Patrice Faubert

Assuétude paraphysique

     " Si l'on pouvait se voir avec les yeux des autres, on disparaîtrait sur le champ "

E.M Cioran ( 1911-1995 )

Il faudrait
Des vents contre la connerie
Comme
Le Bist Roz de l'Afghanistan
Le Ghibli de la Tunisie
Le Haboub du Soudan
Le souffle de l'Harmattan
Le Khamsin d'Egypte
Le Datou de Gibraltar
Le Nafhat d'Arabie
Le Mezzarlfoulousan vent glacial
Le Beshabar du Caucase
Le Samiel de la Turquie
Le Simoun ou Solano d'Afrique du Nord
Et tous les autres vents, puissants et forts
Contre la débilité
Comme ( née en 1944 ) Christine Boutin
Une tête d'affiche pour les crétins
Pour qui l'homosexualité est une abomination
Donc comme feu ( 1912-1954 ) Alan Turing, grand mathématicien
Cryptologue, père de l'ordinateur et de sa conception
De la base chimique de la genèse des formes, le théoricien
Et qui se suicida après de la persécution
Par des gens comme cette réactionnaire Christine Boutin
Ramassis de crétines et de crétins
Fascistes catholiques et réactionnaires
Oui, il faut sortir son révolver !
Et pourtant, je suis hétérosexuel
J'aime les vulves et les mamelles
Mais la réaction est laide, jamais belle
Comme les océans devenus acides
30 millions de tonnes de dioxyde de carbone
Qui se dissolvent chaque jour dans les océans
A la mer, l'humanité n'est pas bonne
Et l'adaptation génétique, hypothétique
Si les ptéropodes ne sont pas magiques !
Comme en 1994 au Rwanda, le génocide
A l'origine allemand, belge, français
Le colonialisme et ses méfaits
Pour de sordides intérêts
Au moins 10.000 morts et mortes par jour
Pendant plusieurs mois, l'horreur fait sa cour
Les massacres du capital sont toujours lourds !
Et aussi d'invisibles génocides
Multinationales et industries qui nous suicident
Comme le chrome 6 de nos chaussures en cuir
Allergène, cancérigène, cela va sans dire
75 pour cent, coucou, revoilà l'Asie
Et surtout le Viêt Nam qui des contrôles, fait fi
Surtout pour la vente de masse
Et c'est toujours de la crasse
Même y mettre le prix
N'est plus totalement une garantie
Et pour les pauvres, c'est la maladie
C'est le même processus pour les habits
Car la marchandise est devenue la vie
Il en faut pour toutes les bourses
Pauvres ou riches c'est la course
C'est la vie de la marchandise !
L'équivalent en 1960, de la production de plastique
C'est ce qui rejeté dans les mers, de nos jours
Et le plancton devenu du plastique, y'a un hic
Voilà l'aboutissement du gangstérisme politique
Au nom du profit, de dieu, de l'amour
Toujours du succès, jamais un four
Activation/inhibition, tic tac, tactique
Perturbation de l'horloge circadienne biologique
C'est la Grosse Bertha en plus lourd !
Le regard des autres est militaire
Et donc forcément réactionnaire
Nous avons des grades comme à l'armée
Dans la vie civile, c'est déguisé
Il faut s'inscrire dans une hiérarchie
Pour être écouté, pour avoir du crédit
Sinon, ce que vous êtes, vos pensées
N'ont aucune valeur, comme à l'armée
Docteurs, spécialistes, cadres supérieurs, les officiers
Et les simples soldats, employés, ouvriers
Et pire encore, si de quelque chose, vous n'êtes pas diplômé !
Même si les docteurs, spécialistes, cadres supérieurs
N'ont pour la plupart, aucune culture générale
Mais surtout des diplômes du fascisme libéral
Mais hors cela, leur inhumanité, leur inculture, font mal !
Hélas, comme à l'armée
Les officiers sont admirés et écoutés
Dominants et dominantes de la barbarie
Profit de la culture, culture du profit
Je préfère passer pour un demeuré
Un presque rien, au soleil de ma marginalité
La vie civile
C'est comme à l'armée
La hiérarchie à peine moins cachée
Pour qui sait encore observer
