Patrice Faubert

Paraphysique des crimes contre l'humanité

Les crimes
Contre l'humanité
Sont partout
Dans une société sans aucune humanité
Toujours l'on dénonce
Mais ce sont des effets d'annonces
Contre le crime
Mais il y a toujours des crimes
Contre la drogue
Mais c'est la cocaïne qui finance les banques
Contre la faim
Mais des millions et millions de gens meurent de faim
Contre le viol
Mais chaque jour, des femmes sont victimes de viols
Comme la réalité qui rigole
De toutes ses volontés molles
Contre la colonisation
Mais
Départementalisation comme assimilation
Sont justement le visage de la colonisation
Comme en France de l'outremer
Qui servit, pour la Guyane, pour les essais nucléaires
4/2/1794
Abolition de l'esclavage aux Antilles
Mais vite, le colonialisme reprit ses billes
Avec feu ( 1769-1821 ) Bonaparte qui abolit l'abolition
Et cet héritage de la ( 1792-1795 ) nationale Convention
Et rapidement revint le Code noir de feu ( 1619-1683 ) Colbert
Le sucre avait besoin de vaches à traire
Cela générait du trafic, comme le port de Nantes
41 pour cent, les esclaves étaient sa rente
De
" Etat des esclaves morts
Tant
Nègres, négresses, négrillons, négrittes "
Qui des mauvais traitements, moururent vite
Pacotilles pour les navires
Défense d'en rire
Comme aussi
12 à 15 millions d'africains
Vendus comme esclaves en Amérique du Nord
Il fallut remplacer les indiens
Car partout le Béké était le plus fort !
Des crimes contre l'humanité
Si banaux, qu'ils ne sont plus niés
Et finalement
Cela n'est pas si différent
De ceux et celles qui meurent
Des accidents de travail, à toutes les heures
De ceux et celles qui meurent
Assassinés par des cinglés, à toutes les heures
Comme les Amérindiennes du Canada
Par des tueurs en série, voilà
Des milliers, peut-être violées, découpées
Enterrées ou données aux cochons à manger
Mais ce sont des femmes pauvres, parfois des prostituées
Une façon pour la société, de s'en débarrasser !
Mais toujours de bonnes intentions
Et de belles déclarations
Pour s'offusquer, pour condamner
A condition de ne rien changer
Une société sans humanité
Ne produit
Que des crimes contre l'humanité !
Il y en a plein les poches
Tellement c'est moche
Et le fait de devoir travailler
Ou de devoir chômer
Et le fait de devoir se marier
Ou de devoir divorcer
Et le fait
De toutes les misères si bien organisées
De toutes les guerres si bien préparées
Font de l'humanité
Un crime contre l'humanité
L'humanité du crime
Crime contre l'humanité
Et le fait
De vendre, louer, acheter
Transactions humaines marchandisées
C'est le rapport humain standardisé
Par des classes sociales séparées
Mais unifiées, car TOUT doit se payer !
Comme aussi
Jadis, contre la maladie du sommeil
Quand la médecine coloniale veille
Et au Cameroun, le médicament pentamidine
Qui fut à la population, comme un homicide
Il fut utilisé sur la population noire
Malgré sa mortalité, tous ses déboires
Anthropologie de la bêtise
Expérimentation gratuite qui rafle la mise !
Comme
Toutes ces dernières années
Les syndicats qui sont là, pour tout immobiliser
Mais cela à toujours été
Des grèves à peine autorisées
Prévenir à l'avance, faut pas exagérer
Des grèves de vingt quatre heures
C'est fou ce que le patronat à peur
Au moins en Guadeloupe
C'est devenu rare, il faut regarder à la loupe
Il y eut, il y a quelques années
Une grève de 44 jours, avec le LKP
Cette France
Toujours aux mains des Békés
Même si l'esclavage est comme démocratisé
En tous domaines
En toutes choses, les mêmes
Tout collabore à l'inhumanité
Et aux crimes contre l'humanité
Psychologiquement, politiquement, économiquement
Tout le monde s'y applique, aucun manquement !
Et l'on vient, pendant ce temps
De mettre en évidence, deux nouvelles particules
Au CERN de Genève, Xi_b', et une autre minuscule
Encore le modèle standard
Donc, rien de bizarre
Qui de toutes façons
Mais personne n'en sait la leçon
L'accumulation des connaissances
C'est l'accumulation de l'ignorance
L'ignorance de l'accumulation
Est l'accumulation de l'ignorance
Car l'ultime et dernier niveau d'organisation
Ne peut-être atteint, c'est de l'imagination !
Chaque être humain est l'humanité
L'humanité est chaque individu, c'est lié
Comme une seule et même entité
Comme une bulle, de toutes les possibilités !
Il n'y a pas que le football qui soit truqué
C'est généralisé, partout, l'argent doit régner
L'argent du crime contre l'humanité
Matrice de toutes les criminalités
Comme la sédimentation et l'érosion
Des typhons à séisme, désolation
Et cependant
C'est le sexe qui nous tient
C'est le sexe qui va et qui vient
Il s'amuse de nous, le cerveau reptilien
Comme avec feu ( 1818-1883 ) Karl Marx
Qui lutinait avec sa bonne
Comme avec feu ( 1798-1874 ) Jules Michelet
Qui sexait ou fantasmait avec ses bonnes
Des célébrités, l'on s'intéresse aux idées
Rarement à leur façon de forniquer
Nonobstant, il n'y aurait aucune célébrité
Si au lit, vraiment, les gens savaient s'aimer
Alors, il faut chercher des débouchés
C'est ainsi, que commencent les crimes contre l'humanité
Comme les viols militaires
En Afrique, comme crime de guerre
Le vagin des femmes, détruit, par les tortionnaires !
Et aussi, crime contre l'humanité
Tout ce qui peut y participer
Et presque tout y participe, à la vérité
Presque toutes les organisations, tous les partis
Fascisme rouge, fascisme brun, fascisme libéral, fascisme à l'infini
Qui réactualisent toutes les autorités
Comme l'interdiction de manifester
Contre tout ce qui est aberré
Ou alors
C'est l'interpellation, voire l'arrestation
Finalement
La manifestation est tolérée
Quand elle renforce ou stabilise la société
Comme le " Front de gauche " cette duplicité
Ce qui ne dérange aucunement la tyrannie
Car tout ou presque l'entretient et la construit
Où chaque conditionnement, de machine ou d'humain, la reproduit !


Patrice Faubert ( 2014 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "



 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 23.11.2014.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Philosophical" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

La vulve et le vit - Patrice Faubert (Remembrance)
A special moment - Helga Edelsfeld (Philosophical)
Winter Day - Inge Hornisch (General)