Patrice Faubert

Le système, ses agents, ses exécutants

Oui même une constipation ou une colique
Est éminemment politique
Car pourquoi, avons-nous une constipation ou une colique ?
Des contrariétés, tout est psychosomatique
Un licenciement, un accident, une séparation, un deuil
Et voilà une maladie
Dans notre société où tout est du souci et du conflit
L'amorçage cognitif
En matérialise organiquement l'émotif
Où s'articule l'architecture psychologique
Tout fusionne dans le triblastique
Ectoderme, endoderme, mésoderme
Feuillets qui se parlent, qui se conjuguent
Tout y est lié, aucune fugue
Mais c'est la domination qui l'orchestre
Et qui envoie la bonne santé, paître
Toujours la même vague
Diverses misères et diverses pauvretés
Et aussi dans nos prétendues spiritualités
Comme l'écrivit un jour
Feu ( 1808-1855 ) Gérard Labrunie
Donc Gérard de Nerval, un vrai maudit
" Je suis l'autre " il le dit, bien avant d'autres, plus en cour
Et feu ( 1850-1893 ) Guy de Maupassant
Qui soit dit en passant
Dans sa folie, se prenait pour un chien
Responsable de toutes les guerres, la folie cela n'est pas rien
La maison du docteur Blanche, en fut le témoin !
Tous les livres que nous lisons
Tous les sons que nous entendons
Paroles, chuchotements, cris, vociférations
C'est tout cela qui nous construit
C'est tout cela qui nous unit et qui nous désunit
C'est notre mise à façon
C'est de cette usine que nous sortons
Nous ne pouvons y échapper
Mais différemment, nous pourrions l'organiser !
 Comme les 250 types cellulaires chez l'homme
De toutes nos actions, sont le premier tome
Tout est relié, tout se tient
Rien n'est là pour rien, rien n'est vain
Rien ne se fait pour rien
Comme la plupart des sites de poésie
En France, qui me censurent et me rejettent
L'art est aux mains des diverses bourgeoisies
Du capital, l'art met les lunettes
Même parfois quand c'est moins inepte
Comme la fonderie du groupe " Montupet "
8 mois de lutte ouvrière, 2011/2012, quel toupet
Pour finalement, n'empêcher vraiment rien
Et c'est " Saint-Jean Industries " qui reprend la main
Vraie concussion mais fausse ipséité
Maintenant, il faut lutter, pour davantage s'aliéner
Avec la complicité des syndicats, pour davantage, se faire exploiter
Tout peut se dire ou s'écrire
A condition que personne ne le sache
On ne coupe plus les têtes à la hache
Tant de façons d'effacer ce qui fâche
Les bourgeoisies en sont le cache !
Et il y aura peut-être pire
Que les 872 jours de Léningrad
Où la dignité en prit pour son grade
Blocus, aucun abri pour fuir
Dystrophies, du cannibalisme alimentaire
Des chats et des gens furent mangés, il faut le dire
Comme dans beaucoup de guerres
26 personnes mangées en décembre 1941    
366 personnes mangées en janvier 1942
494 personnes mangées, premiers jours de février 1942
Car il y eut un terrible hiver
Avec en face, les nazis, effroyable guerre
Et beaucoup de cannibales forcés
Par la police stalinienne furent arrêtés
Et sans aucun doute, sommairement exécutés
Comme en 1948, l'affaire de Léningrad
Autre procès stalinien, toujours rétrograde
Et tous les dirigeants de cette ville, à cette époque
Furent fusillés, et ce, sans aucune équivoque
Ils devinrent des ennemis du peuple
S'ajoutant à un million de morts et de mortes de faim
Et en tout, 1 million et 800.000 victimes, au moins
Et de la soupe de chats et d'enfants
Et tout ce qui dépasse l'entendement
Et plus personne ne peut le dire vraiment
Un aperçu de toutes les guerres
Aujourd'hui, demain, hier !
Il y a les exécutants du système
Policiers, mercenaires, fonctionnaires
Il y a les agents du système
Chercheurs, chercheuses, acteurs, actrices, artistes
Hommes et femmes de lettres et de spectacle, même les anarchistes
Chanteurs, chanteuses, tout ce que l'on aime
Et les agents sont aussi des exécutants
Et les exécutants sont aussi des agents
Le capital
Sait récompenser ceux et celles qui sont à son service
Et sa fausse contestation fait partie de ses caprices
Les agents du système
Les exécutants du système
Peuvent se réclamer de n'importe quoi
Le capital n'en fait pas cas, en eux et elles, il a la foi
C'est son gigantesque commerce
Et personne n'échappe à sa messe !
Si l'argent est le sang du capital
Les agents et exécutants du système en sont les artères
Pour sa circulation, ce sont les fonctionnaires
Le capital s'autoreproduit sans aucun mal
De l'unicellularité à la pluricellularité
Dès que quelqu'un devient connu
Et pas forcément une célébrité
C'est forcément plus ou moins fichu
Car ce quelqu'un devient une autorité
Il faut donc rester parfaitement inconnu
Et de tous les gens connus, se défier !
Car tout finit dans un musée
Car tout finit dans une exposition
Le capital peut tout récupérer
Il peut même en faire la promotion
Comme les vignes de France
Aux mains de la finance
3 pour cent des terres agricoles
Mais 20 pour cent des pesticides utilisés
Et des cancers pour les ouvriers et ouvrières viticoles
Ainsi que pour les riverains, la bêtise décolle
Et toujours le fric, comme seul protocole !
Les chefs des services secrets
Sont le plus souvent stupéfaits
Et presque sidérés de leurs propres méfaits
Comme le patronat français
Et les patrons de tant d'autres pays
De revenir en arrière, prennent tous les permis
De l'exploitation, le patronat international, se permet tous les excès
Comme au bon vieux temps, le capital se repaît !
Et le capital
Cela n'est pas seulement " Mittal "
Mais toutes les banques et toutes les multinationales
Avec des fermes géantes comme " Les mille vaches "
Tout devient  hors-sol
Et aussi des mégaporcheries, du capital, les nouvelles boussoles
L'être humain ne vaut rien
Pour exister, il faut se conformer, il faut des biens
Les agents du système, du capital, sont la propagande
Il ne peut y avoir aucune contrebande !
Comme feu le pauvre nazi
La fameuse insulte des situationnistes
Sur feu ( 1889-1976 ) Martin Heidegger
Qui du nazisme méritait la croix de fer
Et à la philosophie militaire, il ne peut que plaire !
Comme les hypothétiques néandertaliens attardés
De la cryptozoologie, un conte de fées
Comme pour les ovnis, rien ne peut-être prouvé
Le but caché est simplement de faire rêver !
La vie devenant irrespirable
Cela en devient mémorable
Il faut donc de nouvelles religions
Comme des camisoles de force, de rétention
Nous savons maintenant de quoi nous débarrasser
La solution de la révolution
Est la révolution de la solution
La vie est morte, partout, il faut le constater
Pour la vie vivante, la clef est ici, il faut l'utiliser !


Patrice Faubert ( 2014 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "
 
 
 
 
 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 18.09.2014.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Experimental" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Halitose - Patrice Faubert (Politics & Society)
Darkness of a way - Helga Edelsfeld (Thoughts)