Patrice Faubert

L'humain et les artilects suivi de Gloire au robot

Les plastifiants et les divers emballages, tant pour nos nourritures que pour nos vêtements et chaussures, ainsi que la composition même de nos habits et chaussures, sont des poisons. Ce qui enveloppe la nourriture est empoisonnée, au même titre que la nourriture elle-même. Ce sont des poisons pour l'organisme humain, qui finiront à la longue, par rendre l'espèce humaine stérile. Les animaux humains et non humains ne pourront plus vivre dans un tel environnement, et c'est pour cela aussi, que la robotique nanotechnicienne travaille déjà à la conception des artilects, même si cela est encore de la théorie pour l'instant… Les matériaux qui nous entourent, routes, murs, autoroutes, trains, avions, maisons, immeubles, voitures, etc… sont tous contaminés et empoisonnés. Ces matériaux nous contaminent et nous empoisonnent. Nous les respirons et nous vivons dedans. Terrifiant, n'est-ce pas ?


“ Suis pas un intellectuel
Suis pas un manuel
Suis pas un sportif
Suis pas un artiste
Suis pas de ce monde
Suis pas de votre monde
Si simple d'être compliqué
Si compliqué d'être simple ”


Patrice Faubert, ( puète, pouète, puète, paraphysicien ) né en 1951


L'extrême droite de la vie aliénée, n'est que la continuation des rapports de domination et de compétition qu'ont entre eux / elles les gens dans la vie de tous les jours. Ce que nous appelons nos amitiés, ne sont que des rapports de force. Nous voulons toujours avoir raison, même quand nous sommes dans l'erreur, et ces rapports de force inconscients que nous critiquons chez les autres, nous les tolérons pour nous.


Dès qu'un groupe politique ou autre se forme, il en va ainsi. Que ce soit en politique, que ce soit en recherche scientifique, ( voir le thème de la souris truquée où l'on est prêt à tous les trucages pour obtenir le prix Nobel ), que ce soit dans nos amitiés ou nos amours, nous sommes dans la domination ou la compétition. Il n'y a qu'à voir la compétition entre anarchistes, du c'est moi le plus anarchiste… Il ne peut y avoir ni amitié ni amour, dans une société de compétition, dans une société de domination.


Ce que nous appelons nos amis/amies sont en fait toujours ou souvent, et pour cause, des futurs ennemis ou futures ennemies. La société spectaculaire marchande techno-industrielle ne peut engendrer, et ce, sans aucune exception, que des rivaux et des rivales. Peut-il y avoir de l’ amitié dans une société spectaculaire marchande techno-industrielle? Peut-il y avoir de l'amour dans une société spectaculaire marchande techno-industrielle ? En réalité, nous n'avons pas la moindre amitié , nous n'avons que des rivaux et des rivales. En réalité, nous n'avons pas le moindre amour, nous n'avons que des rapports dans le domaine sexuel. Il ne peut exister ni amour ni amitié, dans une société de compétition. Il pourrait même exister des concours de sexualité, et il faudrait passer des examens, pour tenter d'obtenir des diplômes, dans ce domaine.


             " Puis voici ce que j'ai pensé: à y réfléchir on se rend compte qu'il devient de moins en moins fréquent de croiser quelqu'un, qui soit quelqu'un, un regard avec quelqu'un dedans. "


Baudouin de Bodinat ( La vie sur Terre, Réflexions sur le peu d'avenir que contient le temps où nous sommes ) tome second. Editions de l'encyclopédie des nuisances, 1999.


Tout ceci, pour démontrer l'absurdité de toute forme de compétition . Et nous critiquons les rapports de domination et de compétition que nous voyons dans les divers gouvernements et chez les politiciens/politiciennes, qui sont pour la plupart, des névropathes et des psychopathes, que la bourgeoisie dominante sait recycler pour faire suivre sa ligne politique. Et une ligne politique est toujours dictatoriale. Mais les rapports que nous avons entre nous, nous les gens ordinaires, sont le plus souvent, les mêmes rapports de domination et de compétition, qu'ont justement les politiciens/politiciennes névropathes et psychopathes que nous abhorrons. Et la vie politique, de l'extrême gauche de la bourgeoisie à l'extrême droite de la vie aliénée, n'est que la continuation des rapports de domination et de compétition qu'ont les gens entre eux/elles dans la vie de tous les jours. Ce que nous appelons nos amitiés, ne sont que des rapports de force. Nous voulons toujours avoir raison, même quand nous sommes dans l'erreur, et ces rapports de force inconscients que nous critiquons chez autrui, nous le tolérons pour nous.


