Patrice Faubert

Palimpseste sisyphéen

73 pour cent
De l'information télévisée, c'est parlant
Est de l'ordre du fait divers
Ce qui nourrit l'information réactionnaire
Manipulation des émotions
Les émotions de la manipulation
Et 4 millions de maniaco-dépressifs
Femmes et hommes, en Europe, cela n'est pas excessif
Cette maladie bipolaire
Comme le capital son frère
L'écriture de la séparation
La séparation de l'écriture
Histoire, poésie, science, littérature
Il faut faciliter la lecture
C'est en fait simplement une affaire de culture
C'est plus amusant de tout mélanger
Car ainsi il faut chercher
Car ainsi il faut assembler et relier
De toutes façons
Tout est approximation
Ainsi
Trois découvertes sur quatre en science
Sont réfutées tôt ou tard
La prétention est sans prudence
La logique toujours en retard
Certes, je ne suis pas ou je suis roboratif
A tout, je sors mes griffes
Comme les bas prix
Pour le personnel un mépris
Lidl, Aldi, Ryanair
Ou autre, dans le ciel et sur Terre
Pas de frais de personnel
A qui l'on coupe les ailes
Personnel exploité et surveillé
Car il pourrait voler
C'est le hard-discount si apprécié
Si entretenu par la pauvreté
" Ici on se soumet
Ou on se démet "
Lidl, aldi, et consorts
Pour le personnel c'est la mort !
Comme pour les juifs du passé
Même si la comparaison est outrée
En 1941
1.200.000 juifs déjà tués
En 1942
2.600.000 juifs déjà tués
En 1943
4.400.000 juifs déjà tués
En 1944
5.100.000 juifs déjà tués
En 1945
5.800.000 juifs déjà tués
Dont 700.000 juifs hongrois
Du système nazi ce fut la loi
Les alliés le savaient dès le début, c'est bien cela
Mais la stratégie avait des priorités, voilà !
Et ce sont des juifs de l'étranger
Que Staline et son armée
Vont financer
Pour contre Hitler, lutter
Alors que c'était une même politique
Paradoxe du préjugé antisémitique
Et finalement, cela est un peu resté
Comme les prix bas, de la guerre, nés
De l'économie de guerre
Pour une économie de guerre
Or, c'est toujours la guerre
Aujourd'hui, demain, hier !
Et même au-dessus de la Terre
Avec les 23000 objets en l'air
Déjà en 2013, en orbite autour de la Terre
La technologie y a sa cour
La cohue y fait son tour !
Comme pour le compte d'auteur
Quand c'est le refus de l'éditeur
Il faut des relations
Avoir un réseau, faire acte de soumission
Il faut baisser son pantalon
Montrer ses nichons
Et d'autres démarches
C'est marche après marche
C'est le monde de l'édition !
Avec l'écriture électronique
Médiocre ou talentueuse
Auteur et éditeur, c'est éclectique
L'Internet des critiques fumeuses et fameuses
Pas de comité de lecture
Mais des bureaucrates de la censure
Certes
C'est tout et n'importe quoi l'Internet
Mais au moins, l'on peut y pondre des textes
Et si vous refusez
Ou que vous êtes refusé
Par le monde de l'édition
Pour vous exprimer c'est la seule solution !
Dans le même temps
Tout se contredit, c'est affligeant
Voilà les EHS, les électro-hypersensibles
Pour l'instant, c'est encore peu tangible
Mais nonobstant de plus en plus perceptible
De cette pollution électromagnétique
Nous baignons dans son champ électromagnétique
Les ondes naturelles sont continues
Les ondes artificielles sont hachées ou coupées
Et l'être humain est bioélectromagnétique
Cela fut
Pour le radar, certifié
Et en avant hue
Pour les téléphones fixes ou mobiles
Des ondes pulsées ou hachées
EHS, une autre maladie prophétisée
Et aucune zone blanche pour se protéger
D'ondes diverses car c'est le monde entier !
Et nous allons
Comme d'insupportables larrons
Sur 67P/Tchourioumov-Guérassimenko
Une comète sur laquelle nous nous promenons
Par robot ou photographie, sans le risque du KO
Très très loin, il faut les gens, préparer
A voyager, l'espèce humaine devra émigrer
Le peu qui se sauvera
Pour fiche la panique ailleurs, voilà !
Pourtant
Le premier vaisseau spatial
Le dire est bien banal
De l'espace-temps sidéral
C'est le ventre de la mère
Dont le bébénaute est la chimère
Le vagin est la porte de la Terre
Au début 70 os de plus que l'adulte
Tout est flou et double, tout exulte
Seize heures de sommeil par 24 heures
Même dans une voiture de sport, à tant à l'heure
Car dans le ventre/vaisseau spatial
C'est pareil, 80 décibels, c'est pas mal !
Tout ce qu'entend, voit, mange la mère
Du bébé, architecture le cerveau et les viscères
Qui voit en odorama
Qui entend en technicolor, drôle de gars
Et qui peut rire 300 fois par jour
Hélas, il en fera le tour
Comme les 110 km à quatre pattes
Avant de rejoindre le camp des deux pattes
Pour le froid, apprendre des langues
Comprendre le subconscient, Big Bang
Le bébénaute pourrait devenir une belle rose
S'il pouvait apprendre autre chose
Que des compétitions inutiles et futiles
Pour devenir ainsi, un adulte, aux autres, utile !
Et pourquoi pas ?
Un monde parfait dans son imparfait
De et avec les autres
Et non sans et sur les autres !
Et pourquoi pas ?
 
 
Patrice Faubert ( 2015 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "
 
 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 27.01.2015.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Experimental" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Paraphysique de virologie informationnelle - Patrice Faubert (Politics & Society)
Boules d´argent - Rainer Tiemann (Remembrance)