Patrice Faubert

Paraphysique de l'esclavage

Le pouvoir en France
Qui  comme ailleurs est celui de la finance
Est de ce fait toujours plus ou moins réactionnaire
Dans tous les pays, c'est la même valence
Et l'on accorde l'asile politique aux génocidaires
Comme des prêtres rwandais et de leurs confidences
C'est en France, l'église catholique a des réseaux
Des tortionnaires nagent dans leurs eaux
Leurs chefs avares et mesquins
Sans générosité, ne donnent jamais rien
Tout le contraire de beaucoup de chefs indiens
Qui devaient tout comprendre, tout donner
De tout, ils se faisaient dépouiller
Le plus pauvre était donc le chef incontesté !
Tant que l'intérêt
Du patron sera d'être patron
Tant que l'intérêt
De l'exploiteur sera d'être exploiteur
Tant que l'intérêt
Sera de défendre son pognon
Et ce à tous les échelons
Rien ne changera jamais !
L'intérêt ne doit plus être
L'intérêt doit disparaître
L'intérêt de ne plus avoir aucun intérêt
Cela paraît dément, je le sais
Réfléchissez-y, s'il vous plaît
Car sinon, rien ne changera jamais !
Nous sommes si bien
Dans nos habitudes
Nous sommes si bien
Dans nos certitudes
En réalité une totale hébétude
L'intérêt
Ne peut-être fraternel, égalitaire, libertaire
Il est la plus-value de toute la pensée réactionnaire
L'intérêt si peu malin
Croit que le malheur des uns fait le bonheur des autres
Mais il n'en est rien
Il n'y a pas d'intérêt à visage humain
Comme il n'y a pas de capitalisme à visage humain
Le malheur, la souffrance, tout le monde s'y vautre !
Comme les industries dont les produits
Pendant ces dernières décennies
Font le profit des cliniques
Avec 100.000 nouvelles substances chimiques
Autant de nouveaux et nouvelles malades
Du capital, c'est la salade
Et cela finit dans les rivières
Les océans, mers, et dans nos verres
Sur 30.000 substances dangereuses
36 seulement sont surveillées
C'est la réalité, pas mon humeur qui est râleuse
Et il est haut le seuil de toxicité toléré !
Et tous les perturbateurs endocriniens
Qui ont des effets oestrogéniques
Cela agit sur nos hormones, c'est pas fin
Je le dis, mais pas de panique
L'humanité est déjà modifiée, c'est logique !
Tout se fait dans la démesure
C'est l'époque des superstructures
Ce qui annonce les constructions du futur
Comme le One 57 de Manhattan
Gratte-ciel pour milliardaires, un géant
De 14 à 70 millions d'euros
Le snobisme rend complètement idiot
Encore un crachat à la nature
Pour de très haut, apercevoir un peu de verdure !
La misère  partout sur notre Terre
Et pendant ce temps, depuis 1977, les sondes Voyager
Après 19 milliards de km, encore dans le système solaire
Ou peut-être à l'extérieur du système solaire ?
Par assistance gravitationnelle, 17 km/s, pour se déplacer
Mais pour la misère, à quoi cela sert ?
Notre soleil met 250 millions d'années
A faire le tour de la galaxie
Cependant, pour voyager, pas besoin de technologie
Nous sommes du soleil transformé
Du vent solaire, du gaz galactique
Nous sommes sa promenade frénétique !
Le billard de la gravité, de fronde à fronde
Et c'est tout l'univers qui gronde
Mais revenons sur notre Terre
En 2014, Mussolini et Hitler
Se diraient nationalistes mais démocrates
Le parti de l'esclavage connaît toutes ses cartes !
Le parti ou les partis de l'esclavage
Extrême gauche, gauche, droite, extrême droite
Mieux vaut encore être un sauvage
Que de contracter cette rage !
Si personne n'écoutait plus les chefs
Si personne n'écoutait plus les leaders
Tous les blablalogiciens, toutes les dominantes, tous les dominants
Blablalogiciens, blablalogiciennes, comme dit l'ami Pierre
Pourtant si jeune encore sur cette Terre
Mais hélas, et c'est vraiment rageant
Tant de gens veulent prendre la place
Devenir à leur tour de la glace
Un chef de tué
Et des centaines pour le remplacer
De tous les pays, de toutes les nationalités
Ce que j'écris, d'autres aussi l'écrivent
A leurs façons, certains et certaines le vivent
Des mots différents, mais la même signification
Ce sont les autres, toujours, que nous écrivons
Ce sont les autres, toujours, que nous disons
Je est une imposture, nous est l'écriture
Tu m'écris, je t'écris, je te dis, tu me dis
Rien n'appartient à personne, c'est de la forfaiture !
Tu t'inspires de moi
Je m'inspire de toi
