Patrice Faubert

Tout est à repenser

" Au fond , on sent aujourd'hui , à la vue du travail - on vise toujours sous ce nom le dur labeur du matin au soir , qu ' un tel travail constitue la meilleure des polices , qu ' il tient chacun en bride et s ' entend à entraver puissamment le développement de la raison , des désirs , du goût de l ' indépendance . Ainsi une société où l ' on travaille dur en permanence aura davantage de sécurité : et l ' on adore aujourd'hui la sécurité comme la divinité suprême . Le travail est une police sociale . "

( Friedrich Nietzsche - 1844-1900 )
 
Un bourgeois/une bourgeoise , est-ce un habit particulier ?
un bourgeois/une bourgeoise , est-ce une profession particulière ?
un /une prolétaire est-ce un habit particulier ?
un métier particulier ?
est-ce avant tout dans la tête ?
une conception de la vie ?
si vous considérez que les hiérarchies sont nécessaires , vous êtes un bourgeois ou une bourgeoise . Si vous considérez les inégalités comme " naturelles " , vous êtes un bourgeois ou une bourgeoise . Si vous considérez les compétitions comme inévitables , vous êtes un bourgeois ou une bourgeoise .
 
Si vous estimez " logique " qu ' il y ait des riches et des pauvres , vous êtes un bourgeois ou une bourgeoise .
Si vous pensez qu ' il faudra toujours des chefs et cheffesses , vous êtes un bourgeois ou une bourgeoise .
Si vous pensez que tout est à revoir , que tout est à reconstruire , que tout est à repenser , et que vous ne reconnaissez aucune autorité d ' où qu ' elle vienne , même " anarchiste " , vous êtes un ou une prolétaire , et vous considérez que vous n ' avez rien à perdre dans la société spectaculaire marchande techno-industrielle , mais au contraire tout à gagner à sa disparition .Et peu nous chaut des costumes et panoplies , car il est si facile de se déguiser . Comme les bourgeoises des beaux quartiers de Paris ( ce qu ' il en reste ) , qui achètent et mettent des jeans troués ou rapiécés à la façon mode . J ' en ai porté , jadis , mais c ' était là , l ' usure de la pauvreté ,et si l ' on m ' avait dit que cela se vendrait un jour ... donc , ce n ' est pas l ' habit qui fait le bourgeois ou le prolétaire . Pas forcément du moins ...

" Les individus sont tels qu ' ils manifestent leur vie . Ce qu ' ils sont coïncide donc avec leur production , aussi bien par ce qu ' ils produisent que par la manière dont ils le produisent . "

Marx ( 1818-1883 ) Engels ( 1820-1895 ) l ' idéologie Allemande ( 1846 )
 
Cela dit , un/une prolétaire restera un/une prolétaire même déguisé /habillé en " bourgeois/bourgeoise " , et un bourgeois ou une bourgeoise , restera un bourgeois ou une bourgeoise , même déguisé /déguisée , habillé/habillée en " prolétaire " .
Et les pirates aiment parfois se déguiser , pour mieux surprendre l ' ennemi . J ' ai moi-même piraté deux livres de feu Guy Ernest Debord ( 1931-1994 ) , " Commentaires sur la société du spectacle " et le " Panégyrique " avec l ' accord de sa veuve Alice Becker-ho Debord , en 1994 , pour en faire deux films expérimentaux en vhs , et qui furent mis en vente à la librairie " Parallèles " principalement , et aussi à la librairie du " Monde libertaire " à Paris .
Le /la pirate des années 2000 et avant , est un adepte du détournement de la cargaison théorique , un luron /une luronne de l ' épave critique , un chercheur /une chercheuse de la théorie critique qui est critique de la théorie .
 
Le/la pirate s ' habille avec les vêtements qu ' on lui donne ou avec les vêtements qu ' il/elle vole . Mais , il est évident qu ' à force de théoriser , l ' on ne fait plus rien , sinon à brasser du vent . De même qu ' à force de critiquer tout ce qu ' y se fait , l ' on ne fait soi-même plus rien ou presque . C ' est une position contemplative , purement spéculative , qui peut devenir dans sa propre contemplation , du dédain , du supériorisme élitiste , qui devenant idéologie contre l ' idéologie , devient réactionnaire dans son positionnement d ' avant-garde anti - avant - garde . N ' oublions pas que c ' est d ' être stationnaire , que trop philosopher .Je me souviens des années 70 où je taguais des CGT=SS sur les murs de Paris et sa région , et aussi des CRS=SS . C ' était une époque où les staliniens et fascistes nous pourchassaient dans les ruelles , rien qu ' à nos têtes .Un paradoxe , car j ' ai été brièvement  à une CGT anarchosyndicaliste , et ce pendant quelques semaines , début 70 , contre la CGT stalinienne , en quelque sorte . Peu importe le nom d ' un syndicat , seulement importe ce qu ' on y fait ou n ' y fait pas , surtout !
 
