Patrice Faubert

Paraphysique de la guerre totale

Non
( Née en 1920 ) madame Michèle Morgan
Je dois l'écrire car c'est bien navrant
La vie n'est pas un délice
Même pour vous ancienne actrice
A qui l'on cède tous les caprices
Car, toutes les femmes que l'on viole
Car, tous les enfants soldats, abjecte farandole
Car, tous les effroyables attentats
Il n'y a aucun délice dans ce constat
Mais il y a beaucoup de privilégiés
Qui n'ont plus aucune sensibilité
Et puis
Il faut laisser faire la charité
Il faut laisser faire le curé
Nous ne faisons que répéter
Nous ne faisons qu'imiter
C'est ce que nous appelons originalité
Il n'y a pas de génie
Il n'y a que de la mythologie
Il n'y a pas de petites femmes, de petits hommes
Il n'y a pas de grandes femmes, de grands hommes
Il n'y a que des femmes et des hommes
Dont le forgeron
Est le déterministe environnement
Dont la condition
Est un certain espace-temps
Comme le temps du chômage
Qui de l'image idéale de soi
Est le grand ravage
Car c'est le travail salarié qui fait foi
Ainsi, de 35 à 64 ans
Des milliers de morts en plus par an
Rien qu'en France, morbidité et surmortalité
Trois fois plus que chez les salariés
Et toutes les pathologies cardio-vasculaires
Et toute la psychosomatique du cancer
Et tous les comportements suicidaires
Image idéale de soi dévalorisée
Car, dans le capital, pour exister, il faut travailler
De la guerre économique
Tous les mutilés, tous les blessés
Tous les tués, tous les suicidés
Femmes, hommes, enfants, une généralité
L'idéologie du travail
Le travail de l'idéologie
Le travail des mots
Les mots du travail
Perte du travail, perte de l'argent
Perte du statut social, déclassant
Le travail salarié, pourtant
Est lui aussi très traumatisant
Et le plus souvent inintéressant
Mais il faut gagner de l'argent !
Alors que le chômage bien vécu
Peut-être absolument épanouissant
Pour toutes choses, avoir du temps
Lire, étudier, s'amuser, méditer, dormir, des histoires de cul
Mais non, travailler ou chômer
Il faut souffrir, c'est l'économie de marché
C'est feu ( 1865-1937 ) Ludendorff et sa guerre totale
Comme l'économie de guerre, c'est fatal
Et c'est ainsi
Comme une souffrance infinie
Pour le chômage, pour le travail salarié
D'une torture l'autre, une même continuité
Se reposer, ne rien faire
Très peu savent le faire
Pour vraiment réfléchir, c'est pourtant salutaire
Mais l'économie c'est la guerre
D'où découle toutes les guerres
Avec accidentés, avec mutilés, avec tués, avec suicidés
Et toutes les dépressions de la culpabilité
Car sans travail salarié, il faut chômer
Pourtant
A cette société de destruction massive
Qui à tous les êtres humains est possessive
Il faudrait ne pas participer
Ou pour le moins s'en méfier
Prendre de la distance, du détachement
Comprendre que TOUT en elle, MENT !
Comme l'industrie pharmaceutique
Qui se charge fort la manipulation psychologique
D'inventer de nouvelles maladies
Pour augmenter éhontément ses profits
Avec la complicité de la médecine et de la psychiatrie
Tout peut ainsi devenir une maladie
Tant mentale que physique, une tragédie
DSM cette classification psychiatrique
Au service des intérêts pharmaceutiques
Le monde entier est psychiatrisé
Par une domination totalement tarée
Et des médicaments recyclés
De nouveaux noms, c'est bien grimé
Souvent, ils font l'actualité
Aussi, inutile de les nommer
Les anciens médicaments
Devenant parfois, de nouveaux médicaments
Sans compter beaucoup de médicaments
Qui ne servent à rien, vraiment
C'est de la poudre de perlimpinpin
Juste peut-être, l'effet placebo, c'est assez malin
Mais la plupart sont dangereux
Pour toi, moi, elles, ils, eux
Un peu comme le personnel politique
