Patrice Faubert

Infobésité ou faux évergétisme

Avec l'infobésité
Toutes ces informations que l'on ne peut classer
Et qui souvent ne font que se recouper
Sur Internet ou ailleurs, chaque groupuscule, chaque boutique
Chaque média donc a sa ligne politique
Il ne faut pas en dévier
Pour y être accepté
Sinon c'est le refus net ou dissimulé, qui est assuré
Le succès des blogs peut ainsi être expliqué !
Car sinon vous êtes un franc-tireur
De tout idéal un vrai tueur
Vous avez en théorie, le droit de tout écrire
A condition de n'en rien faire, de ne rien dire
Il faut jouer le jeu
Où l'on vous jette dans le feu
Il faut être dans une ligne politique
Il faut être dans une ligne artistique
Et finalement tout est recommencé
Les mêmes erreurs, la même stérilité
Comme le fait tout gouvernement
Tout contrôlé, tout censuré, c'est désolant
Avec toujours de bons prétextes
Pas de ligne politique, pas de ligne artistique, vos textes
Les c'est cela, les c'est ceci
Faîtes cela, ne faîtes pas ceci
Tout est aux mains de la domination
Les pires ne sont pas forcément dans la réaction !
Pourtant c'est oublié
Que sans les premières plantes
Qui apparaissent il y a 475 millions d'années
Nous ne serions pas là, c'est notre rente
Comme les premières feuilles
Qui apparaissent il y a 360 millions d'années
Nous ne serions pas là, c'est notre rente
Comme les premières fleurs
Qui apparaissent il y a 145 millions d'années
Nous ne serions pas là, c'est notre rente
C'est pas comme le front national, le vrai
Celui de 1941, groupement de résistantes et résistants
Orienté par le parti communiste français, c'est un fait
Le faux frère de 2014, le résiliant
Du stalinisme au fascisme
Soit toujours le même dogmatisme
Il y a souvent des vases communicants
Entre tous les courants politiques, c'est confondant
Voici pourquoi le capital est si endurant
Jamais
Il n'y eut autant de misanthropes
Tout le monde veut le faire savoir, quelle époque
Voilà ce que c'est de faire des gosses
Qui auront leur compte de plaies et de bosses
La surpopulation est la pire des choses
Il y a beaucoup trop de monde sur Terre, le dire, j'ose
Il faut vraiment faire une pause
La procréation en ménopause
Et puis comme me le dit un copain
Tout le monde est devenu le con de quelqu'un
Alors mort aux connes et aux cons
Il faudrait tuer tout le monde, soit, très bien
Comme le diffus cosmologique et son fond
-270,424 degrés Celsius, 2,728 kelvins
Mais l'état minimal, l'état apaisé
-273,15 degrés Celsius où plus rien n'est rayonné
Zéro absolu, théorique car quantique
0 Kelvin, pas de conduction, pas de convection
Et plus aucune agitation !
Mais au niveau humain
Qui n'est pas bien malin
Tout pourrait être différent
Apprendre autre chose pour vivre autrement
Il y a donc des misanthropes de gauche
Il y a donc des misanthropes de droite
C'est comme cela, on ne peut rien y faire
Tout est pourri, c'est le réactionnaire
C'est comme cela, mais on pourrait tout refaire
Tout est pourri, c'est le révolutionnaire
Le, on ne peut rien y faire
C'est aussi la grille de l'inné et de l'acquis
Et tout ce qui va avec
Comme l'homme de spectacle du type ( né en 1956 ) Michel Houellebecq
Malgré toutes ses prises de becs
De toutes possibilités, gauche ou droite
Certainement, il n'est pas ni de droite, ni de droite
Et puis par la société marchande il est gratifié
Il y est reconnu, il n'a pas envie de la changer !
Nous défendons nos petits intérêts
L'être humain peut-être très mesquin
De belles écritures, de beaux discours
Pour tout expliquer, et c'est reparti pour un tour
De plus, ce drôle de bec, accepta de manger avec Nicolas Sarkozy
Pas du tout étonnant venant de lui
Toutes les vedettes spectaculaires sont ainsi
Forcément dans tous les compromis
De gauche, de droite, ou autre, pas que lui !
