Patrice Faubert

Modus operandi de l'apocope

La racaille
N'est pas dans les cités
La racaille
Ce sont les députés
Certes
L'on ne stérilise plus comme sous le nazisme
Les handicapés, les dépressifs, les pas motivés
350.000 personnes furent ainsi opérées
Certes
Sous l'hypocrite capitalisme
Ces personnes sont simplement en marge de la société
Certes
Elles ne risquent pas d'être enlevées
Comme les 250.000 enfants
En zone occupée par les nazis allemands
La folie des guerres, jamais, elles ne peuvent s'arrêter
Souvent des enfants polonais, yeux bleus, cheveux blonds
Pour le Lebensborn, ces bordels pour officiers
L'élite nazie, pour des femmes sélectionnées, les ensemencer
Il fallait repeupler les pays conquis
Par des enfants conditionnés, propager l'idéologie nazie
Le but final étant de tout germaniser
Et de remplacer les populations éliminées
Alors après
Même si c'est un canular
Et pour les victimes, un éternel cauchemar
Un feu ( 1865-1919 ) Aaron Kosminski
En admettant que cela soit bien lui
Car c'est une affaire qui toujours rebondit
Le mythique et décrié  " Jack the ripper ", dit " Jack l'éventreur "
C'est bien petit, face aux nazis, en fureur
Cela n'était qu'un modeste apprenti
Que cela ait été un autre ou lui
Un barbier de Whitechapel surtout malade mental
Qui fut enfermé chez les fous, à vie
Une histoire somme toute assez banale
Seule était certaine sa folie
( Mais c'est encore une fausse vérité
Car un témoin qui l'avait formellement identifié
Fut, par les services secrets, obligé de se rétracter
Car la communauté juive aurait pu être inquiétée
Par des pogroms, que la monarchie anglaise voulait éviter
L'affaire, à l'amiable, fut donc étouffée
Car dans cette mythologie où tout est déliré
Tout peut ainsi se supposer ! )
Comme les Napoléon, Hitler, Mussolini
Et autres dictateurs, qui firent en gros
Ce que d'autres moins adroits firent en tout petit !
Il faut comme les derniers chasseurs-cueilleurs
Les San de Namibie
De l'Histoire, savoir lire les heures
Pas seulement de la terre ou des cavernes, mais de la vie
Il faut de nouveaux pisteurs
Pour déchiffrer toutes les traces
De l'Histoire, de la science, de la technologie, comme de la glace
Des arts, de la philosophie, du malheur, du bonheur
Au-delà
Des gauches et des droites
Au-delà
De toutes nos institutions
De toutes nos administrations
De toutes nos conventions
De l'inintelligence organisée
Des écoles, des usines, des bureaux, des universités
Il faut absolument tout jeter !
Mais c'est comme si je parlais
La langue d'une autre planète
Comme si, de mon derrière, des pets s'échappaient
Alors, que tout, dans le monde, pète !
Des attardés mentaux voudraient faire croire
Que le fascisme est aux portes du pouvoir
Alors que le fascisme a toujours été au pouvoir
Des courants différents, mais c'est toujours lui, que l'on peut boire
Car le fascisme est le pouvoir
Qui est le pouvoir du fascisme
Ainsi le fascisme est déjà au pouvoir
Ainsi tout le monde se fait avoir !
Comme il n'est pas impossible
Si le présent se poursuit dans le futur
Que toute la nourriture
Absolument toute, soit sous forme de levure
Dans le commerce, par correspondance, cela sera admissible
Mais déjà
L'être humain
Est devenu le pire ennemi de tout être humain
Surtout avec les nouvelles technologies
Qui isolent les gens, un authentique mépris
Le capital
Parle beaucoup de tolérance
Car il est parfaitement faussement tolérant
Le capital
Ne parle que rarement de dominance
Car il n'est que dominance
Appelons donc à une manifestation
Pour le premier jour de l'an 2015, pour une agitation
Contre toutes les idéologies, contre toutes les religions
Contre le salariat, contre toutes les exploitations
Dans chaque ville du monde, place à l'imagination
Aux médias libertaires de relayer cette proposition
Vous allez me croire en pleine démence
Car je sais ce que sur moi, vous dîtes, dans vos confidences
Cela serait pourtant la plus belle des danses !
Depuis plus de 40 ans, avec ce rêve, toujours là
Chaque fois que j'ai manifesté, c'était pour cela
Mais nous étions une infime minorité
Car personne ne voulait  vraiment tout transformer !
Il y a la méthode des lieux
Pour mémoriser davantage, en performativité
De la technicité des champions de mémoire
Le capital a ses foires
Pour dans des hiérarchies, s'élever
Tout dépend de ce que l'on mémorise
Surtout les rituels, les conformismes, les traditions, qui s'éternisent
Nos mémoires sont celles du capital
Tout s'en écoule, c'est son canal
La mémoire n'est pas intelligente
Elle n'est que mémoire, savante ou intelligente
L'intelligence a besoin de peu de mémoire
Il lui suffit d'observer, d'écouter et de voir !
Ainsi, les dix mille espèces d'oiseaux
Anciens dinosaures, comme nous, ne sont pas sots
Dont certains peuvent dormir en volant
Ce que fait aussi l'être humain en votant
Le capital est au top
Pour la novlangue et l'apocope
Toutes les mémoires de l'inutile
Toutes les mémoires du futile
Avec ses colporteurs, avec ses représentants
Avec ses professions, avec ses corporations
Tout est au point pour sa perpétuation !
Puis l'espèce humaine disparaîtra
Après avoir tout mis au pas
Tout l'annonce déjà
Avec par exemple, le pêche électrique
Et autres monstruosités technologiques
Et absolument tout procède comme cela !
Je suis le peuple des sans-dents
Mon blog, c'est mon livre, c'est mes dents
Et puisque TOUT fabrique du dément
Sur les murs, un seul slogan " MORT AUX GENS  "
Le capital a toujours une fausse contestation d'avance
Il est maintenant infiltré dans toutes les nuances
Un peu comme la matière noire ou masse cachée
Qui est au fond, de la gravitation modifiée
Anamnèse de toutes origines
De tout ce que l'on imagine
Et prisons fermées ou prisons ouvertes
Tout s'y échoue, c'est trop bête
Un peu comme dans la vie
Parfois pire que la prison, tout est dit
Ou chaque être humain
Est son propre gardien
L'école prison, l'usine prison, l'université prison
Tout est en prison, de toutes façons
Et puis nos autorités détournées
Que nous aimons toujours citées
Nos poètes, nos écrivains, nos savants, nos vedettes, nos présentateurs
Nos philosophes, nos chanteuses, chanteurs, nos actrices, acteurs
Cela engendre de l'infériorité et de la supériorité
Nous en sommes les jardinières et les jardiniers
Que de soi-même  il faudrait se réclamer
Seulement soi-même il faudrait citer !

  Patrice Faubert ( 2014 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "


 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 12.09.2014.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Philosophical" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

L'enterrement de la liberté d'expression - Patrice Faubert (Politics & Society)
A special moment - Helga Edelsfeld (Philosophical)
Poppies - Inge Hornisch (Thoughts)