Nadège Ango-Obiang

Un dernier secours



Ai-je ma tête bien ficelée, ai-je un foie bien structuré
A-t-on le droit de hurler quand le bonheur est affiché ?
Ai-je une âme bien formatée, des désirs bien calibrés
A-t-on la naïveté de gémir quand le monde lit ses coordonnées ?

Ai-je compris que je me haïssais, ai-je saisi qu’on me bannissait
A-t-on la folie de penser quand des projets sont exécutés ?
Ai-je adopté la bonne religion, des prières d’hypocrites bien publiées
A-t-on l’horreur d’être celui qui se réveille sur le buché ?

Ai-je sermonné qui me nourrissait, ai-je craché sur le ciel qui me protégeait
A-t-on l’illusion de se convaincre que le pardon est semé sur le chemin ?
Ai- je malmené ce qui est en moi, des sphères inconnues bien courroucées
A-t-on le génie de trouver le fouet pour se châtier soi-même ?

Ai-je aimé sans vouloir ma perte, ai-je de lascivité dérobé ce qui me rebutait
A-t-on la misère de longer la déchéance humaine sans être coupable ?
Ai-je invoqué l’inconnu près de ma porte, ai-je refusé que des bras me saisissent ?
A –t-on le supplice de voir s’effondrer ce que l’on n’a jamais fait ?

A –t- on la grâce d’un dernier secours, a-t-on la joie de surprendre l’amour
Ai-je donc la pâleur de ce mort qui renie le pont de la survie ?
A- t- on jamais titubé dans un chemin, a-t-on jamais souhaité le malheur
Ai-je ainsi en une seule destinée, le ramassis de l’obscurité pétrie de prurit ?

Ai-je une seule fois pensé à un seul, ai- je jamais pensé à un seul
A-t-on le désastre de se voir pendue par ses propres aspirations ?
Ai-je seulement pleuré sans désirer un besoin, ai-je entendu le verrou qui annonce
A-t-on l’ignominie de comprendre qu’on est le contraire de la compassion ?

Ai-je une fois posé un pas vers toi, ai-je déstabilisé le socle de ton existence
A- t- on la surprise d’être terrassée par la présence d’un passé qui reste là ?
Ai-je encore blessé d’être convoité, ai-je rompu des sacres sans ma présence
A-t-on la chance de savoir briser ce qui nous fait pleurer trois fois ?

Ai-je omis d’écrire ces mots qui tremblent, ai-je sacrifié le velours de tes lèvres
A-t-on le calvaire d’être celle qui pour l’éternité est blessée,
Ai-je haï cette main dans mon cou, ai-je mordu la poigne qui m’aurait aimé
A-t-on la peur de la terreur de ne plus reconnaître ce qui élève ?

 

 

Alle Rechte an diesem Beitrag liegen beim Autoren. Der Beitrag wurde auf e-Stories.org vom Autor eingeschickt Nadège Ango-Obiang.
Veröffentlicht auf e-Stories.org am 16.01.2014.

 

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig! Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen! Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel


Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie"Emotions" (Gedichte)

Weitere Beiträge von Nadège Ango-Obiang

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

La profondeur de l'imaginaire - Nadège Ango-Obiang (Remembrance)
Pour une fille - Rainer Tiemann (Emotions)
Fin d´Octobre à Avignon - Rainer Tiemann (Loneliness)