mais la domination lui fera croire à son libre arbitre
La tyrannie aime faire le pitre !
La domination avec son enseignement
Professeurs, instituteurs, mandarins et autres tuteurs
La tyrannie avec son divertissement
Peintres, poètes, écrivains, cinéastes, animateurs, amuseurs
D'une façon l'autre, ses complices présentateurs
Femmes et hommes, tous ses cadres supérieurs !
Et si on clonait, ce faux piédestal
Une femme de Néandertal
A la science, aucun mais, c'est carnaval
Trouver une mère porteuse
Pour une expérience absurde et odieuse
A part un peu, son physique, tout serait normal
Elle serait comme tout être humain
Qui comme son environnement, devient
Jugements de valeur, préjugés, lieux communs
Elle pourrait être très cultivée ou plus banale
Tout s'apprend
C'est si simple, si évident
Mais il faut bien justifier l'idéologie du dominant !
C'est la même bêtise
Que les 200 milliards de bouteilles d'eau en plastique
Consommées par an et que l'industrie attise
Dont la plupart, sinon toutes, sont polluées, c'est tragique
Alors que l'eau du robinet
J'en bois tous les jours, je le sais
N'est pas plus mauvaise pour la santé
Et tout va ainsi dans notre société
Et puis surpopulation
Ne rime pas avec révolution
Il faut arrêter de faire des gosses
Ce qui au capital fait les noces
Et c'est des guerres, de la rivalité, de l'agressivité
Plus la peine de procréer, il vaut mieux adopter
Pendant longtemps l'enfant fut d'une communauté
Avant l'apparition de la famille et de la propriété
Il faut une révolution intégrale des mentalités
Sinon toujours des coups d'Etat
Et autres changements de régime, taratata
L'inamovible sur place, l'inoxydable blabla !


" L' auto-organisation devient une nécessité vitale au moment où la guerre
contre " l'ennemi intérieur ", déjà vieille d'un bon demi-siècle, est solennellement
déclarée. La vie des hommes et des femmes qui n'ont pas le bon profil, n'habitent pas
au bon endroit, ne pratiquent pas la bonne religion, risque bien de valoir de moins
en moins chère aux yeux des flics, des médias, de tous les Charlie va-t-en-guerre de ce pays.
La police produit la violence dont le système a besoin, elle est raciste, patriarcale, et
au service de la bourgeoisie, car elle est la police d'un système capitaliste impérialiste " .


L'envolée ( Pour en finir avec toutes les prisons, janvier 2015  )

 

Patrice Faubert ( 2015 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "
 
 
 
 
 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 01.02.2015.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Politics & Society" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Une maîtresse alcoolique - Patrice Faubert (Love & Romance)
A new day - Adalbert Nagele (Everyday Life)