Toujours la même agitation frénétique
Du vent et encore du vent
Aux effets secondaires aussi peu marrants !
La plupart des médecins sont des ignares
Ils et elles n'ont pas le temps de s'informer
De travailler beaucoup ils et elles ne sont pas avares
Ce qui se transforme en argent, tôt ou tard
Et par les visiteurs médicaux
Aussi abominables que tous les commerciaux
Ils et elles se font baratiner
Et n'importe quels médicaments, ils et elles, vont fourguer
Et puis
Ce qui compte, c'est de faire de l'argent
Tout est bon, ici et maintenant
Il n'y a plus que des commerçantes et des commerçants !
Comme le personnel politique
Qui est absolument antipathique
Et qui du capital, sont les représentants
Des camelots du capital, c'est hilarant
Il s'agit de faire l'article
C'est ainsi que tout se vend
Médecine du commerce
Commerce de la médecine
Pharmacie du commerce
Commerce de la pharmacie
Science du commerce
Commerce de la science
Technologie du commerce
Commerce de la technologie
Arts du commerce
Commerce des arts
Politique du commerce
Commerce de la politique
Voilà ce qu'il y a dans nos têtes
Cela s'affiche partout, en tout, c'est le monde, c'est si bête
C'est donc absurde, il ne peut y avoir aucune vraie fête !
Partout des autorités subtiles ou manifestes
Plus de dégâts encore
Japon, 1923, 130.000 morts
Un habituel tremblement de terre
Ou par feu ( 1889-1949 ) le général Ishiwara, qui se croyait si fort
1931, prise arbitraire de la Mandchourie
Par un mensonge qui déclencha tous les conflits
Car plus tard, tous les pays furent en guerre !
Cependant
En 1926, au Japon, c'était la gauche libérale
Comme en France aujourd'hui, c'est très banal
Nombreux sont les visages du fascisme libéral
Croûte, manteau, noyau
Comme toute planète, c'est rigolo
Et la première de notre système solaire
Ce fut la planète gazeuse Jupiter
10 masses terrestres
Et loin du terrestre
1995, première exoplanète
En 2015, environ 2000 exoplanètes
L'être humain en est-il moins bête ?
Il y a aussi les petites et froides comètes
En rapport aux gros astéroïdes qui faussement végètent
Et puis tout peut servir
Même ce qui peut en maudire
Tout peut permuter ou se travestir
Ainsi
Charlie Brown, de nos jours, oublié
Peanuts comic strip, un personnage
Avec son chien Snoopy, en 1950, inventé
Par feu ( 1922-2000 ) Charles. M. Schulz
L'origine du titre de la bande dessinée
" Charlie " en 1969, il fallait le signaler
Avant ( 1960 ) ce fut " Hara-Kiri " puis ( 1970 ) vint " Charlie Hebdo "
Tout est dans tout, c'est pas faux
Et nous passons
Du nichirénisme du général Ishiwara, ce bouddhisme de guerre
A " Charlie Hebdo " et sa spectaculaire affaire !
Comme aussi, cela semble idiot
A cette fameuse famille Cottereau
De feu ( 1757-1794 ) Jean Chouan
C'est l'origine du mot Chouan
Le royaliste contre-révolutionnaire
Contre le prêtre jureur, avec le prêtre réfractaire
Celui qui prête serment à la constitution civile
Celui qui refuse la constitution civile
Avec, à la rescousse, 1795, la royauté anglaise
Contre la naissance de la révolution bourgeoise française
Tout est forcément compliqué
Quant toute idée est fragmentée
Et toujours la religion, l'idéologie, la propriété
Pour sempiternellement guerroyer !


Patrice Faubert ( 2015 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "
 
 
 
 
 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 20.01.2015.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Philosophical" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Amitiés paraphysiciennes - Patrice Faubert (Marriage and Relationships)
A special moment - Helga Edelsfeld (Philosophical)
Candle of Time - Inge Hornisch (Life)