D'autres noms, mais tout revient toujours
C'est le cycle de l'éternel retour
Comme la surpêche, déjà dénoncée
Par feu ( 1899-1997 ) Anita Conti, dès 1950
A ma date de naissance, plus une année
Mais aujourd'hui c'est déjà l'information numérique
Et l'information papier va devenir famélique
Rien qu'aux Etats-Unis, 150 quotidiens
Ont disparu ces dix dernières années, c'est vilain
La presse va mal, le livre aussi
La rançon des nouvelles technologies
En France, c'est " Le parisien libéré " qui va au mieux
Cela n'est pas vraiment curieux
Car il est moins que militant
Pour aucun pouvoir il n'est dérangeant
De nos jours, c'est ce que lit le peuple
Quand sa culture se dépeuple
Et c'est mieux que les journaux faussement gratuits
Payés par la publicité et très vite, on les oublie !
Sauf en Inde
Qui de la presse papier, est l'Eldorado
Pour l'instant, encore aucun bobo
Mais l'on prévoit déjà, cela n'est pas très dur
La disparition des quotidiens, c'est sûr
Qui n'est déjà plus de la presse d'opinion
Dans un futur proche, pas si lointain
2017 aux Etats-Unis
2022 en Australie
2024 en Espagne
2029 en France
2030 en Allemagne
Car tout est infiltré par le numérique
Un jour dans les corps et les objets
De la publicité l'être humain sera plein sujet
De la mémoire artificielle, l'humain sera une réplique
L'opinion est morte
Personne n'en veut plus
Ou c'est l'opinion de tout le monde, de la sorte
Les clones sont partout dans les rues !
Pour le capital
Tout est interchangeable
L'écrivain peut devenir un comique
Le comique peut devenir un écrivain
L'homme politique peut devenir un contestataire
Le contestataire peut devenir un homme politique
Car le capital est ubiquitaire
Tout le nourrit et tout le sert
A la vérité
Il n'a ni gauche ni droite
Ni extrême gauche ni extrême droite
Car tout le vend et tout l'achète
D'une façon l'autre, tout le répète
Certes, mais il a des tendances plus ou moins bêtes
Sur lesquelles l'on met des étiquettes !
Le capital tue sournoisement
Comme le sel des aliments industriels
25000 morts en France, et par an
Il faudrait 5 grammes de sel par jour
Le français en consomme 8 grammes par jour
Le capital exploite, tue, affame, hypocritement
Comme TF1 et France 2, chaînes de la télévision française
Pour payer des ouvriers à l'heure portugaise
560 euros par mois, elles en sont fort aise
Chez les autres, c'est critiqué et dénoncé
Chez elles, c'est recommandé et appliqué
Le double langage de la pensée séparée
Tout doit être du folklore
Pour la frime toujours et encore
Comme les slogans et les autocollants, entendue ou lus
Dans les manifestations de la rue
Tant que c'est par tradition
Tant que c'est du bidon
C'est toléré, très vite, tout sera des mémoires, effacé
Il faut accréditer la démocratie
Faire croire qu'elle est une amie
Qui est protégée par des serviteurs armés
Comme les samouraïs du temps passé
Pendant 1000 ans, cela a duré
Et en 1870 enfin supprimé
Le capital sait se protéger
Tout ce qui le dérange sait annihiler
Et le capitalisme privé a fait plus de mortes et de morts
Que le communisme stalinien étatique, c'est très fort !
Tous les jours cela continue
Il faut se battre pour la survie
Pour les riches ou plus encore pour les pauvres, cela est enfin dit
Depuis longtemps il n'y a plus de vie !
 
 Patrice Faubert ( 2014 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien  ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "
 
 
 
 
 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 29.08.2014.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Philosophical" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Tératologie paraphysique - Patrice Faubert (Experimental)
A special moment - Helga Edelsfeld (Philosophical)
Flying home - Inge Hornisch (General)