Quand tout participe de la réaction
Pour ne rien faire, il faut de l'imagination !
Le populisme du fascisme
Est le fascisme du populisme
Toujours la psychologie de masse du fascisme
Agressivité, compétition, ressentiment, profit, refoulement sexuel
Chômage, frustration, jalousie, comparaison, nationalisme, misère idéelle
Souffrance, racisme, etc, parmi le ciment réel
Car tout mot travaille et nous travaille
Le dire n'est certes pas une trouvaille
Selon nos expériences, nos conditionnements
Ainsi, tout mot nous ment
Des mots officiers
Des mots simples soldats
Des mots qui vont au combat
Mots pour soumettre, diviser, dominer !
Mots de révolte, de subversion, de révolution, en captivité
Ou détournés, pour mieux dominer !
Nous sommes le zoo de la domination
Images en attente de comparution
Le subconscient nous mène à la baguette
Nous tient en laisse, se fiche de nos têtes
Tout est en pilotage automatique
Nos noyaux gris centraux qui nous font idiots
Pensées, comportements, critiques, c'est pas beau
95 pour cent de notre comportement est automatisé
Nous n'avons plus à y penser !
Le monde est un hôtel
Seulement pour le riche ou l'intellectuel
Pas dans le monde réel
Où la misère n'est jamais belle
Le travail de l'identité
Est devenu l'identité du travail
Je travaille donc je suis, vaille que vaille
Alors que 900 usines ont fermé
En France, ces deux dernières années
L'économie de l'acier est délocalisée
Voici l'économie touristique et des services
L'industrie n'est plus la miss
C'est l'organisation du vice
Reniement achevé de l'être humain
L'économie rime avec néant, avec faquin
Fini aussi les savoir-faire, les métiers
Le capital sait tout délocaliser, tout transformer
Jamais, la peine de vie
Sous bien des formes, la peine de mort
En Chine, 4500 environ, par an
Mais là, c'est seulement pour le vol et le crime
Car le travail aussi tue, mais c'est moins voyant
Pour les prolétaires, le même châtiment
Ce sont les lois du capital, c'est banal
Il faut abolit l'Etat et les classes sociales !
Le capital raffole du paradoxe social
Comme en France, la protection sociale
Qui fut au plus haut sous ( né en 1926 ) Giscard d'Estaing
C'est le PIB de 1978, je ne joue pas au plus fin
Et l'IVG, majorité à 18 ans, pas la peine de mort, je sais bien
La gauche française est si ridicule
Le programme social elle l'émascule !
Comme la bureaucratie administrative
Qui embête les personnes très âgées
Qui n'ont même pas le droit à la tranquillité
Pour les escroquer ou les exploiter
Il ne faut plus rien
Il ne faut que des êtres humains
Qui prennent enfin leurs vies entre leurs mains
Sans aucun chef, leader, dominant, ou autre coquin!
Nous sommes sous anesthésie générale
De l'isoflurane pour notre quotidien en bocal
Ou un peu de fièvre
Dans le marche ou crève
De l'eau sous certaines lunes
Europe, Encelade, Titan
Même sous les glaces, c'est palpitant
Avec ou sans la thune
Une planète des singes ?
Ils ont aussi des méninges
Et pour l'addition
Entre 2 nombres de points
Seule différence, 94 pour cent, pour les humains
Et 76 pour cent, pour les singes, ils sont malins
Tous les êtres vivants savent compter
D'une méthode l'autre, c'est exprimé !

 
Patrice Faubert ( 2014 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "


 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Patrice Faubert.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 12.04.2014.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Thoughts" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Hommage paraphysique à Henri Laborit - Patrice Faubert (Experimental)
Poppies - Inge Hornisch (Thoughts)
Die Stadt an drei Flüssen - Paul Rudolf Uhl (Life)