" Quelque plein que le monde soit de fous et de sots , il n ' y a personne qui le croie être , ni même qui s ' en soupçonne . "

( Baltasar Gracian - 1601-1658 )
 
A une fête du journal " L ' humanité " , au début des années 1970 , des gros bras de la CGT/PCF avaient pris en chasse des fumeurs de haschich , pour les embarquer en fourgonnette , puis les avaient laissé nus dans un lieu désert . Cela fit scandale , car le journal " Libération " s ' en était fait l ' écho , après avoir pris connaissance des témoignages recueillis . Dans les manifestations des années 1970 , les cégétistes staliniens pourchassaient tout ce qui était anarchiste ou féministe ...et oui , il suffit de relire la presse de l ' époque ! est-ce toujours si différent en 2010 . Et si tout a été déjà fait , que peut-il y avoir encore de nouveau ? de la piètre réactualisation , de la mesquine imitation , avec beaucoup de vernis , c ' est tout . Et c ' est bien sûr , valable , pour toute la surface des choses . qui n ' est que les choses de la surface . Et souvenons-nous que pendant la révolution bourgeoise française , certains/certaines réclamaient pas moins de 240.000 têtes ! pas étonnant qu ' un million d ' aristocrates se soient enfuis de France , dès 1989 à la prise de la Bastille . Les " révolutionnaires " de notre pauvre temps sans aucune vie historique sont devenus bien tolérants et bien mous , un pacifisme qui fait bien rire les 64 bourgeoisies . Offrez leur des fleurs , pendant que vous y êtes !
 
Nous savons bien qu ' il y a dans les manifestations libertaires , des fils/filles de bonne famille , qui sont " anarchistes " à vingt ans , et conservateurs à trente ans . Nous ne leur en voulons pas d ' être des fils/filles de bonne famille , nous leur en " voulons " de trahir et de changer de camp , une fois leurs études terminées . Bref ... la culture est de plus en plus , une culture de télévision , et une culture de cinéma . Une " culture " où tout est mâché , pour que la digestion en soit plus facile . Une culture obtenue sans effort aucun , de compréhension , comme l ' exige , par exemple , la culture du livre . Chaque page d ' un livre didactique obligeant à l ' effort de l ' attention et de la compréhension . L ' on est acteur /actrice dans la lecture , et spectateur /spectatrice dans la culture de télévision ou de cinéma .
De nos jours , l ' homme et la femme , l ' enfant , de la rue , qui regardent des documentaires sur certaines chaines de télévision , en savent plus que le plus grand des érudits et savants d ' il y a quelques décennies . Faut - il s ' en réjouir ou s ' en désespérer ? cela n ' a pas l ' air de rendre plus intelligent , en tous les cas ... et puis un certain Joseph Goebbels ( 1897-1945 ) était docteur en philologie Allemande , et non en philosophie bien sûr , comme je l ' ai moi-même cru et colporté un certain temps , par ignorance . Car nous sommes avant tout des ignorants/ignorantes , même si nous nous imaginons " savoir " des choses ...
 
" Qu ' est-ce que le crime ? un attentat contre la vie humaine perpétré dans certaines conditions . Cela veut dire , que parfois , la suppression des vies humaines est récompensée de façon honorifique . Tandis que dans d ' autres cas on voue l ' individu à l ' exécration universelle . "

Raymond Callemin dit Raymond la science ( 1890-1913 ) compagnon de Jules Joseph Bonnot ( 1876-1912 )
 
C ' est quoi l ' intelligence ?
c ' est quoi la culture ?
la culture bourgeoise , la culture prolétarienne ?
l ' intelligence bourgeoise , l ' intelligence prolétarienne ?
encore une fois , nous avons , nous les animaux humains , beaucoup de culture technique , et peu ou pas du tout , d ' intelligence relationnelle .
La querelle qui opposa Karl Marx ( 1818-1883 ) à Mikhaïl Bakounine ( 1814-1876 ) , sur le lumpenprolétariat , le prolétariat en haillons( dixit Marx ) , ou sous prolétariat , se réactualise de nos jours , avec le sous-prolétariat des cités . Pour d ' aucuns/d ' aucunes , c ' est la racaille , et bien , j ' en suis ! faut-il ne rien avoir à perdre pour vouloir faire une révolution ? mais hélas aussi , les gens qui n ' ont rien , veulent tout ce qu ' ils/elles n ' ont pas , le plus souvent . C ' est le réflexe marchand . Donc , qui n ' a rien , peut aussi devenir mercenaire du capital , au plus offrant , pour avoir un peu plus .Et qui n ' a vraiment rien à perdre ? le peu que l ' on a , l ' on s ' y accroche avec l ' énergie du désespoir qui est le désespoir de l ' énergie . Un salaire , un emploi , une femme , un homme , une maison même petite , des livres , une région , la famille , des biens matériels , les enfants et toutes les possessions qui nous possèdent .