Tout le reste est pour le blablalogicien
Blablalogique qui  ne mène finalement jamais à rien
Comme le langage politique qui n'est que blablalogicien
La tyrannie peut enfin tout oser
Jamais elle n'eut autant de complicité !
Prix Nobel de la paix
Anciens criminels de guerre
Un pape réactionnaire canonisé, c'est un fait
En tous domaines, c'est le même air
C'est bien plus grave
Que les cent tonnes de poussière
Qui se désintègrent sur notre Terre
Par des astéroïdes, chaque jour
Comme aussi, si ( née en 1968 ) Marine Le Pen
Arrivait au pouvoir en France, quelle peine
Ses idées y sont déjà, ô fausse confidence
Comme sous feu le maréchal Pétain, c'est la démence
Et personne ou presque ne dirait rien
Ils et elles ne disent déjà rien ou si peu
Ils et elles ne disaient déjà rien ou si peu
Jadis, il y eut certes 100.000 résistants
Mais aussi 100.000 collaborateurs
Sans compter cette France des délatrices et délateurs
Très peu des deux côtés, en vérité
Pour résister ou collaborer
La plupart des gens suivent le mouvement
Cela se conjugue à tous les temps
Ceux et celles qui veulent un vrai changement
Sont hélas une infime minorité
Certes, le vent peut toujours tourner
Et au dernier moment, des vestes à retourner
Et donc des comptes à régler
Comme les collaborateurs de la première heure
Qui deviennent les résistants de la dernière heure
Ce schéma est universel
Les exemples se ramassent à la pelle !
Le hasard de l'histoire
N'est que l'histoire du hasard
Mais là, cela n'est pas de la physique quantique
Donc là, beaucoup de choses s'expliquent
Avec comme exemple classique
Feu ( 1935-2014 ) l'éditrice, écrivaine courageuse de livres érotiques
Régine Deforges aux très nombreux procès
Et ( né en 1926 ) Jean-Jacques Pauvert, habitué de ces faits
Ne pouvait que la rencontrer
Et avec elle, pendant vingt ans, s'apprécier
Lui le biographe du marquis de Sade, le frénétique
Grand érudit aussi, de l'art érotique
Comme aussi feu ( 1922-1979 ) Eric Losfeld, autre loustic
La bourgeoisie éclairée et libertine, et ludique
S'oppose aux bourgeoisies conservatrices et faussement pudiques
Mais qui peuvent se rejoindre au niveau économique et même politique !
C'est ainsi que le graphène
Eurêka technologique, n'abolira jamais les haines
Comme aussi la bêtise qui se croit aryenne
Alors que le pays des aryens
C'est l'Inde des indiennes et indiens
Et surtout l'Iran des iraniennes et iraniens
Et ce depuis 3000 ans, au moins
La race n'a rien à voir là-dedans
Les nazis nouveaux ou anciens
Sont vraiment des ignorants et des crétins
Tout cela parce que ce concept linguistique
Fut récupéré par la politique
A l'origine feu ( 1816-1882 ) Joseph Arthur de Gobineau
Le père de tous les racistes idiots
Avec son livre " Essai sur l'inégalité des races humaines " ( 1853-1855 )
Comme les cafards, cela a la vie dure
Et petit à petit, le fruit devient mûr
Le cafard, 130 cm par seconde
Très rapide dans son monde
Qui supporte une dose de radiation
Dix fois mortelle pour nous, un champion
Apparu avant nous
Il disparaîtra après nous
La théorie de la violence
Est la violence de la théorie
Et donc de toutes les barbaries !
Il ne faut plus aucun chef ni aucun leader
Chaque être humain doit être sa propre lumière
Ne rien accepter, ne rien refuser, du monde des contraires
Car cela fait toutes les guerres !
Plus aucun papier, plus aucune frontière
Ou des papiers pour toutes et tous, de l'air, de l'air
Plus aucune prison simple ou d'isolement hautement sécuritaire !
Et c'est souvent la légende sublimée
Qui en tous domaines, l'emporte sur la vérité
Comme feu ( 1799-1837 ) Pouchkine
Sur feu ( 1756-1791 )  Mozart et feu ( 1750-1825 ) Antonio Salieri
Répandit une véritable mine
Une supercherie historiquement maligne
Car Salieri de Mozart ne fut pas l'ennemi
Mais toujours le soutint sans jalousie
Cinq personnes furent présentes
A l'enterrement de Mozart, dont Salieri, la légende est démente !



  Patrice Faubert ( 2014 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "








 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 02.05.2014.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Experimental" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Thumomancie - Patrice Faubert (Life)
Rainy Day - Inge Hornisch (Emotions)