Patrice Faubert

Croissance de l'idéologie

" Le 23 novembre 1936 avait lieu à Barcelone l ' énorme rassemblement pour l ' enterrement de Durruti . En tête du cortège on pouvait voir Garcia Oliver , flanqué de Companys et d ' Antonio Ossenko , le responsable indirect de sa mort , ainsi que du sergent Manzana , suspect d ' en être l ' auteur . "


Miguel Amoros ( Durruti dans le labyrinthe , aux éditions de l ' encyclopédie des nuisances , Paris 2007 )


C ' est fou ce que l ' on accumule comme documents , des documents morts . Comme ce numéro de " Hôtel ouistiti " d ' Octobre 1993 , de jimmy Gladiator , que je feuillette en ce moment .
Ou ce petit tract/affichette annonçant un spectacle de Romain Bouteille ( né en 1937 ) , " Misère intellectuelle " , au théâtre Saint-louis à Pau .
Romain Bouteille le père spirituel de Coluche , et de tous les autres d ' ailleurs .
Ou bien encore , cet article rédigé par André Gorz ( 1923-2007 ) , " Leur écologie et la nôtre " et qui parut en Avril 1974 dans le mensuel écologique de l ' époque , " Le sauvage " .
Il faudrait toujours citer ses sources de réflexion , surtout de nos jours , où le plagiat vulgaire , sans aucune amélioration , est une pratique hélas banale et même encouragée , de par le fonctionnement même de la société spectaculaire marchande techno-industrielle .


Comme en prison , où une pratique courante , consiste à recopier des textes d ' auteurs connus , en se les appropriant , donc sans les nommer bien sûr , afin de séduire une femme , ou de briller auprès de copains/copines de l ' extérieur .
Et cette pratique existe aussi hors les murs de la prison . Je ne porte aucun jugement moral en cette affaire , mais c ' est un fait .
Ce qui est logique , puisque le fonctionnement de nos " relations " est le même en taule ou en dehors de la geôle .
La prison est une inhumanité , une monstruosité , qu ' il faut abolir , tout de suite . Mettre les gens en prison ,les mettre à l ' écart , c ' est une vengeance , c ' est tout .
Si les gens qui sont en prison étaient libérés à l ' instant où vous lisez ces lignes , cela ne changerait rien , ni en bien , ni en mal , au monde à broyer les individus dans lequel nous vivons . Le monde continuerait de tourner comme si de rien n ' était , même des jours ou des mois après .


" Il faut absolument vous fourrer dans la tête que l ' art est aux bourgeois et j ' entends par bourgeois : un monsieur sans imagination . "


Arthur Cravan ( 1887-1918 ? )


Quand aux malades mentaux , ( qui de toutes façons , n ' ont rien à faire en prison ) , il suffirait de les prendre en charge et surtout en considération ( comme on le fait en Afrique ) , pour les rendre inoffensifs à eux-mêmes et aux autres . Encore faut-il qu ' il existe une structure d ' accueil vraiment adaptée à cet effet . Le capitalisme devenant vert , à tout transformé , en des banques diverses , et la relation " humaine " est avant tout et même uniquement une relation économique .Il n ' y a pas la moindre " relation humaine " , là ou l ' argent est en circulation .
Nous avons le plus souvent pour " amis/amies " et " copains/copines " des gens qui ont la même ( ou presque ) , bourse que nous . Si cette bourse est remplie , l ' on peut acheter des êtres ou des biens gratifiants , si cette bourse est vide ou peu remplie , l ' on ne peut que rester chez soi ( assignation à résidence par pauvreté / économiquement faible ) . Tout se paye , tout s ' achète , tout se vend , tout s ' échange , rien n ' est jamais gratuit .


Par exemple , j ' ai fait dans ma jeunesse , ( et encore , il y a peu d ' années , et peut - être encore un jour ? ) le tour d ' Europe en auto-stop , et bien l ' auto-stop , c ' est pas gratuit . On me le faisait payer , il fallait que je cause ; que je fasse quelque chose . La gratuité véritable n ' attend rien en échange . Elle se suffit à elle-même . Nos " gratuités " , sont des donnant/donnant , des ceci contre des cela , un service contre un autre service . Nous sommes dans l ' échange qui est le contraire de la gratuité .
C ' est comme dans nos discussions , alors que tout ce que nous savons , c ' est uniquement par les autres que nous le savons , l ' on pourrait croire à nous écouter , que nous avons tout trouvé tout seul . Nous sommes des prétentieux/prétentieuses sans avoir la véritable conscience de l ' être .
Nous ne faisons que répéter ce que bien d ' autres ont dit avant nous , mais nous ne le savons pas , c ' est tout . Prenez un petit groupe , même " libertaire " et là aussi , l ' on retrouve vite le dominant, la dominante , le mec ou la nana , les mecs ou les nanas , qui savent tout sur tout , les " c ' est moi qui sait " , alors fermez vos gueules , et admirez-moi !


" Fée aveugle tu me fais de l ' effet ...
Mais tes yeux clairs me sont sévères ...
Trop d ' affaires , guerres , je manque d ' air ...
Mes mouchoirs se passent de gloire ...
Mon histoire c ' est de croire te revoir ,
Afin que ton regard rêvé soit paix
loin des gadgets et propriétés .