" Le patriotisme n ' est pas seulement le dernier refuge des coquins , c ' est aussi le premier piédestal des naïfs et le reposoir favori des imbéciles . "

Georges Darien ( 1862-1921 )
 
Donc , tant Marx que Bakounine avaient vu juste , tous les deux , sur le sous - prolétariat, simplement ce sont les circonstances situationnelles qui donneront raison à l ' un ou à l ' autre . Les deux propositions étant vraies . Les dépossédés/dépossédées de tout , pouvant aussi bien se situer à l ' extrême - gauche qu ' à l ' extrême - droite du capital .
Mais qui voudrait d ' une révolution pour avoir moins d ' avantages après ?
mais qui voudrait d ' une révolution pour continuer à se faire la gueule après ?
mais qui voudrait d ' une révolution qui deviendrait vite contre - révolution , si les gens qui ont fait la " révolution " n ' ont pas eux-mêmes changés ?
mais qui voudrait d ' une révolution où l ' on emploierait toujours les mêmes mots , où l ' on croirait toujours à cette idiotie qu ' est l ' astrologie , où l ' on continuerait à jouer à des jeux d ' argent comme le loto , le tiercé , et autres jeux qui sont des produits de la misère . Une religion en soi .
 
" Toutefois , Bakounine ne se rendit pas en Espagne . Il y envoya Guiseppe Fanelli , un allianciste italien qui jeta dans la péninsule ibérique les bases de l ' internationale . En février 1869 , il créait une section à Madrid avec le graveur Morago , le typographe Lorenzo . En mai , il en fondait une autre à Barcelone avec les cousins Pellicer . Ainsi l ' anarchie prenait racine sur une terre où elle devait prospérer plus qu ' en nul autre pays . "

Guy Lemonnier alias Claude Harmel , nazi français pendant la guerre de 1940 , mais nonobstant un bon historien . ( Histoire de l ' anarchie , des origines à 1880 - Editions Champ Libre , 1984 )
 
Une révolution ne doit jamais s ' arrêter , sous prétexte de finir comme la révolution bourgeoise en France , il ne faut aucune halte , sinon elle dépérit très rapidement , et la révolution redevient une nouvelle classe oppressive et dictatoriale . Ce qui est toujours advenu jusqu ' à présent . En France , ce sont toujours , et depuis 1789 , les fractions de la bourgeoisie victorieuse qui s ' affrontent , en quatre segments , à savoir , une extrême-gauche , une gauche , une droite , une extrême droite . Quatre segmentations parfaitement intégrées au capital . Et ces segments sont présents ( mais bien scotomisés ) , même dans le mouvement anarchiste organisé .
Tout devra se faire anonymement , tant dans les arts , que dans les sciences , chacun/chacune n ' étant que tous/toutes les autres . Jusqu ' à la disparition des arts et des sciences qui ne seront plus d ' aucune utilité à une humanité débarrassée de toute inhumanité , justement !
 
Tout autre sera soi , soi sera tout autre . L ' on ne travaillera plus , l ' on s ' amusera aux diverses taches indispensables à la vie de la cité ou des cités . L ' on pourra changer à tout moment d ' activité , de métier , de lieu , de vie , selon son bon vouloir .
Car en vérité , je vous le dis ( comme Jésus Christ , qui n ' a lui , jamais existé ) , il n ' y a présentement aucune vie sur la planète Terre . Certes , il y a de la vie chimique , biologique , bactérienne , virale , mais l ' on y cherche toujours , en vain , une parcelle de conscience .
 
Patrice Faubert ( 2010 ) pouète , peuète , puète , paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ )  Pat dit l ' invité sur " hiway.fr "

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 23.12.2014.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Psychological" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

La sémantique éversive - Patrice Faubert (Politics & Society)
The secret is ... - Inge Hoppe-Grabinger (Psychological)
A new day - Adalbert Nagele (Everyday Life)