Beaucoup vont dire que nous exagérons. Nous ne le croyons pas. Certes, il y a des gens sympathiques et avenants. Cependant, tout ce que nous faisons, nous ne le faisons que parce que nous en éprouvons du plaisir. Sinon, nous ne le ferions pas. Ainsi, il y a des femmes battues qui aiment quand même leurs compagnons ou maris qui les frappent. Parfois ceux-ci vont en prison pour des histoires de délinquance avec la justice. Elles vont les voir en prison. Elles reproduisent des schémas, avec souvent comme exemple, dans leur enfance, un père violent et/ou malade alcoolique qui battait leur mère. J'ai discuté, jadis, avec de telles femmes, dans une cité d'Ivry-sur-Seine, et pour elles, un mec qui ne battait pas sa compagne ou sa femme, n'était pas un vrai mec. Et si cela vous étonne ou vous dérange, c'est que vous n'avez jamais fréquenté de loubards ou de loubardes, moi si.


    " Même lorsque, pendant un certain temps, on a aidé le client à admettre enfin la maltraitance dont il a été victime, il s'entendra dire tôt ou tard que son père ou sa mère avaient aussi de bons côtés, qu'ils lui ont beaucoup donné enfant, et qu'adulte il doit s'efforcer de leur en être reconnaissant. "


Alice Miller ( Notre corps ne ment jamais ) Ed: Flammarion


Ces gens-là qui ont peu de mots à leur disposition, s'expriment par les coups. C'est la violence physique qui fait foi et loi. L'on exprime sa détresse et sa souffrance par les coups, car l'on ne peut les exprimer par les mots. Selon les milieux, la dominance s'établit soit par les mots ou soit par les coups. Mais, même la bourgeoisie éclairée peut délaisser la violence verbale au profit de la violence physique dans la relation conjugale, quand les paroles sont impuissantes à véhiculer la douleur du ressenti affectif, et surtout à le faire comprendre. Et nous reproduisons tous et toutes des schémas comportementaux. Nous refaisons ce qu'ont fait nos parents ou nos grands-parents, les génosociogrammes en apportent la preuve magistrale. Aïe mes aïeux ! Donc, la force physique, savoir se battre, etc… peut aussi conduire à la dominance aussi bien que le bagage culturel.


    " Se laisser aller demeure synonyme de féminité, alors, les cris et les mots de l'amante feront, au contraire, l'orgueil et la satisfaction du mâle en action, et de nombreuses femmes comprendront vite que, si elles ne ressentent rien, elles ont intérêt à simuler le plaisir le plus vif. "


Nadine Lefaucheur / Georges Falconnet ( La fabrication des mâles )


Et si nous prenons un membre du gouvernement et ce dans n'importe quel pays, et que nous analysons son parcours politique, son enfance, son adolescence, etc… nous comprenons tout de suite pourquoi cet individu est là où il est … n'est-ce pas? Nous ne connaissons pas son parcours individuel ou très peu, bien sûr, mais si nous le connaissions, nous pourrions nous exclamer comme autrefois l'inspecteur principal Bourrel dans la série policière, “ Les cinq dernières minutes ” ( Feu Raymond Souplex, 1901-1972 ), mais, bon dieu, c'est bien sûr, rappelez-vous ! Et tout, effectivement, nous paraitrait évident. Nous sommes donc des automates. Et nous ne sommes qu'un ensemble d'automatismes inconscients. Nous ne faisons que répéter et imiter ce que nous avons vu ou entendu depuis notre prime enfance. De temps à autre, nous ajoutons un “ nouveau ” concept, qui est souvent très ancien, et nous appelons cela, innovation.


Et si vous écoutez bien vos politiciens / politiciennes, qui ne sont que les représentants/représentantes de la répression et de l'oppression sous toutes ses formes, qu'ils soient de l'extrême gauche ou de la gauche de la bourgeoisie, vous vous apercevez que ce sont quasiment les mêmes discours logiques que ceux tenus par leurs prédécesseurs, il y a des dizaines d'années. Un même discours logique, dans une bouche différente, avec une adaptation politique du discours logique à l'époque où le discours logique est prononcé. Tout est toujours du réchauffé. Et l'on fait passer ce réchauffé pour de la nouveauté. Et il importe peu de connaître le nom d'un politicien ou d'une politicienne, car si leurs noms sont différents, leurs discours logiques sont quand à eux, toujours identiques ou à défaut, similaires. Et ce de l'extrême gauche à l'extrême droite de la bourgeoisie. En cas de révolution, tous ces gens se retrouveraient pendus au bout d'une corde, et l'on comprend qu'ils/qu'elles, ne souhaitent pas une véritable révolution.