André Zurowski (né en 1960 , poète d'Auvergne)


Et comme chacun/chacune à ses propres référents qui ne sont pas forcément les mêmes que les autres , c ' est la guerre permanente . C ' est à dire , nous le répétons à nouveau , la recherche de la dominance inconsciente , surtout que ces référents " différents " disent en fait , grosso modo , les mêmes choses . Finalement l ' on domine avec ce que l ' on peut , avec son cul , si l ' on a un beau cul , avec sa mémoire si l ' on a une excellente mémoire , avec son fric si l ' on a du fric , avec des armes si l ' on a des armes , avec sa culture si l ' on a de la culture , avec sa force physique si l ' on est fort physiquement , etc ...
Bref , nos têtes sont bien polluées par les automatismes inconscients et " conscients " du dressage de l ' école capitaliste des hiérarchies . Ainsi nous remercions quiconque nous invite à boire ou autre chose , alors qu ' en fait , c ' est la personne qui nous invite qui devrait nous remercier d ' avoir accepté son invitation . Car de ce fait , elle ne sera plus seule pour boire un verre , manger au restaurant , faire l ' amour , ou autre chose . Enfin faire l ' amour , pas évident , puisque les femmes sont conditionnées à ne jamais ou rarement faire le premier pas dans la démarche sexuelle , sauf au Québec ...
Avons-nous compris qui il faut vraiment remercier dans cet exemple ?


D ' ailleurs pourquoi dire ce merci de la politesse conventionnelle , si ce que l ' on a fait nous a fait / nous fait vraiment plaisir ? la " bonne réponse " est ne me remerciez pas , c ' est à moi , que cela a fait plaisir .Là où il y a vraiment plaisir , le merci est inutile . Il ne s ' agit d ' ailleurs pas de politesse , mais d ' un automatisme langagier .
Il n ' y a pas que les mots qui mentent , les comportements aussi . Un comportement peut infirmer nos/vos mots , comme nos/vos mots peuvent invalider notre/votre comportement . Les confirmer ou les infirmer .


J ' ai réalisé l ' expérience simple , de psychologie sociale , d ' envoyer des articles aux médias dits " alternatifs " , ( alternative au capitalisme , ou capitalisme de l ' alternative ? ) , et j ' ai vite été un pesteux car je ne suis que docteur en rien . L ' expression vient du film " Shanghai Gesture ( 1941 ) , quand l ' acteur du film feu Victor Mature ( 1913-1999) qui joue le docteur Omar , affirme à une belle dame , être docteur en rien . Un film de feu Josef Von Sternberg ( 1894-1969 ) . Feu Guy Ernest Debord ( 1931-1994 ) se dira lui aussi docteur en rien , en faisant un détournement de la réplique du docteur Omar ...


Il faudrait que les femmes fassent la grève des ventres , la grève de la procréation ,qu ' elles refusent de faire des gosses . Plus de chair à canon , de chair à profit . Naître c ' est être condamné / condamnée à mourir , ne l ' oublions pas . Il faudrait encourager vivement tant les moyens contraceptifs , que l ' avortement , l ' adoption , la stérilisation . Ne procréez plus , adoptez les enfants qui n ' ont pas de parents , si vous tenez vraiment à avoir des gosses .
Apprendre à ne plus faire de gosses , comme l ' on apprend en l ' an 2010 , à en faire justement . Ou alors , en faire moins , chichement , rarement ,quand cela s ' avère indispensable . Et il y a déjà presque 7 milliards d ' habitants/habitantes , en 2010 , sur la planète Terre , c ' est suffisant . Sur une planète comme la Terre , un milliard d ' habitants/habitantes cela serait largement assez .


Et chaque gouvernement , tout aussi réactionnaire , que le précédent , voir pire , ne fait que confirmer sa politique en l ' aggravant le plus souvent , ainsi nous allons de crise en crise , ( c ' est toujours la crise ) , jusqu'à la crise finale .
Un sauve qui peut général , qui se lit déjà dans nos façons d ' être , et sur nos corps , où chacun/chacune est l ' ennemi/ennemie de celui/celle qui n ' est pas soi .


" Et puis que de partir me fault ,
Et du retour ne suis certain
( Je ne suis homme sans desfault
Ne qu ' autre d ' acier ne d ' estain ,
Vivre aux humains est incertain
Et après mort n ' y a relaiz ,
Je m ' en vais en pays loingtain ) ,
Si establis ce présent laiz "


François de Montcorbier dit Villon ( 1431 Paris - disparu en 1463 ) en français de l ' époque .


Et souvent en ces crises de zone extrême , vont le nazisme , le fascisme , le libéralisme , le stalinisme , des totalitarismes avec variantes . C ' est le chacun / chacune pour soi , et tout ce que nous faisons , nous écrivons , nous pensons , nous " vivons " , a été fait , écrit , pensé , vécu , par d 'autres , en d ' autres temps , en d ' autres lieux , avec d ' autres langues , d ' autres mots . Nous nous pensons , nous nous écrivons , nous nous faisons , nous nous rêvons , nous nous tuons , nous nous exploitons , nous nous gâchons , nous nous torturons . Je vous écris . Vous m ' écrivez . Je vous vis . Vous me vivez . Je vous pense . Vous me pensez . Je vous fais . Vous me faites . Il est temps que la prétention meurt . Et cessez de plagier les autres sans citer vos sources . En procédant ainsi , vous vous crachez à la gueule comme à celle des autres . Ne confondez plus détournement et plagiat . Le détournement est le contraire du plagiat . Le détournement est au pirate ce que le plagiat est à toutes les bourgeoisies .


Patrice Faubert ( 2010 ) puète , peuète , pouète , paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ )  Pat dit l ' invité sur " hiway.fr "

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 25.05.2014.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Politics & Society" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

La farce électorale - Patrice Faubert (Politics & Society)
Rainy Day - Inge Hornisch (Emotions)