             " J'ai bien dit les os, car, bien qu'il soit courant de concevoir le crâne comme un seul os, il est fait de seize os ( sans compter ceux de la mâchoire ), et d'une cinquantaine d’ articulations : fait que j'aurais très bien pu ignorer moi-même puisque le programme d’ études de kinésithérapie classique que j'ai suivi avant d'apprendre la méthode Mézières n’ inclut pas la tête. "


Thérèse Bertherat et Carole Bernstein ( Courrier du corps, nouvelles voies de l’ anti-gymnastique, Ed : Seuil )


Et que nous soyons pauvres ou riches, nos rapports sont strictement les mêmes. Il s'agit toujours de rapports de compétition ou de domination. Il y a les gros bras et les grosses têtes. Simplement, cette domination, ou cette compétition, s'exprimera différemment dans un milieu pauvre ou dans un milieu riche. Par la force physique dans l'un, par le bagage culturel dans l'autre, mais de toutes façons, il s'agit toujours de rapports de domination et de compétition. Nous ne faisons jamais rien gratuitement. Et cela est d'ailleurs tout à fait inconscient. La société spectaculaire marchande techno-industrielle est une abomination, absolument monstrueuse, c'est une tueuse en série, où les pires criminels ont maintenant le prix Nobel de la paix.


Car il y a maintenant des criminels sociaux dans tous les gouvernements du monde, qui ont leurs propres lois, leurs hommes de mains, leurs vedettes du petit et grand écran. Et l’ armée comme la police sont au service de ces criminels sociaux qui sont dans tous les gouvernements du monde. Mais certaines gens les aiment au même titre que certaines femmes battues aiment leurs maris ou leurs compagnons qui les maltraitent. Il s'agit d'un masochisme que l'on inculque aux animaux humains dès le berceau. La vérité déplaît toujours, n'est-ce pas ?


    " Si comme je le crois, la conscience est liée indissolublement à son substrat matériel, on ne voit guère comment quoi que ce fut de la personnalité spirituelle pourrait survivre à la désagrégation de l'organe cérébral, et, plus généralement, de l'édifice corporel "


Jean Rostand ( Ce que je crois, Ed : Grasset )



      
 Patrice Faubert ( 2010 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "

 

( Suivi de " GLOIRE AU ROBOT " ( 19 décembre 1947 ) de feu ( 1909-1991 ) Maurice Laisant
de la Fédération Anarchiste, FA,  puis de L'Union Anarchiste, UA, mais toujours synthésiste,
fut l'ami d'un ami ( Michel Noury, anartiste peintre, ancien de la lutte armée ) et je
pris des cours d'orateur, avec feu Maurice Laisant au début des années 1970 )


                         Gloire au robot


Gloire au robot standard de ce siècle vingtième,
Type surabaissé du plafond et du coeur,
Masquant, sous le couvert d'un sourire moqueur,
Dans le dégoût de tout, le dégoût de lui-même.


Enthousiaste assidu, spectateur attendri,
Prêt à pleurer sur tout, hormis sur le sublime,
Payeur d'impôt béat, d'éloquence nourri
Et fabricant zélé de moutarde à la prime.


Spécimen merveilleux, bête exceptionnelle,
Fait pour les défilés, les coups et les bravos,
Couard qui, par lâcheté, se fait rompre les os,
Animal d'abattoir de la gloire éternelle !


Dévoreur de tous les slogans, crétin parfait,
Garanti dépourvu de tout esprit critique,
Liasseur de " Bank-not ", poinçonneur de ticket,
Consommateur rêvé pour la bombe atomique.



Maurice Laisant ( 1947 ) Prix Charles Baudelaire de poésie ( d'après
le texte original )
 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 20.10.2014.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Experimental" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Le capitalisme est le crime organisé - Patrice Faubert (Politics & Society)
Poppies - Inge Hornisch (Thoughts)